Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique et sociale des campagnes, XVIIe-XXe siècle

Gérard Béaur
p. 213-214

Texte intégral

Gérard Béaur, directeur d’études

Propriété, systèmes productifs, liens sociaux, politique d’encouragement à l’agriculture

1Le séminaire se réunit tous les 15 jours autour de Gérard Béaur et des responsables du groupe de recherches ERHIMOR (Équipe de Recherches pour l’histoire du monde rural) : Annie Antoine (Université de Rennes-II/Haute-Bretagne), Jean-Michel Chevet (INRA), Jean Duma (Université de Paris X/Nanterre), Nadine Vivier (Université du Maine). Il a pour ambition de retrouver dans l’expérience historique quelques-unes des clés d’explication pour mieux comprendre les campagnes de notre temps et les sociétés rurales d’aujourd’hui. Les thèmes qui sont abordés à chacune des séances sont en lien à la fois avec les travaux du GDR SOciétés Rurales Européennes et avec ceux de l’action européenne COST en cours depuis quatre ans. Si l’ouverture internationale est privilégiée avec un appel fréquent à l’expertise de chercheurs étrangers, des jeunes thésards ou des chercheurs français confirmés viennent également y présenter leurs travaux afin de placer ce lieu de discussion à la pointe de la recherche française sur les questions liées à la ruralité.

2Cette année, les séances du séminaire ont pris pour cible trois objets principaux : les modèles de développement agricole, le fonctionnement et la place de l’argent et du crédit, l’action de l’État et les agents de l’autorité dans les campagnes.

3Sur le thème des progrès agricoles, Gérard Béaur a ouvert le séminaire avec un exposé très critique sur le rôle pionnier de l’Angleterre dans le processus de la révolution agricole au XVIIIe siècle, en relativisant les performances de l’agriculture britannique et la portée des innovations apportées dans les pratiques agricoles. Danilo Gasparini a présenté le problème de l’engrais dans les agricultures anciennes et comparé les prescriptions contenues dans les traités d’agronomie avec les pratiques. L’influence de la ville sur les campagnes avoisinantes et la spécificité des sociétés villageoises qui vivent dans son orbite ont été analysées par Florent Mérot, à partir d’une thèse en cours pour la vallée de Montmorency entre 1640 et les années révolutionnaires, et par Hervé Bennezon pour Montreuil, également « à l’ombre de Paris », sous le règne de Louis XIV, à partir d’une thèse soutenue et publiée récemment. Enfin Paul Servais a montré comment le modèle agraire ardennais avait été profondément transformé entre le XVIIIe et le XXe siècle et combien les niveaux de vie, aussi bien que la culture matérielle, avaient changé en même temps que les structures agraires dans les campagnes liégeoises, pendant la même période sous la poussée des bouleversements économiques qui se produisirent de manière précoce, et jusqu’au siècle dernier.

4Dans la sphère de l’argent et du crédit, Laurence Fontaine est intervenue à propos de son livre L’économie morale. Pauvreté, crédit, confiance dans l’Europe préindustrielle, en montrant la continuité, la pertinence et l’efficacité des pratiques de microcrédit dans l’Europe d’Ancien Régime comme aujourd’hui. La question de la place de la monnaie dans l’économie des campagnes sous l’Ancien Régime a été abordée par Jérôme Jambu, à partir de la thèse qu’il vient de soutenir, sous l’angle d’une circulation monétaire plus intense que ce que les historiens présument communément pour cette période. Enfin, Maria Elena Barrai a apporté une vision neuve des pratiques de l’aumône à Buenos-Aires entre 1750 et 1850, de sa fonction dans les mécanismes de circulation des biens, et de l’importance des réseaux ruraux d’information.

5Sur le rôle de l’État, Nadine Vivier a présenté le livre qu’elle vient de diriger chez Brepols dans le cadre du programme COST, et qui figure comme le premier volume de la collection « Rural history in Europe » dirigée par Gérard Béaur. The State and rural societies. Policy and education in Europe 1750-2000, présente les différentes facettes de l’intervention étatique dans les pays européens, notamment dans le domaine de l’enseignement agricole. Une telle politique agricole remonte bien au-delà du XVIIIe siècle, comme le démontre Danilo Gasparini en prenant pour exemple Venise et sa politique agricole entre le XVe et le XVIIIe siècle et en montrant sa logique et son efficacité, Bernard Bodinier et Pablo Luna ont résumé les conclusions d’un colloque qui s’est tenu très récemment à Gérone, à l’instigation du GDR et de l’Université de Gérone sur la désamortisation des biens ecclésiastiques, avec une comparaison inédite entre la vente des biens nationaux et les réformes entreprises aussi bien en Espagne qu’en Amérique espagnole. Antoine Follain, enfin, a pu décrire l’action de personnages encore peu étudiés et dont l’importance est capitale pour gérer les affaires des communautés rurales entre le XVe et le XVIIe siècle : les officiers de villages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes, XVIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 213-214.

Référence électronique

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes, XVIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19898

Haut de page

Auteur

Gérard Béaur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals