Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Géographie

La Corée : territoires et sociétés de la « longue partition »

Valérie Gelézeau
p. 127-128

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences

Introduction à la géographie de la Corée : logiques de développement et recompositions territoriales des deux États coréens

1Proposé comme une introduction critique à la géographie de la péninsule coréenne, le séminaire de cette année s’est donné pour objet de réflexion les géographies de la Corée, telles qu’elles sont construites (dans la littérature scientifique en français, anglais et coréen) dans plusieurs types de discours portant sur les questions liées à l’espace et aux territoires.

2Trois angles d’attaque ont été soumis aux participants du séminaire – deux masterants TES, un masterant ECD et quatre doctorants du Centre Corée ont constitué le groupe stable de participants réguliers permettant de faire progresser la discussion.

3On s’est intéressé dans un premier temps aux géographies générales et régionales de la Corée en langues occidentales, de l’aventure française des géographies universelles (Malte-Brun, L’Asie en 1835 ou Reclus, L’Asie orientale, 1882) aux essais de géographie critique inspirés d’approches de l’École de Berkeley (Tangherlini and Yea (eds), 2008 : Sitings : Critical approaches to Korean geography). Dans ce massif de textes parfois très normatifs (géographies générales par exemple), ont été identifiés différents types de projets et analysées les circulations possibles (images, poncifs, concepts qui apparaissent, persistent ou disparaissent). Ces textes ont été ensuite confrontés d’une part à des textes qui ne se disent pas officiellement des géographies mais qui n’en ont pas moins durablement inspiré les images géographiques de la Corée (Dallet, Courant) qui circulent d’ailleurs dans les textes des écrivains voyageurs (de Ducrocq à Bouvier), et d’autre part à des géographies coréennes de la Corée, afin de mieux cerner la nature affichée d’un discours officiellement géographique qui, en Occident et pour des raisons évidentes, se construit de et sur la Corée du Sud à partir de 1945.

4Le deuxième angle d’attaque s’est appuyé sur une analyse de divers types de discours cartographiques (cartes topographiques, cartes thématiques, cartes d’analyse et de synthèse, schémas de planification, etc.) provenant de sources variées françaises et sud-coréennes (faute d’accès à des sources importantes de Corée du Nord), à des échelles plutôt moyenne ou petite (régionale/nationale), et mises en regard avec des sources statistiques courantes (notamment celles du T’ongyech’ong ou équivalent de l’INSEE sud-coréen).

5Dans un troisième temps, à partir des textes et des discours cartographiques précédemment abordés, on a discuté la question plus particulière des logiques politico-économiques et des schèmes mentaux qui, dans toutes ces sources, guident l’analyse des développements coréens, de leurs processus, de leurs structures, et de leurs résultats – ce qui permet d’éclairer sous un jour nouveau les analyses actuelles du « miracle » sud-coréen et de la crise nord-coréenne, tout en discutant les logiques implicites (mondialisation, ouverture/fermeture des systèmes) dans lesquelles s’inscrivent ces discours du développement.

6Dans ce cadre général, ont été abordés plusieurs thèmes plus précis, en lien avec les recherches en cours des étudiants dont je suis le tuteur (sur le patrimoine hérité de la guerre de Corée dans un kun de la frontière sud-coréenne, sur le développement des marchés en Corée du Nord et sur le projet de nouvelle capitale administrative multifonctionnelle en Corée du Sud) ou mes propres recherches (discussion de la version finale d’un article sur la frontière intercoréenne à paraître dans un ouvrage de géographie générale aux éditions Ashgate sur les frontières du monde).

7Au total, le séminaire a permis de mieux cerner les modalités de construction des discours géographiques sur la Corée (types de textes, projets, sources, support, images) tout en mettant en évidence l’existence de l’approche dualiste qui marque aujourd’hui les études coréennes divisées, comme la péninsule, par une méta-frontière de la guerre froide en han’guk hak (études coréennes depuis la Corée du Sud) et chosàõn hak (études coréennes depuis la Corée du Nord) dont les objets, les discours et les questionnements sont différents, voire opposés et concurrents – thème que j’ai pu développer dans une des conférences d’ouverture du congrès biennal de l’AKSE (Association for Korean Studies in Europe) sous le titre « Beyond the Korean meta-border – coming to terms with the legacy of division in Korean studies ».

Publications

  • « Changing socio-economic environments, housing culture and new urban segregation in Seoul », European journal of east asian studies, vol. 7, n° 2, automne 2008.
  • Avec César Ducruet et Stanislas Roussin, 2008, « Les connexions maritimes de la Corée du Nord. Recompositions territoriales dans la péninsule coréennes et dynamiques régionales en Asie du Nord-Est », L’Espace géographique, 03/08, septembre 2008, p. 208-224.
  • « Géographie de la Corée, civilisations et aires culturelles », dans Carnets de terrain. Pratique géographique et aires culturelles, sous la dir. de Thierry Sanjuan, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 117-143.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gelézeau, « La Corée : territoires et sociétés de la « longue partition » », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 127-128.

Référence électronique

Valérie Gelézeau, « La Corée : territoires et sociétés de la « longue partition » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19812

Haut de page

Auteur

Valérie Gelézeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals