Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne

Pierre-Étienne Will
p. 197-198

Texte intégral

Pierre-Étienne Will, directeur d’études

Recherches sur le mouvement des boxeurs

1Le mouvement anti-chrétien et xénophobe des boxeurs (1898-1900) a déjà fait l’objet de nombreux travaux. Nous en avons rappelé avec quelques détails les principaux développements, sur lesquels les synthèses les plus récentes sont celles de Joseph W. Esherick (1987) et Paul A. Cohen (1997). Or, presque sans exception, les études consacrées aux boxeurs se contentent de passer très vite sur les lendemains du siège des Légations et de l’entrée dans Pékin du corps expéditionnaire dit des « huit nations », le 14 août 1900. Seules les difficiles négociations conclues par un protocole prévoyant une indemnité colossale payable en 39 ans ont fait l’objet d’études détaillées. Notre intérêt pour la phase de répression active des boxeurs et de retour à l’ordre dans la province métropolitaine du Zhili pendant les mois suivant la chute de la capitale et la fuite de la cour impériale est parti d’un court recueil de documents publié en 1902 par un certain Ma Yugui, désigné comme magistrat de la sous-préfecture de Hejian (à environ 200 km au sud de Pékin) moins de deux semaines après la défaite des forces impériales et de leurs alliés boxeurs. Les correspondances et proclamations publiques dans lesquelles Ma Yugui évoque ses efforts pour restaurer l’autorité de l’État, fermer les centres d’entraînement et de propagande des boxeurs, pourchasser les meneurs, réinsérer les convertis dans leurs communautés d’origine et indemniser les missions chrétiennes peuvent être croisées avec les récits des membres de la mission jésuite du Zhili Sud-Est consignés dans la revue Chine et Ceylan : Lettres des Missionnaires de la Compagnie de Jésus (Province de Champagne), à partir de la fin 1898.

2Les témoignages de Ma Yugui et des missionnaires partent d’un terrain bien circonscrit, où les convertis étaient nombreux et où les boxeurs avaient été particulièrement virulents. Nous nous sommes efforcé de les mettre en contexte en nous appuyant sur la documentation très riche publiée en 1959 sous le titre Yihetuan dang’an shiliao (avec une « suite » parue en 1990). Les mémoires, édits, télégrammes et autres communications cités jour après jour, voire heure par heure, livrent une image saisissante de la vacance du pouvoir à Pékin, de la désorganisation de l’administration du Zhili et des difficultés extrêmes de communication à la fin de 1900 et pendant une bonne partie de 1901. Ils montrent également comment était vécue la présence des troupes étrangères qui occupaient Pékin et Tianjin et se livraient à des expéditions punitives dans les préfectures voisines, où les forces chinoises encore opérationnelles faisaient tout pour les éviter. Les notes prises au jour le jour par quelques habitants de la capitale, publiées en 1978 sous le titre Gengzi jishi, dont nous avons examiné quelques exemples, sont tout aussi instructives. James L. Hevia, English Lessons (2003), l’un des rares auteurs à s’intéresser de près à cette phase de répression, se sert surtout de sources occidentales et s’intéresse d’abord à l’attitude de l’impérialisme « donneur de leçons » qui est le sujet de son ouvrage. Le sentiment qui domine est l’humiliation – celle des populations et celle des responsables civils et militaires de l’empire –, ce qui n’est pas pour surprendre ; mais celle-ci n’exclut pas les accommodements dans l’espoir de limiter les dégâts, ou simplement pour permettre que la vie continue, comme le montrent les témoignages des habitants de Pékin.

3Nous avons terminé en étudiant en détail la prise de Baoding (octobre 1900) par un corps expéditionnaire allemand, anglais, français et italien, au terme de laquelle trois hauts fonctionnaires sont passés en cour martiale et exécutés more sinico devant le front des troupes. Le principal accusé, un certain Tingyong, dont les dernières missives illustrent de façon pathétique les efforts des autorités pour éviter le pire, était accusé d’avoir encouragé les boxeurs à exécuter plusieurs missionnaires et leurs familles quelques mois plus tôt. Il est clair cependant que s’emparer de la capitale provinciale du Zhili avait aussi une valeur symbolique aux yeux du général von Waldersee, le commandant en chef des forces d’occupation et principal artisan de la stratégie de vengeance voulue par Guillaume II.

4Trois étudiants en fin de thèse ont présenté leur travail et proposé des sources qui ont été lues et discutées par le séminaire : Claude Chevaleyre, sur une révolte de serfs (ou « dépendants ») dans une sous-préfecture du Jiangsu au moment de la conquête mandchoue ; Jérôme Kerlouégan, sur le Wanli yehuo bian, un recueil d’anecdotes exceptionnellement riche sur la vie politique et la société des Ming ; Pierre-Emmanuel Roux, sur les méthodes utilisées en Chine et au Japon pour faire abjurer les convertis chrétiens (XVIIe-XIXe siècles).

5Li Shenwen (Université Laval à Québec, directeur d’études associé à l’EHESS) a proposé deux exposés sur ses travaux en cours concernant la mission jésuite québécoise de Xuzhou, dans le nord du Jiangsu, pendant la première moitié du XXe siècle.

6Enfin, Xiaohong Xiao-Planes (INaLCO) a présenté et commenté des vues de sites historiques et d’édifices traditionnels prises lors d’une récente enquête de terrain au Fujian et au Guangdong.

Publications

  • « La réglementation administrative et le Code pénal mis en tableaux » (en chinois), Qingshi yanjiu, 2008, 4, p. 33-52.
  • « The Chinese Contribution to the Universal Declaration of Human Rights, 1947-1948 : A Re-examination », Guoshiguan guanxun/The Academia Historica Newsletter, 1 (décembre 2008), p. 2-29.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Étienne Will, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 197-198.

Référence électronique

Pierre-Étienne Will, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19880

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals