Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Romantisme, histoire et liberté (suite) : du sacre de 1825 à juillet 1830

Bernard Degout
p. 631-632

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bernard Degout, directeur de la Maison de Chateaubriand

1La tentative de restituer à la question de l’histoire, telle qu’elle s’est posée à Chateaubriand au début de sa « carrière », la dimension de relative étrangeté indispensable à l’appréciation de sa fécondité tant pour son œuvre propre, que pour la genèse de la pensée historique au XIXe, nous a conduits à revenir plus longuement que prévu sur ses premiers ouvrages, et surtout sur l’Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811).

2Le « moment » du voyage en Orient (1806-1807), au sens large (le voyage proprement dit, mais également son après-coup littéraire), est en effet pour Chateaubriand celui du « passage » à l’histoire. Le vingt-quatrième livre des Martyrs l’affirme en 1809 : « Qu’elles viennent, ces vierges austères, qu’elles viennent fermer pour moi le livre de la poésie et m’ouvrir les pages de l’histoire ». L’Itinéraire le répète deux ans plus tard : « J’ai fait mes adieux aux Muses dans Les Martyrs, et je les renouvelle dans ces Mémoires [...]. Si le ciel m’accorde un repos que je n’ai jamais goûté, je tâcherai d’élever en silence un monument à ma patrie [...]. » L’Itinéraire de Paris à Jérusalem enregistre ainsi l’évolution qui a conduit Chateaubriand à rechercher désormais dans une sphère déterminée essentiellement par l’histoire les émotions que, plus jeune, très profondément marqué par son admiration pour Rousseau, il avait trouvées dans la nature.

3La correspondance contemporaine de Chateaubriand montre cependant que concurremment à son projet d’écrire une histoire, et alors que ni la fin des Martyrs, ni celle de l’Itinéraire (pourtant présenté comme des « mémoires d’une année de sa vie ») ne mentionnent une écriture mémorielle, Chateaubriand a entrepris la rédaction de ses Mémoires : il l’avait certes déjà envisagé quelques années plus tôt, au moment de son premier séjour à Rome (1803-1804), mais n’avait pu donner suite à ce projet, demeurant, malgré les distances prises lors de la rédaction du Génie du Christianisme, empêtré dans une relation ambivalente à Rousseau : sa volonté de ne pas faire comme celui-ci s’apparentant à une dénégation qui s’est traduite par l’avortement de ce premier projet ; aussi bien, la mise en oeuvre en revanche de ce projet au retour d’Orient conduit à interpréter ce moment comme celui de la levée de cet obstacle.

4On a ainsi développé l’hypothèse que la « découverte » de l’histoire durant le voyage en Orient, après la découverte de la nature durant le voyage en Amérique, et l’expérience extatique du Saint-Sépulcre après l’extase devant la nature américaine, s’étaient accompagnées d’une exposition à la découverte de soi (que Chateaubriand n’a du reste pas dissimulée). Une fois ces vannes ouvertes, la curiosité de soi, attestée par sa correspondance, allait à la fois accompagner et parfois contrarier le projet d’une histoire, le problème se posant notamment du partage entre l’une et l’autre. On s’est par la suite arrêté à recenser les définitions proposées par Chateaubriand de l’histoire, ainsi que la mise en œuvre d’un discours à caractère historique, particulièrement au fil des pages finales de l’Itinéraire dans lesquelles les contemporains ont souvent vu une sorte de remplissage qui n’avait pas vraiment sa place dans cet ouvrage par ailleurs généralement apprécié, alors que Chateaubriand y développe une réflexion sur la relation du sujet (au sens général de grand homme) avec l’histoire de son temps, sur les conditions auxquelles une société peut recevoir la marque d’un grand homme, comme sur celles que doit réunir le grand homme lui-même pour influer sur le cours de l’histoire.

5La période postérieure à la chute de l’Empire a été abordée à partir d’autres auteurs que Chateaubriand, des séances ayant été consacrées à la présentation de travaux en cours (autour du Vicomte de Bragelonne et de l’image de la duchesse d’Angoulême), ainsi qu’à l’accueil d’intervenants extérieurs (autour de Balzac, de Michelet et de Royer-Collard).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Degout, « Romantisme, histoire et liberté (suite) : du sacre de 1825 à juillet 1830 », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 631-632.

Référence électronique

Bernard Degout, « Romantisme, histoire et liberté (suite) : du sacre de 1825 à juillet 1830 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19603

Haut de page

Auteur

Bernard Degout

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals