Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire comparée de la régulation socioéconomique en France et en Angleterre, 1680-1848

Philippe Minard, Pierre Gervais et Dominique Margairaz
p. 227-229

Texte intégral

Philippe Minard, directeur d’études
Pierre Gervais, maître de conférences à l’Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis
Dominique Margairaz, professeur à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne

Capitalisme et marchés. XVIIIe-XIXe siècles : produits, travail et société

1Rappelons tout d’abord que ce séminaire est un lieu de réflexion et de débat pour tous les étudiants et chercheurs intéressés par l’étude des relations entre l’État, la société et le marché, en France et en Angleterre, au moment de l’essor du libéralisme économique et politique. Par « régulation socio-économique », on entend l’ensemble des structures, institutions, normes et règles qui ordonnent, rendent possibles et encadrent à la fois les échanges économiques et tous les rapports sociaux. L’angle d’approche adopté est celui des pratiques des acteurs et de leurs logiques d’action. L’attention est donc portée aussi bien à l’État et à ses politiques qu’à toutes les institutions de la société civile (corps intermédiaires, associations, groupements professionnels, volontaires ou non), et aux règles dont celles-ci peuvent convenir. C’est aussi l’occasion de rendre compte des travaux majeurs de l’historiographie britannique récente dans le domaine de l’histoire économique et sociale.

2Le séminaire se déroule sous forme d’un « atelier » autour des interventions faites par ses animateurs ou par des invités, permettant de véritables discussions entre la trentaine de participants, étudiants de master, doctorants ou collègues.

3Cette année, à partir du mois de février, dans le cadre du mouvement social du printemps dans les universités, seules ont été maintenues en leur forme habituelle les séances auxquelles participaient des invités étrangers, dont la venue avait été prévue de longue date.

4La première thématique explorée a été celle des modalités de la formation professionnelle, avec le cas de l’apprentissage en Angleterre, marqué par la dualité de ses fonctions, entre formation au métier et intégration civique (Philippe Minard), et celui des écoles gratuites de dessin, dont Frédéric Morvan (école d’architecture de Rennes) montre qu’elles sont en fait un lieu central de la formation des techniciens qui vont peupler les ateliers et les manufactures dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

5Plusieurs séances ont ensuite été consacrées à la discussion des travaux d’Harrison White (« Where do markets come from ? », et Markets from Network : Socioeconomic Models of Production), appliqués à l’analyse des marchés textiles, notamment dans le cas des marchés du lin de la région de Münster, étudiés par Christof Jeggle (Bamberg Universität). De son côté, Peter Solar (VUB, Bruxelles) a analysé le jeu des facteurs de l’offre et de la demande dans les transformations des marchés textiles internationaux au XIXe siècle.

6Une autre façon de comprendre les marchés est de choisir comme point d’entrée un animal comme le cheval, ainsi que le fait Daniel Roche, venu présenter son dernier livre, et qui plaide pour un nouvel examen de la place centrale des équidés dans l’économie des XVIIIe et XIXe siècles.

7Le monde parisien de l’artisanat et du commerce au XVIIIe siècle, enfin, a fait l’objet de deux discussions. L’une autour des thèses d’Amalia Kessler (Stanford, Law School) sur les pratiques de la juridiction consulaire, où elle décèle ce qu’elle appelle une reconceptualisation de la notion de commerce, qui se dégagerait des conceptions corporative et « policière » (au sens qu’a alors la notion de police). L’autre au sujet du statut des femmes dans le monde corporatif, à partir du cas des veuves de maîtres, auxquelles le veuvage a paradoxalement ouvert de nouveaux droits et offert un nouveau rôle au sein même d’un univers corporatif hyper-masculin (Janine Lanza, Université Wayne State).

8Philippe Minard participe aussi aux travaux du séminaire « Qu’est-ce que la Britishness ? Liberalism and the State », dans le cadre du PRI « Études britanniques » (cf. le compte rendu de ce séminaire). Une séance commune des deux séminaires a permis de réfléchir avec Julian Hoppit (University College de Londres) et trois discutants (Philippe Minard, Renaud Morieux et François-Joseph Ruggiu) sur le thème des rapports entre « State, economy and civil society in 18th century Britain.

Publications

  • Avec D. Margairaz, « Marché des subsistances et économie morale : ce que « taxer » veut dire », Annales historiques de la Révolution française, n° 352, avril-juin 2008, p. 53-100.
  • « Du charbon et des plantations ? », introduction à Kenneth Pomeranz, La force de l’empire. Révolution industrielle et écologie, ou pourquoi l’Angleterre a fait mieux que la Chine, présenté par P. Minard, Maisons-Alfort, 2009, p. 7-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Minard, Pierre Gervais et Dominique Margairaz, « Histoire comparée de la régulation socioéconomique en France et en Angleterre, 1680-1848 », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 227-229.

Référence électronique

Philippe Minard, Pierre Gervais et Dominique Margairaz, « Histoire comparée de la régulation socioéconomique en France et en Angleterre, 1680-1848 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19908

Haut de page

Auteurs

Philippe Minard

Articles du même auteur

Pierre Gervais

Articles du même auteur

Dominique Margairaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals