Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme de recherches interdisciplinaires « Études britanniques » -PRIEB

Laura Lee Downs, Philippe Minard, Clarisse Berthezène, Robert Mankin et Renaud Morieux
p. 739-741

Texte intégral

Laura Lee Downs, Philippe Minard, directeurs d’études
Clarisse Berthezène, maîtresse de conférences à l’Université Paris-VII
Robert Mankin, professeur à l’Université Paris-VII
Renaud Morieux, maître de conférences à l’Université Lille-III

Qu’est-ce que la Britishness ? Libéralisme, l’État et la société civile

1Notre séminaire a poursuivi et développé sa réflexion, entamée l’année précédente, sur la nature de cet ensemble qu’il faudrait d’emblée définir, dans sa dimension européenne au moins, comme « britannique et irlandais ». En fait, l’interrogation sur la nature politique de l’objet engage les études britanniques et irlandaises sur un double terrain : celui de la réflexion autour de la notion d’aires culturelles, employée pour rendre compte de l’expérience européenne et de l’expérience coloniale, et celui de la critique généralisée de l’appareil conceptuel des sciences politiques contemporaines, autour des notions d’État, de nation, de souveraineté, entre autres. Notre séminaire croise donc les questionnements disciplinaires sur la notion de Britishness afin de nourrir une réflexion plus large sur l’objet « îles britanniques » et sur l’historiographie récente qui interroge cet objet.

2Cette année, nous avons décidé d’axer notre réflexion sur la question de Britishness autour du liberalism et la relation entre État et société civile. À cette fin, nous avons organisé une série de tables rondes qui ont abordé ce sujet sous plusieurs angles dans une perspective transpériode. La première de ces tables rondes s’est déroulée autour du grand-livre de William St Clair (Cambridge University) The Reading Nation in the Romantic Period, sur la politique économique de la lecture en Angleterre du XIXe siècle. Pendant le reste de l’année, le séminaire a oscillé entre le XVIIIe, XIXe et XXe siècle, avec des séances qui ont traité la vision de la société civile chez David Hume et Adam Smith (Céline Bonicco, Paris-I, et Nicholas Phillipson, Université d’Edimbourgh), les conflits entre libéraux et conservateurs au sujet des relations entre l’État et la société civile au tournant du XIXe siècle (Joanna Innés, Oxford University), le rôle primordial de la famille dans la colonie de peuplement que fut l’Afrique du Sud à la fin du XVIIIe siècle (Laura Mitchell, Université de Californie à Irvine), le bouleversement des relations entre l’État et la société civile provoqué par la Première Guerre mondiale en Grande-Bretagne et en France (Pierre Purseigle, Université de Birmingham, et John Horne, Trinity College, Dublin), et la présence musulmane dans la société civile anglaise aux XVIe-XVIIe siècles (Nabil Matar, Université de Wisconsin).

3Au cours des deux années à venir, notre réflexion sur le thème « Libéralisme, État et société civile » sera organisé autour de deux axes structurants qui feront l’objet de séminaires préparatoires débouchant sur deux colloques internationaux : 1) Le conservatisme en Grande-Bretagne envisagé dans la longue durée et à l’épreuve d’études comparatives avec la France et les États-Unis.

4Une première journée d’études, prévue pour octobre 2009, portera sur les fondements intellectuels de la révolution conservatrice des années 1970-1990. En Grande-Bretagne, comme en France et aux États-Unis, l’histoire des politiques sociales peut se targuer d’une historiographie foisonnante. Que l’on s’interroge sur les intellectuels et les idées qui présidèrent à la construction d’états sociaux ou sur les politiques économiques et sociales qui en découlèrent, on trouve une large bibliographie qui permet de comprendre comment, dans ces trois pays, on a tenté de résoudre la question sociale au cours du XXe siècle.

5Il n’en va pas de même de la lecture conservatrice du monde social et économique qui, à la faveur du thatchérisme en Grande-Bretagne et de la Nouvelle Droite aux États-Unis, est mise en avant pour remettre en cause les acquis du modèle social adopté dans les années 1930-1940 aux États-Unis et 1940-1950 en Grande-Bretagne. Cette lecture constitue aujourd’hui l’un des principaux angles morts de l’historiographie du conservatisme. S’appuyant sur une approche comparatiste entre la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis, cette journée a précisément pour but d’ouvrir la « boîte noire » des politiques conservatrices en examinant les fondements intellectuels de la « révolution conservatrice ».

6Deux séances du séminaire de 2008-2009 seront consacrées à la préparation de cette journée. La première portera sur la réaction d’Edmond Burke à la Révolution française et sa vision de l’Empire britannique ; la deuxième sur la notion de « radicalisme » en Angleterre du XVIIe siècle. Le colloque qui suivra (en 2010) portera sur « L’idéologie et la pratique du bon gouvernement conservateur : Grande-Bretagne, France, États-Unis, 1945-1990 ».

72) L’enquête sociale en Grande-Bretagne : connaître pour agir, réformer ou conserver. Il s’agit ici de rouvrir le dossier des modalités de construction du savoir social du XVIIIe au XXe siècle, à la lumière des travaux récents sur les pratiques d’écriture et la mise en récit du réel.

8Ces deux colloques seront soigneusement préparés par des séances du séminaire consacrées à l’étude approfondie des questions historique, philosophique et juridique soulevées par le thème du colloque en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, Philippe Minard, Clarisse Berthezène, Robert Mankin et Renaud Morieux, « Programme de recherches interdisciplinaires « Études britanniques » -PRIEB », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 739-741.

Référence électronique

Laura Lee Downs, Philippe Minard, Clarisse Berthezène, Robert Mankin et Renaud Morieux, « Programme de recherches interdisciplinaires « Études britanniques » -PRIEB », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19784

Haut de page

Auteurs

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Philippe Minard

Articles du même auteur

Clarisse Berthezène

Articles du même auteur

Robert Mankin

Articles du même auteur

Renaud Morieux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals