Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Historiographie

François Hartog
p. 135-136

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Hartog, directeur d’études

Historiographie ancienne et moderne

1La longue marche de la temporalisation du temps. Tel est le thème de l’enquête dans laquelle je suis engagé. Quelles ont été les conditions de la temporalisation du temps ? Qu’a-t-il fallu pour que le temps en vînt à se temporaliser ? De cette marche, les étapes récentes nous sont les plus familières qui voient se former un temps historisé, dénaturalisé, universalisé, alors même que, en sens inverse, la Nature allait se trouver temporalisée. Les époques de la Nature de Buffon en fournissent un repère majeur. Mais nous sommes à la fin du XVIIIe siècle, en 1778. Le dégagement d’un temps, conçu comme foncièrement historique, coïncide avec ce que nous avons nommé Temps modernes. L’âge d’or de la temporalisation accomplie (qu’on a cru définitive) est celui du régime moderne d’historicité : le futur domine et le progrès est le but et le moteur. Là, le temps est devenu acteur. Actif et agent, il manifeste la force de l’Histoire et mesure sa puissance jamais en repos. Il y a le train du temps et les locomotives de l’Histoire ou des révolutions. Ce temps temporalisé irrigue l’époque qu’on nommera, nettement plus tard, celle des « grands récits », au moment justement où le postmodernisme voudra prendre acte de sa clôture définitive et s’emploiera à en dresser le constat de décès. On parlera de crise du progrès et de fermeture de l’avenir.

2Si l’on remonte très loin en amont, deux formes d’intervention ont fortement et durablement imprimé leurs marques : la prophétie et l’apocalypse. Au moment de leurs proférations, au fur et à mesure de leurs rédactions (celle du livre d’Isaïe s’est probablement étendue sur quatre siècles) et longtemps après, jusqu’à l’époque moderne, dans la mesure où, au-delà de leur lettre, ces structures narratives, ces modes de traitement, d’agencement du temps ont joué un rôle matriciel dans ce qui deviendra la culture de l’Occident. Pour faire face à ce qui survient, risque d’advenir, est déjà là, l’une et l’autre réponse font en effet appel à un autre temps. Scandé par les interventions divines qu’il faut savoir reconnaître, il est découpé en périodes, vectorisé de telle sorte que le moment présent de crise se trouve inséré dans une suite, où il prend sens, voire puisse être reconnu comme prélude à une fin du temps, de ce temps mauvais et corrompu en tout cas. Généralement, les prophètes partent du présent et parlent au présent, tout en faisant appel au passé. Inspirés, les prophètes bibliques savent déceler l’action de Dieu dans l’histoire et dénoncent les manquements à l’Alliance, proclament ce qu’il ne faut pas faire, annoncent ce qui va se passer sauf si...

3Dans cette perspective, nous avons consacré une première partie du séminaire à la lecture du livre de Daniel et à ses reprises chrétiennes avec Jérôme. Dans une seconde partie, nous avons examiné le travail des premiers chronographes chrétiens, en particulier celui d’Eusèbe de Césarée. Travaillant avec des matériaux de diverses provenances, ils ont construit un espace chronologique inédit par son ampleur et par sa portée.

4Jean-Jacques Glassner, directeur de recherche au CNRS, a bien voulu venir nous parler de la divination et de la prophétie dans le monde mésopotamien. Alfonso Mendiola, directeur d’études invité, a présenté un séminaire sur Michel de Certeau. Les doctorants du séminaire ont organisé deux journées d’étude sur le thème « L’histoire vue par les historiens ». À tous j’exprime mes vifs remerciements.

Publications

  • « Dalle memorie di Pierre Vidal-Naquet, introduizione di François Hartog », Prima persona « 1968 », vol. 10, n° 19, 2008, p. 12-14.
  • « Sur la notion de régime d’historicité. Entretien avec François Hartog », dans Historicités, sous la dir. de Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia, Paris, La Découverte, 2009, p. 133-149.
  • « De l’histoire universelle à l’histoire globale ? Expériences du temps », Le Débat, 154, mars-avril 2009, p. 53-66.
  • « La autoridad del tiempo », Historia mexicana, 232, vol. 4, n° 58, 2009, p. 1419-1445.
  • « The double fate of the classics », Critical Inquiy, été, 2009.
  • « Tiempo(s) e historia(s) : de la historia universal a la historia global, Anthropos, n° 223, 2009, p. 144-155.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Hartog, « Historiographie », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 135-136.

Référence électronique

François Hartog, « Historiographie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19825

Haut de page

Auteur

François Hartog

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals