Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

IIAC – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC)

Michèle Coquet, Claude Macherel, Jean-Marie Privat et Marie Scarpa
p. 709-713

Texte intégral

Michèle Coquet, Claude Macherel, chargés de recherche au CNRS

Des enfants, entre culture et sauvage

1À l’enseigne de cet entre-deux, nous avons entrepris d’explorer une transition formatrice dans la durée : celle qui, partout, fait passer les petits des hommes des dépendances premières (nourricière, affective, cognitive, motrice), à l’autonomie, aux engagements et aux responsabilités majorées de leur jeunesse. Une société qui désire persévérer dans son être doit donner forme à ses jeunes pousses sans les défigurer ; les plier sans les rompre aux règles du vivre ensemble ; composer avec l’indécision féconde, l’énergie et l’audace inhérentes au jeune âge sans casser les ressorts de sa vigueur ; elle peut, enfin, tirer parti de la plasticité des organisations concurrentielles plus ou moins éphémères qui, entre cinq et quinze ans, se forment partout des deux côtés, filles et garçons. Tel est notre objet : tout ce qui rend ardues l’ethnographie et l’étude comparative des enfances, ces mouvances culturelles à l’affût, fonde corrélativement leur profond intérêt anthropologique.

2Des ethnographies européennes et africaines attestent des bénéfices collectifs que des cultures très diverses tirent du caractère transitoire de l’état d’enfance. Les garçons dogon accomplissent des rites saisonniers qui conjuguent jeux et prouesses physiques assorties de brimades (Éric Jolly). En se surpassant sur un mode à la fois ludique et grave, ils sont censés agir sur des puissances dont le bien-être de tous dépend. Jeux et performances des « petits » sont aiguillonnés par les « grands » pour clore ou réamorcer un cycle calendaire, ou faire face à une rupture inopinée de l’ordre cosmique. La part ludique des actions enfantines les fait passer pour gratuites aux yeux des adultes ; jointe au don de soi que suppose tout exploit physique, cette double gratuité investit les rites confiés aux enfants d’une charge propitiatoire exceptionnelle.

3Au Cameroun des mascarades enfantines, fruit inattendu de violences politiques, montrent une porosité semblable des rites aux jeux et révèlent certains préalables à l’émergence de rituels inédits (Nicolas Argenti). Dans une société à masques, que seuls portent en principe des hommes adultes, les mascarades « jouées » s’analysent comme une réponse aux terreurs infligées aux garçons : par les « vrais » masques et par les conflits sanglants où s’est engendré un État. Ces mascarades ont place désormais à côté de celles des adultes ; facteurs de cohésion grâce à quoi la collectivité intègre les chocs de la modernité à la charpente pérenne de ses représentations cosmologiques.

4Le journal rédigé à six ans par Opal Whiteley, qui faisait société toute seule dans l’Oregon, illustre l’empathie exceptionnelle d’une fillette avec le monde (Michèle Coquet). Exacerbée chez Opal, cette capacité est commune à l’état d’enfance. Essentielle à la réussite de leurs jeux et à la qualité du plaisir qu’ils y prennent, la faculté qu’ont les enfants à s’identifier à d’autres existants, à faire corps avec le monde, est déterminante dans les fonctions de passeurs rituels que les adultes leur assignent un peu partout.

5Deux contributions (Claude Macherel, Daniel Fabre) ont cerné divers aspects de la divinisation par les chrétiens d’un enfant hors du commun. Les Évangiles canoniques façonnent en Jésus un enfant textuel surpuissant auquel ils ne donnent pas d’enfance : c’est un puer senex qui, dès sa conception savamment programmée, porte en lui le temps entier du monde. Par contraste, les Évangiles de l’enfance et le Coran le figurent en puer ludens. Le dépliage, par D. Fabre et M. Coquet, d’un rituel sicilien décrit par son acteur central, F. Pasqualino, choisi pour être Jésus enfant un jour durant dans son village, a rendu manifeste l’infusion du vécu par la vigueur de croyances partagées.

6Avec les attributions annuelles et les droits très réels conférés au Roi des enfants dans l’Europe médiévale (Claude Gaignebet) le séminaire est allé pareillement aux fondements des capacités créatrices ou régénératrices conférées aux enfants. Enfin, la perméabilité réciproque de jeux et de rites confiés à des enfants, ressortait avec éclat de l’ethnographie, par Natacha Collomb, d’un village du Nord Laos.

Jean-Marie Privat, professeur à l’Université de Metz
Marie Scarpa, maître de conférences à l’Université de Metz

Ethnocritique de la littérature

7La première partie du séminaire a été centrée cette année sur l’ethnocritique des incipits, lieux stratégiques du texte. Le corpus choisi a permis de travailler tout à tour sur l’onomastique littéraire (Boule de Suif), sur le champ littéraire et ses médiations éditoriales (F. Villon), enfin sur l’entrée dans le récit comme mise en abyme d’un rite de passage (Madame Bovary).

8Le titre éponyme de la nouvelle de Maupassant est à la fois le sobriquet d’un personnage littéraire et l’un des surnoms du mannequin populaire et urbain de Carnaval. Cet anthroponyme carnavalesque se narrativise dans la toute première description poly-isotopique du corps de l’héroïne (consommation sexuelle, alimentaire et sacrificielle) : « Sa figure était une pomme rouge ». Le parcours ethnocritique dans l’économie symbolique de la fiction s’est ensuite focalisé sur quelques passages métonymiques ou métaphoriques d’une confusion sacrilège entre la dévoration du corps de la prostituée violentée et le sacro-saint mystère de l’Eucharistie. Un aperçu sur quelques exemples littéraires de la parodie de la Cène a été proposé (entre autres, la fameuse variante nivernaise du Petit Chaperon rouge) pour clore ce premier parcours, entre rite folklorique et rituel sacré.

9L’image du poète en ouverture de la première édition imprimée des œuvres de Villon (Le Grant Testament Villon..., Paris, Éd. P. Levet, 1489) joue le rôle d’une préface iconique étrange. Ce célèbre portrait gravé sur bois en ouverture de l’incunable offre en effet une représentation diabolique de l’auteur (pied contrefait et retourné, serment de la main gauche, regard mauvais et décroisé, etc.). Cette imagerie littéraire a été analysée en termes d’anthropologie historique du symbolique à la fois comme le triomphe de l’éditeur qui impose et diffuse largement un ethos d’écrivain et la naissance d’une mythologie de l’auteur moderne dont le discours s’autonomiserait – loin de toute inféodation à quelque puissance religieuse ou politique – et s’autoriserait seulement de lui-même pour parler essentiellement de lui-même.

10L’entrée de Charles Bovary au collège de Rouen s’apparente à un rite de passage (rite du seuil et rite de première fois). Au seuil de l’univers fictionnel, la voix collective des pairs – « Nous étions à l’étude... » – raconte l’initiation d’un « gars de la campagne » aux codes et normes d’un monde urbain, bourgeois et académique. D’entrée de jeu « le chantre de village » est confronté à la brutalité du folklore scolaire et à l’ironie légitimiste du narrateur (« le visage d’un imbécile »). La mise en écriture de cette socialisation coutumière procède selon une série de violences symboliques emboîtées et propre en général au stade de la marge (A. van Gennep) : a) équivalence structurale entre (in-) élégance langagière et (in-) élégance vestimentaire b) figuration parodique de Charles en Arlequin de foire c) brutale charivarisation du « nouveau » (« on hurlait, on aboyait : « Charbovari ! »). L’étude ethnocritique et ethnogénétique s’est intéressée en particulier à la subtile dissémination de l’isotopie arlequine dans la textualité signifiante du roman (la fameuse casquette et la description d’Yonville par exemple, ou encore les rêveries d’Emma à la Vaubyessard, dans les avant-textes).

11La seconde partie du séminaire a été consacrée à l’approfondissement de problématiques ethnocritiques nouvelles, l’ethnogénétique, la catégorie de « personnage liminaire », l’opposition oralité/littératie.

12Après quelques rappels définitoires au sujet de la critique génétique (en littérature), l’accent a été mis sur l’apport de l’ethnocritique en la matière. On observe en effet que les différents états des manuscrits présentent souvent un matériau ethnographique assez riche que les règles d’élaboration des discours littéraires tendent à transformer. Ce sont quelques modalités de ce travail d’écriture et de réécriture qui ont été présentées, à partir d’exemples pris à Zola (Le Ventre de Paris) ou Flaubert (Madame Bovary).

13Dans le cadre de l’hypothèse d’une homologie possible entre rite et récit, structurelle et fonctionnelle, dont les principes ont été rappelés (l’oscillation du personnage romanesque entre « coutume et destin » chez Y. Verdier, le roman moderne narrant selon R. Barthes « le comment vivre ensemble » tout en mettant en scène ce que V. Descombes nomme à propos de l’œuvre de Proust des « conflits de cosmologie »), le cours a décliné les différents aspects de la question :

14a) présence et typologie des rites dans le récit ; b) le rite comme marqueur de narrativité et le récit comme rite ; c) la catégorie de « personnage liminaire ». En effet, si la construction de l’identité individuelle et sociale (soit l’initiation) est bien au cœur du procès narratif, alors certains personnages, « bloqués » sur les seuils, « inachevés » (idiot, illuminé, saint des temps modernes, criminel, etc.) peuvent entrer dans une catégorie d’actant spécifique que nous nous proposons de nommer « personnage liminaire ». C’est à partir de l’éternelle jeune fille zolienne, l’Angélique du Rêve, que nous en avons posé les premiers éléments de définition.

15Dans un dernier exemple, M.-C. Vinson (maître de conférences à l’IUFM de Lorraine) a montré comment cette question de l’« initiation » du personnage pouvait se nouer aussi dans l’opposition discursive entre culture orale et culture écrite. Tibili ou le petit garçon qui ne voulait pas aller à l’école est un album pour la jeunesse fréquemment utilisé à l’école, notamment lors de l’apprentissage de la lecture. Une grande partie de l’ouvrage dépeint la vie idyllique de Tibili, le petit peuhl, qui ne veut pas quitter le monde enchanté de l’oralité pour s’acculturer aux pratiques scolaires. Le thème stéréotypé de l’enfant noir, l’évocation partielle et partiale de la culture traditionnelle nomade, les genres de la fable et du conte, les jeux typographiques du support en rendent compte. À la fois culture pour enfant et enfance de la culture, le monde de Tibili est également présenté comme une sorte d’« altérité pure », tenu à l’écart de tout métissage culturel. Mais les dernières pages proposent un revirement brutal. La rébellion active contre l’école et la lecture tourne court : la légitimité de l’écrit a bientôt raison des réticences du jeune héros qui bascule inconditionnellement dans la littératie.

16La dialogie culturelle à l’œuvre et la belligérance narrative des œuvres d’une part, les homologies structurelles entre site textuel, rite coutumier et mythe littéraire d’autre part, ont ainsi été problématisées, et, on l’espère, mises en évidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coquet, Claude Macherel, Jean-Marie Privat et Marie Scarpa, « IIAC – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC) », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 709-713.

Référence électronique

Michèle Coquet, Claude Macherel, Jean-Marie Privat et Marie Scarpa, « IIAC – Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19738

Haut de page

Auteurs

Michèle Coquet

Articles du même auteur

Claude Macherel

Articles du même auteur

Jean-Marie Privat

Articles du même auteur

Marie Scarpa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals