Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Histoire et archéologie médiévales

Jean-Michel Poisson
p. 133-134

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Michel Poisson, maître de conférences

Histoire et archéologie de l’habitat rural au Moyen Âge

1Dans la continuité du cycle de séminaires consacré aux aspects matériels du village médiéval, l’attention a été focalisée sur la maison paysanne, qu’elle soit isolée ou faisant partie d’une agglomération. Les recherches archéologiques les plus récentes ont en effet apporté une grande quantité de données nouvelles, notamment les fouilles préventives qui ont considérablement enrichi le corpus, surtout en ce qui concerne le haut Moyen Âge. L’examen des sources écrites concernant les établissements ruraux, qui ne sont sans doute pas suffisamment mises à contribution lorsque l’on s’intéresse à ce domaine, confirme leur extrême rareté avant le XIIe siècle, période à partir de laquelle les actes de la pratique contenus dans les cartulaires commencent à permettre une perception morphologique, juridique et fonctionnelle des habitations paysannes. Cependant, la relecture de textes narratifs ou juridiques pour la période qui va de l’Antiquité tardive à l’époque carolingienne, est cependant instructive, qu’il s’agisse des descriptions d’habitations des peuples germaniques chez les historiens antiques (Tacite, Procope, etc.) ou dans les vies de saints du haut Moyen Âge. Là, les caractéristiques techniques qui sont précisées à l’occasion de dispositions normatives contenues dans les lois des peuples germaniques ou certains capitulaires, par exemple, fournissent des données exploitables. On s’est notamment attaché à l’analyse du vocabulaire employé : le corpus terminologique constitué à partir de ces sources constitue en effet un élément contextualisé de l’appréhension d’une réalité tant juridique que matérielle des composantes de l’habitation rurale du haut Moyen Âge. Les rares représentations figurées d’édifices ruraux pour cette époque, s’ils présentent des difficultés d’interprétation et des stéréotypes, ne sont pas à écarter, et il est notamment assez intéressant de noter les caractères qu’ils ont en commun, à ce sujet, avec les sources narratives.

2Ce sont bien entendu les données provenant des recherches archéologiques qui fournissent le plus gros contingent d’informations, et l’on a utilisé ici à la fois les résultats de nos recherches personnelles dans le cadre d’opérations de terrain, et les informations tirées d’un dépouillement bibliographique considérable concernant non seulement la France, mais aussi le monde méditerranéen et l’Europe centrale, en se basant systématiquement sur la présentation détaillée de dossiers monographiques. À partir de ces recherches et publications, il devient possible de définir des catégories de bâtiments en fonction de leur destination (habitation, stockage, stockage, artisanat, abri pour les animaux, annexes diverses, etc.) ou de leur mode de construction (bois, terre, pierre, mixte, excavé ou non, etc.), dans une échelle chronologique de plus en plus précise, et assurée grâce à la multiplication des procédés scientifiques de datation, notamment le carbone 14 et la dendrochronologie.

3La maison rurale dans les pays de l’Europe occidentale entre le Ve et le XIe siècle est une structure construite et un lieu de vie dont l’historien peut désormais esquisser une typologie et une évolution, basées certes essentiellement sur ses composantes architecturales et fonctionnelles, mais suffisamment détaillée et précise pour servir d’une part à une connaissance approfondies et renouvelées des sociétés rurales médiévales, et d’autre part pour fournir un cadre analytique aux données archéologiques nouvelles qui proviennent en permanence des opérations de terrain.

Publications

  • Avec C. Guilleré, L. Ripart et C. Ducourthial, Le royaume de Bourgogne autour de l’an Mil, Chambéry, Université de Savoie, coll. Sociétés, Religions, Politiques 8, 2008, 285 p.
  • « Mottes castrales et autres fortifications médiévales de terre et de bois : état de la question en France », dans MotteTurmhügelburgHausberg. Zum europäischen Forschungsstand eines mittelalterlichen Burgentypus, Vienne (Beitràge zur Mittelalterarchäologie in Ûsterreich 23, 2007), 2008, p. 47-60.
  • « La Sardaigne productrice de matières précieuses au Moyen Âge. État des questions et projets d’enquêtes », dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, t. 120/1, 2008, p. 159-171.
  • « Les ports de la Sardaigne et le commerce méditerranéen au Moyen Âge », dans Les ports et la navigation méditerranéenne au Moyen âge, Actes du Colloque de Lattes, 12-14 novembre 2004, Paris, Le Manuscrit, 2009, p. 161-176.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 133-134.

Référence électronique

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19822

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Poisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals