Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Critique de l’économie historique

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani
p. 234-236

Texte intégral

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay, Alessandro Stanziani, directeurs d’études

Jeunes et vieux : les âges de la vie

1Le séminaire a poursuivi cette année l’étude historique des relations économiques entre générations. Un premier ensemble de séances a été consacré à l’examen des systèmes de protection et d’assurance sociales. En s’inspirant des données quantitatives publiées par R. Leimer, la question de l’inégalité dans les transferts de richesse entre générations aux États-Unis nous a d’abord retenus, avec un intérêt particulier pour la période 1876-1955 dont la grande hétérogénéité s’explique à la fois par la mise en place progressive (et très différenciée selon les générations) des systèmes de redistribution sociale et par les guerres. Le modèle d’Esping-Andersen (1990) et ses différentes actualisations nous ont ensuite mobilisés. Il s’agit en effet d’un instrument puissant qui propose un redécoupage des catégories d’âge en fonction d’une périodisation a priori. Ce modèle, en fait an-historique, a pour mérite de souligner combien, depuis 1945, les âges de la vie sont devenus un mode de classement central des sociétés, c’est-à-dire un problème politique. Ce qu’il sous-estime, par contre, c’est le rôle prépondérant des fluctuations historiques de plus ou moins longue durée dans la composition et les limites des classes d’âge, thème central dans ce séminaire.

2Un deuxième ensemble a été consacré à la constitution du « capital humain ».

3On s’est ainsi attaché à l’économie politique des décisions qui ont conduit à la généralisation de l’enseignement primaire (examiné à partir du cas français) et secondaire (examiné à partir du cas américain et des travaux de C. Goldin), ainsi qu’à l’institution de l’apprentissage. À la suite notamment des travaux de G. Becker, les économistes mettent l’accent sur la difficulté de financer la formation, en particulier parce que la firme qui consent cet effort (en argent ou en temps) ne serait pas sûre d’en bénéficier à terme, puisque le salarié une fois formé pourrait partir chez un concurrent. Cette problématique a conduit à se pencher sur la rationalité économique des systèmes d’apprentissage certifiés par des diplômes, ou bien encadrés par des corporations, ou simplement par un contrat obligeant l’apprenti à rester travailler pour son maître après la fin de sa formation. À partir d’études de cas, la question qui semble primordiale est celle de l’objectif implicite de l’apprentissage. Car, s’il s’agit toujours dans le contrat d’apprendre une profession, un métier, le but ultime change, et tous les acteurs ne l’envisagent pas forcément de la même manière. Forme-t-on un ouvrier, un futur maître (ou petit entrepreneur), ou bien un diplômé dont le destin sera lié au niveau de ce diplôme ?

4Un troisième ensemble de questions a privilégié ce moment central du rapport entre les âges que sont le mariage et la constitution de la famille. Depuis les années 1970, Hajnal et Laslett, s’inspirant entre autres des travaux de Le Play, ont opposé deux schémas d’évolution démographique pour l’Europe préindustrielle : d’une part des ménages élargis en Europe méridionale et orientale, d’autre part, des familles restreintes en Europe nord-occidentale. Ce schéma a été récemment discuté, en soulignant en particulier la complexité des « sentiers » démographiques à l’intérieur de chaque région. Ainsi, en Pologne, il est possible de retrouver trois modalités d’évolution des ménages, une de type « oriental », l’autre de type « occidental », et une troisième intermédiaire. Ces conclusions sont confirmées par des études sur la Bohême et la Hongrie, mais, aussi, sur la Russie où des différences régionales importantes se dégagent dès le XVIIe siècle et se confirment par la suite.

5À cette complexité régionale correspond une mise en cause du schéma traditionnel du servage, selon lequel le propriétaire foncier aurait intérêt à contrôler le marché du mariage des paysans tout en les incitant à se reproduire. Or, des données récentes ne confirment pas cette conclusion : les mariages entre paysans appartenant à des domaines différents étaient assez répandus et les propriétaires cherchaient moins à contrôler une évolution qu’ils n’avaient guère les moyens d’empêcher qu’à rechercher des alliances stratégiques avec d’autres propriétaires fonciers, tout en laissant les paysans libres de choisir leur époux (ses), sous la seule condition de lui payer des indemnités. À partir de là, il est possible de rendre compte des dynamiques démographiques des différentes régions russes.

6Enfin, dernier ensemble de réflexions, le séminaire s’est intéressé à la question si complexe de la délimitation des tranches d’âge. Après les âges de la retraite, de l’apprentissage et du parcours scolaire étudiés l’année dernière, nous avons réfléchi cette année sur le problème de la constitution des tables de mortalité en liaison avec des questions financières, soit pour le financement des caisses de retraite pour les vétérans romains (loi Falcidia), soit pour déterminer les tranches de remboursement d’emprunts publics (Europe du Moyen Âge au XVIIIe siècle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani, « Critique de l’économie historique », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 234-236.

Référence électronique

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani, « Critique de l’économie historique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19915

Haut de page

Auteurs

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Alessandro Stanziani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals