Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Histoire des institutions, XVIIIe-XIXe siècles

Sabina Loriga, Michèle Leclerc-Olive et Stefano Bory
p. 150-151

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sabina Loriga, maître de conférences
Michèle Leclerc-Olive, chargée de recherche au CNRS,
Stefano Bory

Les temps : expériences, récits, concepts

1Au cours de cette année, nous avons continué notre réflexion sur la relation existant entre vie, narration et temps. Le point de départ a été la controverse autour de la notion d’identité narrative. Notre travail s’est appuyé, en particulier, sur les textes suivants, à peu près cités dans l’ordre de nos séances de travail qui en ont, en réalité, croisé les analyses : Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre (1990) ; Remo Bodei, « Intrigue et multiplicité des temps dans le récit historique » (1983) ; Galen Strawson, « Against Narrativity » (2004) ; R.-W. Field, « W. James and the Epochal Theory of Time » (1983). Parmi les questions principales, il importe de souligner les suivantes : qu’est-ce que le temps et l’histoire dans la tessiture d’une vie ? Qu’est-ce qui appelle l’acte de passage au récit ? La narration qui veut transmettre une expérience doit avoir des structures narratives adéquates : comment développer des intrigues en mesure de mettre en relief les écarts, les raccordements temporels, les collages ? C’est dans cette perspective que Paulo R. Cardoso Jesus (Université Lusófona de Porto) est venu présenter les résultats de sa recherche sur les rapports entre temporalité, mémoire et écriture autobiographique dans l’émergence de la subjectivité moderne. En particulier, au cours de ses trois interventions (« Temporalité et historicité de l’expérience humaine : une approche croisée entre phénoménologie et herméneutique », « Le passage au récit : ses conditions de possibilité et son efficacité psychosociale », « Identité narrative et processus sémiotiques : vers une théorie poétique de Soi-même »), il a approfondi le lien entre expérience subjective et construction sémiotique des modes temporels en articulant la phénoménologie du temps avec l’herméneutique de l’histoire et de la narration de soi-même.

2Par ailleurs, nous nous sommes interrogés sur le rôle fondamental de l’événement dans les procédures du récit. Ainsi, nous avons commencé à aborder la question du passage au récit dans des expériences d’incertitude et d’épreuve de l’altérité, telles que le voyage et la migration. À cet égard, nous avons pu bénéficier des interventions d’Alban Bensa, « L’ethnographie d’Arthur Rimbaud : Arabie et Abyssinie 1880-1891 » ; de Pierre Duterte (médecin, directeur du centre de santé Parcours d’exil), « L’indicible peut-il être dit ? Le récit migratoire et traumatique est-il racontable, entendable ? » ; et de Filippo Benfante, « Le roman familial de Louis Menard (1832-1901) ».

Publications

  • « A imagem do historiador, entre erudiçâo e imposture », dans Imagens na HistoriaObjetos de História Cultural, São Paulo, Aderaldo & Rothschild Editores, 2008, p. 129-141.
  • « The controversies over the publication of Ariel Toaff’s “Bloody Passovers” », The Journal of Historical Society, décembre 2008, vol. VIII, n° 4, p. 469-502.
  • « Entrevista com Sabina Loriga : a experiência institucional », Aedos. Revista eletrônica da Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS), mai 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, Michèle Leclerc-Olive et Stefano Bory, « Histoire des institutions, XVIIIe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 150-151.

Référence électronique

Sabina Loriga, Michèle Leclerc-Olive et Stefano Bory, « Histoire des institutions, XVIIIe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19833

Haut de page

Auteurs

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Michèle Leclerc-Olive

Articles du même auteur

Stefano Bory

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals