Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire intellectuelle de l’Europe moderne

Jean-Pierre Cavaillé
p. 251-252

Texte intégral

Jean-Pierre Cavaillé, maître de conférences

Secret et tromperie à l’époque moderne. Libertinage et liberté

1Le séminaire a été consacré cette année à la question de la liberté, ou plutôt des libertés, en relation avec l’usage explicite dans les sources (XVIe-XVIIe siècles) de la catégorie de libertin, libertinage ou libertinisme. Nous nous sommes principalement concentrés sur un corpus de textes anglais n’ayant jamais réellement fait l’objet de l’attention des historiens du libertinage, qui n’envisagent le plus souvent le libertinage anglais qu’à partir de l’Italie et surtout de la France, en général pour aborder un pan de la littérature littéraire de la Restauration.

2Il nous est apparu que l’on a désigné d’abord par libertines les groupes religieux sectaires réputés mettre en cause l’ordre des croyances, des mœurs et des pouvoirs légitimes (Family of love, antinomistes, seekers, ranters, etc.), dans le sillage souvent explicite des textes de Calvin et de ses successeurs, en même temps que l’on a très tôt utilisé le terme libertinism pour nommer à la fois une impiété et une immoralité dégagées de toute préoccupation religieuse, souvent référées à la philosophie morale épicurienne. La manière dont s’articule dans les textes ce Janus à deux têtes nous a permis de sortir des limites étroites de la catégorie historiographique de libertinage et de travailler sur la zone grise, d’une grande complexité, à l’intersection de ces deux formes de culture, en principe distinctes, et de montrer les enjeux en faits concordants, malgré toutes les discordances produites par les relations polémiques entre les crimes et vices attribués aux libertines, ainsi que l’existence effective de revendications jugées inacceptables dans les discours autorisés concernant la liberté de conscience, la liberté d’opinion et de pensée, voire la liberté de mœurs et bien sûr la liberté civile, au cœur des conflits de l’époque révolutionnaire.

3Nous nous sommes arrêtés en fin d’année sur les textes associés au mouvement informel appréhendé par les contemporains sous le nom de rant et de ranters (œuvres de Abiezer Coppe et de Lawrence Clarkson), car l’on y trouve plusieurs occurrences d’une revendication explicite du libertinism, à travers une redéfinition de la catégorie dans le sens d’un spiritualisme antinomien, mais impliquant l’adoption de pratiques relevant effectivement du libertinage de mœurs.

4Par ailleurs, nous avons consacré trois séances à la discussion d’ouvrage récent traitant du libertinage, en présence de leurs auteurs : Sophie Houdard, Stéphane Van Damme et Didier Foucault.

5Enfin, nous avons participé avec un groupe de collègues à un programme alternatif de séminaires « Changeons le programme ! », consacrés à l’analyse critique des « réformes » imposées par le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur et celui de l’Éducation nationale, initiative qui se prolongera l’an prochain par un séminaire commun, intitulé : « Les politiques des sciences. Séminaire alternatif ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cavaillé, « Histoire intellectuelle de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 251-252.

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Histoire intellectuelle de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19925

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals