Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green
p. 246-248

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études

L’histoire comparée et les migrations contemporaines

1Le séminaire cette année a mené de paire une réflexion sur l’histoire des migrations et sur la façon dont cette histoire est écrite, confrontant les temporalités des migrants avec celles des historiens (thème présenté également au congrès de la Social Science History Association à Miami). Depuis une quarantaine d’années, l’accent est mis tantôt sur les communautés, tantôt sur l’État, tantôt sur les structures (socio-économiques ou politiques) entourant le mouvement, tantôt sur les stratégies ou actions des individus ou des familles. Ainsi, aux États-Unis, après les études sur l’assimilation jusqu’aux années 1960, les travaux sur l’ethnicité depuis les années 1970 ont cédé le terrain, ces dernières années, aux nouvelles enquêtes sur la citoyenneté ou sur le transnationalisme – qu’il dépasse les États par la volonté des migrants ou non (par exemple, le livre récent de Marion Kaplan, New York University, qu’elle est venue présenter, sur les réfugiés juifs dans la République dominicaine entre 1940 et 1945). En France, il s’agit d’interroger les liens complexes entre histoire de l’immigration et question coloniale. Le rôle des intermédiaires dans les sociétés coloniales (Kapil Raj, EHESS) propose une piste importante pour l’étude de « passeurs » culturels et intellectuels dans les communautés migratoires.

2Mais justement, comment définir une « communauté » d’immigrés ? Grâce aux institutions créées ? Dans la durée ? À travers l’auto-définition ou à partir du regard des autres ? Les domestiques luxembourgeoises en France au tournant du XXe siècle (Christine Muller, EHESS), constituent-elles une « communauté » ? Les Américains en France, une migration d’élite qui a créé de nombreuses institutions (pour certaines centenaires) s’appelaient bien une « colonie américaine » sans pour autant s’identifier comme « immigrants ». Or, les mariages mixtes montrent bien une forme de « sortie » de la communauté (conférence au congrès de la Society for French Historical Studies, St. Louis). Maud Mandel (Brown University) est revenue sur la reconstruction des communautés arménienne et juive après leurs génocides tandis que deux intervenants ont posé la question de la différentiation interne aux groupes au sujet des Arméniens du Caucase (Anouche Kunth, EHESS) ou des Juifs dans les brigades internationales espagnoles vue à travers la presse communiste, bundiste, et sioniste de gauche (Gerben Zaagsma, University College London). La politicisation des relations intra- et inter groupes pose autant de questions sur la façon dont les groupes se structurent (Houda Asal et Florence Vychytil, EHESS ; Maud Mandel sur les rapports entre juifs et musulmans en France en 1967-1968 ; notre propre conférence sur « États-Unis/France : Regards croisés sur l’Histoire des migrations et des politiques de lutte contre les discriminations » à l’Université populaire et citoyenne de Roubaix). Sans parler de la politicisation post facto des migrations à travers les projets de mise en musée (conférences données à l’Université de Californie à Los Angeles et à San Diego, et à l’Université d’Oslo).

3Mais, surtout, nous sommes revenus sur la pratique de l’histoire comparée elle-même, qu’il s’agisse de comparaisons entre groupes ou entre droits de la nationalité en Europe. Dieter Gosewinkel (Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung) souligne, à juste titre, la diversité fonctionnelle de la nationalité selon les pays ainsi que l’historicité des régimes de nationalité. Les concepts de jus soli et de jus sanguinis se construisent en lien avec les enjeux politiques, économiques ou démographiques, ce qui mine une opposition classique entre les deux. Pour Gosewinkel, le lien entre nation et nationalité se desserre depuis le XXe siècle.

4Enfin, en lien avec le mouvement contre les « réformes » universitaires au second semestre, nous avons participé au programme alternatif de séminaire « Changeons le programme ! » en interrogeant deux questions méthodologiques liées à nos recherches. D’abord il s’agissait de décortiquer la méthode comparée implicite (type de comparaison « sauvage ») dans l’usage d’un supposé « modèle américain », en proposant quelques pistes pour une comparaison construite concernant tant l’organisation de l’enseignement, de la recherche, ou de la notion du campus en France et aux États-Unis. Ensuite, nous avons examiné la façon dont la peur d’une fuite des élites agit comme soubassement aux « réformes », liée donc à une problématique de l’émigration et de l’expatriation, et comment les pays voient ceux qui partent (cf. conférences sur l’expatriation données à UCLA et à Barnard College, New York City).

Publications

  • Éd. avec Marie Poinsot, Histoire de l’immigration et question coloniale en France, Paris, La documentation française, 2008, 280 p.
  • « Expatriation, expatriates, and expats : The american transformation of a concept », American Historical Review, 114, n°2 (avril 2009), p. 307-328.
  • « Colonies d’ailleurs, colonies d’ici », Hommes et migrations, n° 1276 (novembre-décembre 2008), p. 134-146.
  • « La migration des élites : Nouveau concept, anciennes pratiques ? », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n° 41 (avril 2008), p. 107-116.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 246-248.

Référence électronique

Nancy L. Green, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19922

Haut de page

Auteur

Nancy L. Green

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals