Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours

Henriette Asséo
p. 248-250

Texte intégral

Henriette Asséo, professeur agrégée

Histoire et anthropologie des Tsiganes d’Europe

1Nous avons poursuivi cette année un cycle portant sur la construction de l’histoire des Tsiganes d’Europe. Le pari théorique et méthodologique consistait à respecter un principe de discontinuité tout en montrant la possibilité d’approcher par une lecture indiciaire l’inscription historique de systèmes familiaux.

2Nous avons donc posé, tant que la preuve contraire n’en a pas été administrée, qu’il n’existait aucune continuité historique permettant de parler de minorité tsigane européenne. Les résurgences de la politique tsigane mettent en jeu des administrations différenciées. Elles exercent leur droit à réglementation sur des populations dites « tsiganes » sans préjuger de l’identité sociale des catégories incriminées. Tomaso Vitale (Université de Milan Bicocca) chercheur invité par la Maison des Sciences de l’Homme de Paris, s’est livré à une déconstruction de ce qu’il a appelé la « métaphysique tsigane ». Un métadiscours forgé tout à la fois par les administrations, les associations et les médias déconnecte la présence romani de toute historicité. Il a proposé une approche pragmatique des évictions et de l’action publique par l’historicisation des conflits locaux. Il a mis en évidence le rôle central des questures des grandes villes italiennes dans la création de campi di nomadi. Ces mesures locales ont été relayées par la production d’un discours politique d’une remarquable cohérence signalant la disparition des zingari italiens, au profit d’une surévaluation du nombre et du caractère ethnique des migrations balkaniques. Mais il a montré aussi comment les mouvements de défense des « roms » ont contribué à forger une image d’ethnicité exogène en propageant la mythologie politique de la « nation rom ». Au total, les administrations italiennes ont fabriqué une nouvelle catégorie juridique, celle du « rom migrant » et le gouvernement italien a obtenu la révision de la charte sociale européenne. Ainsi la création par les États d’apatrides intra-européens ne serait pas désavouée par des institutions européennes imprégnées d’idéologie culturaliste. Le laboratoire italien a pu être comparé avec les politiques publiques françaises analysées par Marie Bidet (doctorante à l’ENS Cachan). Dans le cas français, le régime familial des « Voyageurs » de nationalité française fait de ces derniers l’unique catégorie exclue de la citoyenneté plein droit. En d’autres termes, une production conjointe de règlements administratifs vise à enserrer des groupes familiaux dans une entité anthropologique déconnectée de la diversité sociale et culturelle. Ainsi toute tentative ultérieure de transférer dans le champ politique une politique sectorielle d’émancipation ethnique ne sert qu’à réactiver la mémoire administrative de l’observation et de l’enregistrement de surveillance. Ces réflexions devraient permettre d’analyser les enjeux de la politique de reconnaissance en acte, qui accompagne le développement des commémorations de la Seconde Guerre mondiale.

3Les représentations administratives ne proposent pas forcément une vision triviale et dégradée de l’appréciation esthétique. Comment se sont élaborés les discours qui font de l’apparence supposée une figuration administrative de l’appartenance ? De quelle nature sont leurs liens avec les métaphores visuelles de l’art occidental ? Ainsi Xavier du Crest (Université Strasbourg-II/Marc-Bloch) nous a présenté des peintres orientalistes français sur les rives du Bosphore dans la première moitié du XIXe siècle. L’Orientale inaccessible est remplacée par la figure familière de Bohémiennes et la réactivation artistique du thème s’opère par un mécanisme de « rapatriement » et non d’éloignement exotique.

4Dans tous les domaines qui nous intéressent, nous avons pu constater que les unités pertinentes d’observation et de comparaison sont d’abord locales, puis articulées au régional et au national. Au terme de ce cycle, nous passerons à une réflexion d’ensemble sur les apories du multicularisme en mettant en cause le présupposé qui ferait de l’Europe une entité pertinente d’observation dans le cadre de la global history.

Publications

  • « La Nation errante ; « Comtes de Petite Égypte » et « capitaines de Bohémiens » dans l’Europe médiévale et moderne », dans Le Monde de l’itinérance en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Procédures de contrôle et d’identification, sous la dir. de Claudia Moatti, Wolfgang Kaiser et Christophe Pébarthe, Bordeaux, Ausonius, De Boccard, 2009, p. 113-136.
  • « La Belle Égyptienne » : Esthétique de la Bohémienne en France à l’époque moderne », dans Alle radici dell’Europa. Mori, giudei e zingari nei paesi del Mediterraneo occidentale, sous la dir. de Felice Gambin, vol. 2 ; (secoli XVII-XIX), Florence, Seid, 2009, p. 23-41.
  • « Le Génocide des Tsiganes », dans Dictionnaire de la Shoah, sous la dir. de Georges Bensoussan, Joël Koteck, Jean-Marc Dreyfus, Édouard Husson, Paris, Larousse, 2009, p. 557-561.
  • « Le mestier de Bohémienne, la mobilité des Bohémiens à l’époque moderne », dans Études Tsiganes, premier et deuxième trimestre 2008, n° 33-34, p. 122-139.
  • « Les faits et l’impunité », dans Les Tsiganes en France, un sort à part, (1939-1946), sous la dir. de Marie-Christine Hubert et Emmanuel Filhol, Paris, Perrin, 2009, préface, p. I-XIII.
  • « Travestissement et divertissement, Bohémiens et Égyptiens à l’époque moderne », dans Les Dossiers du Grihl, Dissidence et Dissimulation, sous la dir. d’Antony Molho et Jean-Pierre Cavaillé, 2009, n° 2, 18 p., http://dossiersgrihl.revues.org/​3680.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 248-250.

Référence électronique

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19923

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals