Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire des traites et des esclavages

Myriam Cottias et Jean Hébrard
p. 195-196

Texte intégral

Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS
Jean Hébrard, inspecteur général honoraire de l’Éducation nationale

Histoire sociale et culturelle de l’esclavage

1Le séminaire qui s’est tenu au deuxième semestre a été consacré à une réflexion sur l’écriture de l’esclavage dans ses multiples dimensions (historique, littéraire, épistolaire, cinématographique, etc.). Une première séance a été consacrée à deux œuvres fortement reliées dans leurs élaborations respectives mais inscrites l’une dans la littérature (la trilogie de Madison Smartt Bell sur la révolution haïtienne), l’autre dans l’histoire (Les Vengeurs du Nouveau monde de Laurent Dubois). L’étude de leur incipit a permis d’éclairer la manière dont l’une et l’autre introduisent l’acteur « esclave » dans leur récit – littéraire ou historique – et inscrivent celui-ci dans la violence des sociétés esclavagistes. La difficulté de dire la spécificité du rapport de dépendance esclavagiste a été éclairée en modifiant le point de vue : comment des Européens pris en captivité et soumis eux-mêmes à l’esclavage ont-ils raconté dans leurs récits de voyage l’inversion de ce rapport ? Les cas de Hans Staden au Brésil et de M. Saugnier en Afrique ont permis d’explorer ce contrepoint. Il a été complété par l’intervention de Thomas Davis (Université de Lausanne), dont la publication d’une correspondance qu’un émigré vaudois entretient avec sa famille depuis la Guyane française durant le premier XIXe siècle, permet de contraster les processus d’euphémisation du récit lorsqu’il s’adresse à des Européens et les lieux communs de la violence esclavagiste qui circulent entre les colons et leurs familles.

2Une seconde thématique a permis d’explorer les mises en récit littéraire de la révolte depuis leurs matrices avec le roman d’Aphra Behn dès le XVIIe siècle anglais jusqu’à leurs formulations françaises au XVIIIe siècle (avec Saint-Lambert) et au XIXe (avec Dumas) en essayant de comprendre, comme le faisait déjà remarquer Michèle Duchet, pourquoi la figure du « marron » devient la forme quasi unique de la rébellion. C’est la même question qui a été posée à la production cinématographique contemporaine : comment met-elle en scène la capacité et la volonté d’agir (agency) des esclaves qu’elle donne à voir ?

3Le séminaire a été étroitement articulé avec deux colloques internationaux organisés par le Centre International de Recherche sur les Esclavages (CNRS) – dans le cadre du projet européen EURESCL (7e PCRD) – qui ont été ouverts aux doctorants : le premier à Bordeaux en mai (« Affranchis et descendants d’affranchis dans le monde atlantique (Europe, Afrique et Amériques) du XVe au XIXe siècle : Statuts juridiques, insertions sociales et identités culturelles »), le second à Paris-VII/Diderot et à l’EHESS en juin (« Les effets de l’abolition de la traite par la Grande-Bretagne sur les discours nationaux »).

Publication

Jean Hébrard

  • As bibliotecas escolares. Entre leitura pública e leitura escolar na frança do II Império e da III República, Campinas, SP, Mercado de Letras, 2009, 80 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Cottias et Jean Hébrard, « Histoire des traites et des esclavages », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 195-196.

Référence électronique

Myriam Cottias et Jean Hébrard, « Histoire des traites et des esclavages », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19878

Haut de page

Auteurs

Myriam Cottias

Articles du même auteur

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals