Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Anthropologie et histoire des techniques

François Sigaut, Sophie de Beaune, Narjys El Alaoui, Hara Procopiou, Yoshio Abé et Cozette Griffin-Kremer
p. 175-176

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Sigaut, directeur d’études
Sophie de Beaune, professeur à l’Université Lyon-III/Jean-Moulin
Narjys El Alaoui, chargée de recherche au MUCEM
Hara Procopiou, maître de conférences à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne
Yoshio Abé, Cozette Griffin-Kremer

Techniques et modes de subsistance dans les sociétés préindustrielles

1Cette année, le séminaire a été amputé de trois séances, à la suite des événements de janvier à mars 2009. Malgré ces contretemps, de nouvelles études de cas concrets ont été présentées pour nourrir la réflexion commencée il y a plusieurs années sur la façon dont les sociétés s’organisent en fonction des activités techniques qu’elles ont à répartir entre leurs membres.

2Le thème des « outils simples », c’est-à-dire des outils, qui, vus de l’extérieur, n’apparaissent pas comme tels tant leur aspect est rudimentaire, conduit à poser la question : « qu’est-ce qui permet d’identifier un outil ? » Il a fait l’objet de trois communications par Yoshio Abé (exemples tirés des agricultures pourtant élaborées de l’Inde du Sud), par Hara Procopiou (le tourniquet de cuisine, dont la présence dans le monde grec protohistorique est assez inattendue) et par Athena Boletti et Nathalie Thomas (sur les pierres à aiguiser pré- et protohistoriques, avant et avec le métal).

3Le deuxième thème, celui de la répartition des activités (entre hommes et femmes principalement) a fait l’objet de cinq communications : par Narjys El Alaoui (sur l’extraction de l’huile au Maroc, selon que la tâche est masculine ou féminine) ; par Patricia Anderson (les techniques de récolte et d’après-récolte dans la Mésopotamie ancienne et dans le Nord de la Tunisie actuelle) ; par Éric Jolly (sur la bière en pays Dogon, préparée et vendue essentiellement par des femmes à des hommes) ; et par Catherine Chadefaud (sur la préparation de la bière dans l’Égypte ancienne, tâche également surtout féminine, mais où les hommes interviennent à divers niveaux pas toujours faciles à définir). Avec la dernière communication sur ce thème, « Les femmes guerrières en Indonésie », par Jean-Marc Degrave, on revenait sur la question de l’inversion improprement dite sexuelle, à laquelle beaucoup de sociétés ont recours pour contourner les règles qui interdisent, tantôt aux hommes, tantôt aux femmes, de se livrer à des activités considérées comme inhérentes à la nature du sexe opposé (les berdaches d’Amérique du Nord, les mahu de Polynésie, etc.).

4Le troisième thème traité au cours du séminaire fut celui de l’« atelier ». Le terme a deux acceptions, qui cependant ne sont pas sans rapports l’un avec l’autre : 1) le lieu où se déroule une certaine activité et où se manifeste matériellement son organisation ; et 2) la façon dont une certaine activité est répartie en tâches simultanées ou successives, mais connectées, à l’intérieur du groupe social. La première acception a donné lieu à deux exposés, l’un par Sophie Cassagne-Brouquet sur les ateliers urbains en Angleterre et en France au Moyen Âge, l’autre par Ella Dardaillon sur les ateliers actuels des métalliers en Syrie, dans le cadre d’une recherche comparative avec les ateliers protohistoriques d’Ougarit. La seconde acception est celle de Le Play et de ses successeurs, parmi lesquels Paul Descamps, qui s’est efforcé de développer et d’adapter le concept de Le Play à l’analyse des sociétés « sauvages » comme on disait alors (dans les années 1920) ; elle a fait l’objet d’une présentation historique par Antoine Savoye.

5Il est clair que ce concept leplaysien d’atelier, quels que soient les amendements qu’il appelle aujourd’hui, est appelé à jouer un rôle important à l’avenir. Il semble bien que ce soit un moyen efficace pour arriver à une comparaison ordonnée des faits si divers de répartition des tâches et des activités entre les diverses sociétés.

Publication

  • Réédition de L’évolution du mariage, par Paul Lacombe (1889), Paris, Ibis Press, 2009, 160 p., avec commentaires et analyses par Françoise Héritier, Martine Segalen et Jean-Luc Jamard.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Sigaut, Sophie de Beaune, Narjys El Alaoui, Hara Procopiou, Yoshio Abé et Cozette Griffin-Kremer, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 175-176.

Référence électronique

François Sigaut, Sophie de Beaune, Narjys El Alaoui, Hara Procopiou, Yoshio Abé et Cozette Griffin-Kremer, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19853

Haut de page

Auteurs

François Sigaut

Articles du même auteur

Sophie de Beaune

Narjys El Alaoui

Hara Procopiou

Articles du même auteur

Yoshio Abé

Articles du même auteur

Cozette Griffin-Kremer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals