Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Méthodes mathématiques dans les sciences sociales

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte, Bernard Bru et Thierry Martin
p. 161-162

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Barbut, Éric Brian, directeurs d’études
Michel Armatte, maitre de conférences à l’Université Paris-IX/Dauphine
Bernard Bru, professeur à l’Université Paris-V/Descartes
Thierry Martin, professeur à l’Université de Franche-Comté

Histoire du calcul des probabilités et de la statistique

1Le séminaire vise à favoriser des rencontres entre spécialistes de disciplines différentes qui étudient l’histoire des mathématiques et de leurs rapports avec les sciences économiques et sociales. Les travaux présentés portent tout particulièrement sur l’histoire de l’élaboration et des usages des méthodes quantitatives dans les sciences sociales. Au cours de l’année 2008-2009, plusieurs recherches tirées de thèses récentes ont été présentées : Emmanuel Didier (CNRS) a rendu compte de la diffusion américaine de la controverse Neyman-Pearson/Fisher dans les années 1930 ; Élodie Giroux (Université Lyon III/Jean-Moulin) a analysé la constitution de l’épidémiologie des facteurs de risque ; Laurie Catteeuw (EHESS) a présenté ses conclusions sur les rapports entre cens, censure et raison d’État à l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècles). Des membres de l’EHESS ou des animateurs du séminaire ont tenu les participants au courant de leurs travaux sur les tables de mortalité anciennes (Marc Barbut) ; sur la place du hasard dans la divination à Madagascar (Marc Chemillier) ; sur la théorie des erreurs selon J.-M. Keynes (Michel Armatte) ; sur les formes de la probabilité subjective (Éric Brian). Quatre autres exposés ont porté sur des recherches récemment publiées ou en cours de publication : Christiane Demeulenaere-Douyère (Archives nationales) a présenté l’édition critique de l’enquête du Régent, 1716-1718 ; Jean-Paul Grémy (CMH/EHESS), son enquête sur le recours aux sondages clandestins dans la France occupée ; Denis Bayart (École polytechnique), ses travaux sur les tables numériques d’échantillonnage (1925-1955) ; Antoine de Falguerolles (Université de Toulouse-III), sur la méthode de régression de Cauchy. Enfin trois collègues étrangers ont été Invités à exposer leurs recherches en cours : Ted Porter (UCLA), sur les statistiques de déficience mentale dans le monde anglo-saxon vers 1890-1914 ; lain Mc LEAN (Université d’Oxford), sur la visite de Thomas Jefferson à Paris entre 1784 et 1789 ; José Arribas (UNED, Madrid), sur les rencontres entre statistique et sociologie aux États-Unis pendant l’entre-deux-guerres. En outre le séminaire anime le Journal électronique d’histoire des probabilités et de la statistique qui a publié en juin 2008 un numéro bilingue sur l’histoire des mathématiques sociales ; en décembre 2008, un volume sur l’histoire de l’analyse des données et en juin 2009, un numéro sur l’histoire des méthodes mathématiques de martingales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte, Bernard Bru et Thierry Martin, « Méthodes mathématiques dans les sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 161-162.

Référence électronique

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armatte, Bernard Bru et Thierry Martin, « Méthodes mathématiques dans les sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19842

Haut de page

Auteurs

Marc Barbut

Articles du même auteur

Éric Brian

Articles du même auteur

Michel Armatte

Articles du même auteur

Bernard Bru

Articles du même auteur

Thierry Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals