Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences de la vie et de la terre

Claudine Cohen
p. 169-170

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Cohen, maître de conférences

Transformisme et religion

1Pour la deuxième année, le séminaire a exploré les rapports complexes que les transformismes entretiennent avec la pensée religieuse depuis leur origine au XIXe siècle, et a centré notamment cette exploration sur les problèmes que pose l’administration de la preuve dans les sciences de l’évolution.

2Un exposé de Cédric Grimoult (Paris-X/Nanterre) a montré que le rapport entre transformismes et religions ne peut être pensé comme une simple opposition : il est possible de mettre en évidence, des Lumières à nos jours, l’existence de positions intermédiaires entre créationnisme et transformisme. S’agissant du transformisme darwinien, les controverses qui agitent les milieux scientifiques et religieux dans l’Angleterre victorienne (entre Huxley et Owen, Falconer ; entre Huxley et l’Archevêque Wilberforce) et certaines réactions outrées face à la thèse de l’enracinement de l’homme dans les singes ne doivent pas cependant masquer ce que la pensée darwinienne emprunte peut-être en certains de ses aspects à la théologie naturelle.

3C’est aux États-Unis que cette opposition prend les formes les plus violentes. La critique du darwinisme est, dès les années 1860, l’objet des attaques des créationnistes, et Louis Agassiz impose jusque tard dans le XIXe siècle le fixisme en zoologie et en paléontologie. Pour des raisons propres à la sociologie religieuse américaine, le refus du darwinisme s’exacerbe tout au long du XXe siècle, conduisant jusqu’à nos jours à des polémiques publiques et des oppositions politiques et institutionnelles. Le créationnisme américain resurgit épisodiquement sur le devant de la scène médiatique, sous des formes remaniées comme récemment celle de l’« Intelligent Design ». Les violentes critiques des « déviations du darwinisme » proférées par des darwiniens dits « orthodoxes » doivent se comprendre dans le contexte d’une société où la puissance politique des fondamentalismes religieux peut conduire à imposer dans les écoles l’enseignement de la Bible contre celui de la théorie de l’Évolution. Si certains ont tenté de pacifier le débat en prônant l’existence de « deux magistères » aux territoires bien distincts (Stephen Jay Gould), un exposé de Marc Godinot (EPHE) a souligné les limites d’une telle approche.

4Les conflits entre darwinisme et catholicisme qui existent depuis le milieu du XIXe siècle ont souvent été résorbés par un aménagement des thèses évolutionnistes elles-mêmes. En France, dès les dernières décennies du XIXe siècle, le « concordisme » a permis l’acceptation par l’église catholique de certains aspects du transformisme (généralement lamarckien ou néo-lamarckien), mais les thèses évolutionnistes d’un Teilhard de Chardin restent bien éloignée de la théorie de « l’origine des espèces par voie de sélection naturelle » de Darwin. Censurées en leur temps par la hiérarchie religieuse, ces thèses constituent du reste en 1994 l’essentiel du contenu de la bulle du pape Jean-Paul II sur l’évolution.

5D’autres aspects des rapports entre darwinisme et religions ont été envisagés au cours du séminaire : ainsi, Henri Atlan (EHESS) a amorcé une réflexion sur certains aspects de la réception de l’évolutionnisme dans la pensée juive orthodoxe.

6Au cours de cette année, j’ai participé à des plusieurs colloques à Paris (Académie des Sciences) à Carcassonne (LAHIC), à Bâle (EHH de Zurich), Barcelone (Département d’anthropologie et d’archéologie de l’Université de Barcelone), à Saint-Pétersbourg, (Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg, Russie), au Clark Institute de Williamstown (où j’ai été invitée comme « Research Fellow » de février à juin 2009) et au Getty Research Institute de Los Angeles (États-Unis). J’ai d’autre part présenté aux États-Unis plusieurs conférences sur la Protogée de Leibniz, dont la première traduction du Latin en langue anglaise, réalisée par mes soins (en collaboration avec A. Wakefield) a été publiée en 2008 par The University of Chicago Press, notamment à UCLA (Los Angeles), Caltech (Pasadena) Pitzer Colleges (Claremont).

Publications

  • « Sépultures, religions, rituels », dans Sépultures néandertaliennes, Musée National de Préhistoire, Les Eyzies de Tayac, Éd. de la RMN Paris 2009, p. 52-59
  • Compte rendu : « Martin Rudwick worlds before Adam », The University of Chicago Press 2009, British journal for the history of science, septembre 2009, p. 434-435.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Cohen, « Histoire des sciences de la vie et de la terre », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 169-170.

Référence électronique

Claudine Cohen, « Histoire des sciences de la vie et de la terre », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19848

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals