Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

L’utilisation du « genre » en histoire

Laura Lee Downs, Arlette Farge, Marie-Emmanuelle Chessel, Alessandro Stella et Magali della Sudda
p. 226-227

Texte intégral

Laura Lee Downs, directrice d’études
Arlette Farge, directrice de recherche émérite au CNRS
Marie-Emmanuelle Chessel, chargée de recherche au CNRS
Alessandro Stella, chargé de recherche au CNRS
Magali della Sudda, post-doctorante

1Ce séminaire questionne l’usage du « genre » en histoire. La séance inaugurale du 20 novembre 2008 portait sur les croisements épistémologiques entre l’histoire du genre et l’histoire religieuse en France contemporaine. Philippe Boutry et Magali della Sudda, ont évoqué les changements historiographiques qui ont signé l’évolution d’une histoire ecclésiastique à une histoire religieuse, puis du fait religieux, rendant possible des approches intégrant le genre. La séance du 18 décembre, animée par M. della Sudda, était axée sur la question du pouvoir et des femmes à la période médiévale et moderne. Fanny Cosandey et Christiane Klapisch-Züber ont présenté leurs travaux en cours et leur itinéraire de recherche. C. Klapisch a introduit la séance en retraçant son parcours de chercheuse, qui l’a menée de l’histoire économique à l’histoire des femmes en travaillant sur le catasto et les livres de familles florentines. F. Cosandey, reprenant les problématiques cérémonialistes, a montré l’importance de l’étiquette et des règles de préséance dans l’articulation des rapports entre hommes et femmes à l’époque moderne. Dans la séance sur genre et guerres, animée par Laura Lee Downs, Yannick Ripa et Stéphane Audoin-Rouzeau ont évoqué d’une part le rôle des femmes dans la guerre d’Espagne et d’autre part la division sexuelle qui sous-tend l’activité guerrière.

2La question du genre des métiers a fait l’objet de la séance du 9 avril, organisée par N. Dufournaud et M. della Sudda. C’est tout d’abord la question de la présence des femmes dans certains métiers considérés comme masculins au Moyen Âge qui a été traitée par N. Dufournaud. S’appuyant sur des minutes notariales dans la région de Nantes au XVIe siècle, elle a pu montrer une forte participation des femmes à l’économie mais aussi un rôle plus exceptionnel comme celui de cette soldate montant la garde de la cité et portant les armes. Reprenant ce fait singulier, Geneviève Pruvost, sociologue au CEMS, a montré comment la féminisation de la police française au XXe siècle a emprunté un chemin très différent de celui de l’armée. L’universalité du tabou anthropologique de l’interdit du port des armes par les femmes, transgressé par ces réformes de l’institution policière, a fait l’objet de discussion dans la suite du séminaire.

3S’inscrivant dans une perspective de renouvellement historiographique par le transnational, la séance sur les échanges transatlantiques au XXe siècle a croisé les apports du genre à l’étude des phénomènes transnationaux. Marie Chessel a montré comment la réforme sociale par la consommation est née aux États-Unis puis, dans les milieux américanistes européens, ces idées ont été reprises et adaptées par des intellectuels catholiques comme le couple Brunhes. Nancy L. Green a présenté ses travaux sur les mariages franco-état-suniens à Paris dans l’entre-deux-guerres.

4Enfin, la dernière séance a pris pour angle d’approche la sexualité – sublimée ou charnelle – des religieuses. Alessandro Stella a présenté ses recherches sur les relations amoureuses des religieux et religieuses dans le contexte du Mexique. Marie-Elizabeth Hainaut (Université de Liège), s’est intéressée à la clôture et au voile chez les religieuses. Enfin Xenia Von Tippelskirsch (Université de Bochum rattachée au CRH), s’est penchée sur le mariage mystique chez les tertiaires et les dévotes en Allemagne à la fin du XVIIe siècle.

5Le séminaire a attiré des chercheurs et des étudiants. Il a témoigné de la vitalité du champ des recherches qui utilisent le genre comme outil d’analyse en histoire. Les séances sur le pouvoir, les métiers, la guerre ont montré comment des problématiques classiques pouvaient être renouvelées par un déplacement de la focale sur la construction sociale de la différence sexuelle et l’articulation des rapports sociaux de sexe. D’autres séances – celle sur les circulations transnationales, sur la sexualité – ont montré comment des problématiques nouvelles pouvaient être élaborées à partir de cet outil d’analyse et mettre au jour des faits historiques négligés jusqu’alors par les historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, Arlette Farge, Marie-Emmanuelle Chessel, Alessandro Stella et Magali della Sudda, « L’utilisation du « genre » en histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 226-227.

Référence électronique

Laura Lee Downs, Arlette Farge, Marie-Emmanuelle Chessel, Alessandro Stella et Magali della Sudda, « L’utilisation du « genre » en histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19905

Haut de page

Auteurs

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Arlette Farge

Marie-Emmanuelle Chessel

Articles du même auteur

Alessandro Stella

Articles du même auteur

Magali della Sudda

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals