Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA

Falk Bretschneider, Jean-Louis Georget, Monika Salzbrunn, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan et Patrice Veit
p. 685-688

Texte intégral

Falk Bretschneider, ATER
Alexandre Escudier, chargé de recherche au CEVIPOF, FNSP
Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, directeurs d’études
Christine Lebeau, professeur à l’Université Paris-I
Marie-Louise Pelus-Kaplan, professeur à l’Université Paris-VII
Patrice Veit, directeur de recherche au CNRS

Les mots de l’histoire : historiens allemands et français face à leurs concepts et à leurs outils

1Le cria a poursuivi le séminaire collectif « Les mots de l’histoire », avec le soutien de la Mission historique française en Allemagne et du CIERA. La démarche consiste, suivant une proposition faite par Marc Bloch en 1928, à confronter de façon réflexive des catégories clés des historiographies française et allemande, à examiner les usages qui en ont été faits dans les traditions nationales et à en évaluer les conséquences pour la recherche historique actuelle. Lors de séances d’une demi-journée, on tente d’éclairer des couples notionnels à travers deux exposés « français » et « allemand » et de discuter les relations variées entre mots sources et concepts analytiques, en croisant les regards des deux traditions historiographiques. Ont été traités en cours d’année : Commune, communauté, Gemeinde ; Cérémoniel, rituel, Zeremonie, Ritual ; patrimoine, Kulturerbe, Denkmalpflege ; travail, Arbeit (et labour) ; pouvoir, puissance, Macht, Gewalt, Herrschaft ; temps moderne, contemporanéité, Sattelzeit, Frühneuzeit, Neuzeit. Une journée d’études organisée à l’Institut historique allemand de Paris et consacrée au terme de Lebenswelt et aux rapports entre histoire et anthropologie a clos l’année. Sont intervenus en cours d’année : Peter Blickle (Berne), Joseph Morsel (Paris-I), Lothar Schilling (Francfort-sur-le-Main), Barbara Stollberg-Rillinger (Münster), Jean-Marie Moeglin (Paris-XII/EPHE), Denis Laborde (LAIOS-CNRS), Astrid Swenson (Cambridge), Dominique Poulot (Paris-I), Nabila Oulebsir (CRIA-CNRS, Poitiers), Willibald Steinmetz (Bielefeld), Bénédicte Zimmermann (CRIA-EHESS), Robert Salais (IDHE), Norbert Finzsch (Cologne), Gadi Algazi (Tel Aviv), Hamit Bozarslan (EHESS), Gudrun Gersmann (DHIParis), Jean-Clément Martin (Paris-I), Wolfgang Kaiser (Paris-I/EHESS). La journée d’étude sur la Lebenswelt a quant à elle été organisée autour des exposés d’Alf Lüdtke (Erfurt), Claudia Ulbrich (Berlin), Jacques Revel (EHESS), Denis Laborde (LAIOS-CNRS), Ulinka Rublack (Cambridge) et Joachim Eibach (Berne-IUE Florence).

Jean-Louis Georget, maître de conférences à l’Université Paris-XIII

Aux fondements de l’identité allemande : construction et lieux de mémoire régionaux

2Le cours de cette année a porté sur la construction des lieux de mémoire régionaux en Allemagne méridonale, dont la signification est souvent minimisée au regard de l’histoire nationale. Ces marqueurs du particularisme local se sont cristallisés lors du recès de 1806 et ont prospéré dans le sillage des différentes dynasties badoise, wurtembergeoise et bavaroise jusqu’à leur chute en 1918. Le séminaire s’est attaché à retracer la manière dont se dessine une autre géographie de l’Allemagne dans l’ombre de l’émergence de la nation autour du projet prussien. Les différentes séances, qui portaient donc sur le Pays de Bade, le Wurtemberg et la Bavière, partenaires et concurrents à la fois, ont permis de se poser la question de la pertinence du concept d’espace danubien élargi, remis en vogue par les travaux récents de certains ethnologues de l’École de Tübingen. Dans quelle mesure en effet les différents projets visant à construire un État allemand réunissant ces différentes entités territoriales reposaient-ils sur une cohérence identitaire ? Cette tentation est apparue à plusieurs reprises de l’histoire politique de l’Allemagne, depuis la période napoléonienne (République de Salzbourg élargie à la Bavière) jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale (État méridional envisagé par les Alliés à certains moments des négociations sur l’avenir de l’espace germanique).

3Le cours a porté en premier lieu sur l’un des vecteurs identitaires de l’espace du Sud-Ouest de l’Allemagne que sont ses universités, mettant en relief une opposition nette entre les fonctions dévolues à l’Université de Heidelberg, créée dans le sillage des grands établissements du Moyen Âge, et celles de Tübingen, liée à la survie, puis à la montée en puissance de l’État du Wurtemberg. Fribourg-en-Brisgau ou Constance, plus récentes, jouent également un rôle dans la partition nette du paysage universitaire, qui recouvre largement les fractures confessionnelles, territoriales ou sociales du Wurtemberg et du Pays de Bade. Le séminaire s’est également attaché à des marqueurs régionaux comme la construction de l’Allemagne des poètes et penseurs, largement divulguée et intrumentalisée par l’État wurtembergeois d’après 1806, ou encore à l’émergence de la figure du « Tüftler », inventeur local dont les gouvernements de Stuttgart firent grand usage dans le processus d’identification des autochtones au nouvel État.

4L’attirance de la plupart des entités méridionales pour la Bavière, entre fascination et rejet, lui confère une place à part dans la structuration de l’Allemagne non prussienne et un rôle de médiateur entre les deux projets de petite Allemagne prussienne et de grande Allemagne d’obédience autrichienne, sur le modèle du défunt Empire romain germanique. Le séminaire s’est attaché à comprendre comment la mise en scène de la dynastie des Wittelsbach à travers des rois légendaires, mais aussi la politique étrangère menée après la défaite de Sadowa ont conduit à faire émerger le particularisme bavarois dont les traits les plus saillants ont perduré jusque dans un passé récent.

Monika Salzbrunn, chargée de recherche au DFG

Migration et espaces sociaux transnationaux, religion interethniques et événements festifs en France et en Allemagne

5Le séminaire a été poursuivi dans une optique comparative, soulignant l’importance de la religion et des événements festifs dans l’évolution des relations interethniques en France et en Allemagne. Emmanuelle Bouilly (Université Paris-I) est intervenue sur « Les enjeux féminins de la migration masculine au Sénégal : vivre de la migration ou vivre de la lutte contre la migration “clandestine” ? » Cette intervention avait pour objet, à partir du quartier Lambaye de Thiaroye-sur-Mer en banlieue dakaroise, de discuter du rôle et de la place, souvent ambigus et en pleine reconfiguration, des femmes dans le processus migratoire des jeunes hommes. Cette intervention a questionné particulièrement les tensions entre deux types de stratégies de survie : financer les départs pour vivre des transferts de devises, ou vivre des rentes d’extraversion obtenues par les médias, gouvernements et ONG à partir d’un discours anti-migratoire cadré avec un agenda sécuritaire européen. Hamidou Dia (Université Paris-VII) est intervenu sur « Les dynamiques multisituées d’une économie de transferts : le cas des diasporas de la vallée du fleuve Sénégal ». Papa Amadu Sarr (EHESS) a abordé la question des « Transferts d’argent des migrants du Sénégal et du Mali : Motivations et impacts sur le développement économique et social local ».

6Monika Salzbrunn a présenté une introduction aux théories sur l’espace social transnational (Ludger Pries, Nina Glick Schiller, Thomas Faist, etc.). Elle a ensuite poursuivi ses réflexions théoriques sur la notion d’espace social translocal en y intégrant le concept d’échelle (scale), emprunté à la géographie, dans l’espace urbain. Ses derniers travaux menés avec Ayse Caglar et Nina Glick Schiller autour du concept de Resealing cities prennent des événements festifs à New York, Cologne et Paris comme exemples empiriques.

7Une séance a été consacrée à la présentation de GEMMA, un nouveau projet européen accueilli par l’EHESS, qui a pour objectif de créer un espace de discussion critique entre chercheurs, responsables politiques et associations de la société civile dans le domaine du genre et de la migration. Par ailleurs, les doctorants de l’École travaillant sur les migrations contemporaines ont présenté leurs travaux en vue de l’organisation d’une journée d’étude consacrée aux « Migrations. Nouvelles pratiques, approches plurielles » à l’École en octobre 2008. En 2008-2009, nous étudierons l’enracinement local des réseaux migratoires et l’émergence de nouvelles pratiques sociales et spatiales à travers l’événement : « Pratiques culturelles et événements festifs dans l’espace social transnational : relations interethniques et migrations en France et en Allemagne ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Falk Bretschneider, Jean-Louis Georget, Monika Salzbrunn, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan et Patrice Veit, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 685-688.

Référence électronique

Falk Bretschneider, Jean-Louis Georget, Monika Salzbrunn, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Michael Werner, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan et Patrice Veit, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19712

Haut de page

Auteurs

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Jean-Louis Georget

Articles du même auteur

Monika Salzbrunn

Articles du même auteur

Alexandre Escudier

Articles du même auteur

Wolfgang Kaiser

Articles du même auteur

Pierre Monnet

Articles du même auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Christine Lebeau

Articles du même auteur

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Articles du même auteur

Patrice Veit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals