Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences appliquées, XIXe-XXe siècles

Claudine Fontanon
p. 167-169

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Fontanon, maitre de conférences

Les ingénieurs civils et la science en Europe (XIXe-XXe siècles)

1Dans la continuité du séminaire de l’an passé, nos investigations ont porté sur la construction et la consolidation d’un espace européen à l’intérieur duquel circulent des ingénieurs civils de différentes nationalités. À travers leurs échanges techniques et scientifiques, ces derniers élaborent des savoirs qui apparaissent de plus en plus comme le produit d’un travail mené au niveau du continent tout entier. En croisant et en confrontant des pratiques scientifiques issues de contextes différents, on espère aboutir à une meilleure compréhension des situations et des configurations nationales, France comprise. Le caractère européen du séminaire a été accentué cette année par la présence des collègues étrangers venus présenter des recherches originales et pionnières.

2Dans une communication de synthèse, Konstantinos Chatzis (ENPC/LATTS) a montré que la communauté des ingénieurs en France présentait aujourd’hui un certain nombre de caractéristiques qui la différenciaient fortement de ses consœurs des pays comparables du point de vue social et économique. Extrêmement fragmenté, le système de formation technique en France est également très hiérarchisé, offrant au futur ingénieur un statut professionnel et une trajectoire de carrière qui sont en grande partie conditionnés par le lieu précis de ses études. Une autre spécificité hexagonale réside dans le fait que la figure de l’ingénieur bénéficie en France d’un prestige social que ses collègues étrangers peuvent difficilement revendiquer.

3Fragmentation et hiérarchisation du système de formation ont été illustrées par plusieurs études de cas : les ingénieurs français du génie civil depuis cent cinquante ans avec ses spécificités (faible taille des bureaux d’étude) et son âge d’or des centraliens des années 1880 aux années 1910 (Jean-Louis Bordes, École Centrale Histoire), les ingénieurs de l’automobile et la création d’un carburant national – l’alcool dénaturé – (Camille Molles, doctorant), l’Institut de chimie de Paris et la formation des ingénieurs (Virginie Fonteneau, Université Paris-Sud), Louis Blériot, figure à part de l’aviation, centralien et entrepreneur dans l’industrie de l’acétylène, plus connu pour l’exploit de la traversée de la Manche que pour son itinéraire d’ingénieur-entrepreneur (Jean-François Belhoste, École pratique des hautes études). Par ailleurs, Toni Roca-Roseli (Université Polytechnique de Catalogne) a étudié le développement de l’ingénierie pratique en Espagne au milieu du XIXe siècle à travers le cas de Narcis Monturiol, inventeur dans le domaine de la navigation sous-marine.

4La circulation et la diffusion des savoirs ont été plus particulièrement examinées par cinq intervenants : Irina Gouzévitch s’est proposée de revisiter, à la lumière des matériaux nouvellement découverts, un sujet classique de l’histoire des techniques : la quête au secret du principe de la machine à vapeur à double effet, moteur universel inventé par le mécanicien britannique James Watt en 1782, secret percé et rendu public sur le continent par l’Ingénieur espagnol Augustin Betancourt en 1788. Peter Jones (Université de Birmingham) a présenté ses recherches pionnières sur le réseau européen des ingénieurs des années 1760 aux années 1820, réseau analysé à partir des archives privées de Matthew Boulton et de James Watt à Soho (Université de Birmingham). En établissant un lien entre ces archives et les rapports établis par les visiteurs français, prussiens et Scandinaves de retour dans leurs pays, l’auteur a pu éclairer deux axes intéressant le séminaire : les caractéristiques nationales des ingénieurs britanniques comme groupe professionnel émergent à l’aube de l’industrialisation et la constitution d’un espace de circulation des ingénieurs et des connaissances technologiques et scientifiques. Ana Cardoso de Matos (Université d’Évora, Portugal) a présenté ses recherches en cours sur les musées industriels portugais au XIXe siècle comme espace de divulgation de la mémoire de l’industrie et du progrès technologique et industriel. En élargissant le périmètre de nos recherches, Delphine Spick (Collège de France) a développé à partir de sa thèse sur l’adduction de l’eau en Chine (1900-1949) la question des concessions attribuées aux nations européennes et celle des politiques d’adduction menées à Tianjin par les compagnies privées à capitaux étrangers, notamment anglais, ainsi que le rôle du corps expéditionnaire européen dans la modernisation à marche forcée du système d’adduction d’eau.

5Claudine Fontanon a défriché la question de la circulation des savoirs dans le domaine naissant de l’aérodynamique appliquée à l’aéronautique à travers les expositions et les congrès internationaux d’aéronautique au début du XXe siècle. Les congrès ont fourni aux ingénieurs civils et militaires comme aux scientifiques des pays industriels l’occasion de confronter leurs recherches dans un champ scientifique et technologique émergent, lié aux rapides progrès de la navigation aérienne (dirigeables et aviation). Cette documentation a mis en lumière l’extraordinaire diversité des méthodes et des dispositifs techniques mis en œuvre dans chacun des pays pour aborder la question centrale de la résistance de l’air à l’avancement des surfaces, « préface à l’aviation » et mis en relief les spécificités nationales des catégories associées à ce processus de constitution et de globalisation des nouveaux savoirs produits à l’échelon du continent européen, à l’exclusion toutefois de l’École allemande de Gôttingen, absente de ces manifestations internationales d’aéronautique.

6Ce sujet a fait l’objet de notre part d’une communication au symposium organisé par l’Université de Lisbonne (Portugal) en octobre 2008 sur les « Expositions universelles et musées de la science et de la technique ». Fin novembre 2008, Claudine Fontanon a participé au colloque de l’Université de Nancy sur « L’approche biographique en histoire. Des sciences et des techniques : enjeux scientifiques et méthodologiques », et a proposé en juillet 2009 à Budapest (Hongrie) une communication dans le 31e symposium du XXIIIe congrès international d’histoire des sciences et des techniques consacré aux « Ingénieurs au service des princes et des États : un regard sur la mobilité professionnelle en Europe, XVIe-XXe siècles ».

Publication

  • « Une revue technique et scientifique au XIXe siècle : Les Annales du Conservatoire des arts et métiers », dans La presse et les périodiques techniques en Europe, 1750-1950, sous la dir. de P. Bret, Κ. Chatzis, L. Pérez, Paris, L’Harmattan, 2008, chap. 7, p. 175-202.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Fontanon, « Histoire des sciences appliquées, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 167-169.

Référence électronique

Claudine Fontanon, « Histoire des sciences appliquées, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19847

Haut de page

Auteur

Claudine Fontanon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals