Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé, Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, Alain Cantillon, Nicolas Schapira et Alain Viala
p. 264-265

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études
Jean-Pierre Cavaillé, Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, maîtres de conférences
Alain Cantillon, maître de conférences à l’Université Paris-III/Sorbonne nouvelle
Nicolas Schapira, maître de conférences à l’Université de Marne-la-Vallée
Alain Viala, professeur à l’Université d’Oxford

Écriture et action (XVIe-XIXe siècle)

1Cette année a été celle de l’ouverture d’un nouveau chantier, « Voir le passé ? », auquel plusieurs séances exploratoires ont été consacrées. Deux séminaires de présentation, de proposition d’objets – le passé dans L’Anglaise et le Duc d’Éric Rohmer – et de pistes bibliographiques (Christian Jouhaud, Laurence Giavarini, Judith Lyon-Caen) ont été organisés au début de l’année. Jean-Luc Chappey a ensuite traité d’ordre et de désordre biographique dans les dictionnaires historiques (1750-1830), Manuel Charpy de la « culture matérielle » et des « expériences du temps et de l’histoire dans les intérieurs parisiens du XIXe siècle », Sophie Houdard des mystiques du XVIIe siècle chez les aliénistes et les élèves de Charcot, Christian Jouhaud de « Voir le passé dans Maigret et les témoins récalcitrants », le roman de Simenon, Marine Roussillon de « Voir le Moyen Âge au XVIIe siècle » et Alain Viala de Camargo (« quand la littérature revoit la peinture XVIIIe-XIXe siècle »). Le dossier « Localisations » a été travaillé en parallèle : Jean-Pierre Cavaillé a analysé la figure et les productions de Béatrice Bugelli, « poetessa pastora » (1802-1885), Julien Goeury a étudié les processus de localisation dans les Œuvres (1601) d’André Mage de Fiefmelin et Dinah Ribard la recherche des origines menée à Caen à la fin du XVIIe siècle. Enfin, quelques séances ont été consacrées au livre collectif en cours de rédaction dans le cadre du thème précédent, « Écriture et action », qui continue à nourrir notre réflexion : en témoigne, par exemple, la journée d’étude « Le prédicateur et la prédication », co-organisée avec le CARE le 2 juin 2009.

2Le séminaire hebdomadaire du GRIHL se tient en alternance dans les locaux de l’EHESS et dans ceux de l’Université Paris-III//Sorbonne nouvelle. Cette particularité a permis aux membres du groupe d’éprouver dans la durée la fécondité du travail en commun et inversement de se trouver en position de mesurer le risque de la mise en concurrence des établissements et des équipes. L’interdisciplinarité et la coopération entre établissements qui sont à la base des enquêtes collectives et des réflexions méthodologiques conduites au GRIHL ont, au cours du second semestre, incité les organisateurs du séminaire à se poser la question de la cohérence entre la réalité de leurs pratiques institutionnelles et scientifiques et les positions prises dans le conflit concernant les réformes de l’Université et de la recherche. Dans le cadre de l’opération « Changeons le programme ! » (et, parallèlement, dans celui des « cours alternatifs » de Paris-III//Sorbonne nouvelle), ont donc été organisées plusieurs séances consacrées soit à l’information et à la discussion sur tel ou tel aspect du mouvement en cours, soit à l’analyse des divers objets écrits produits dans le contexte de ce mouvement (« Écrire dans l’action », les 10 et 17 mars 2009). La décision a été prise d’annuler d’autres séances dont la tenue aurait signifié une rupture de solidarité entre les collègues du GRIHL en grève à Paris-III//Sorbonne nouvelle ou dans d’autres universités et ceux de l’EHESS ; cela non sans vives et intéressantes discussions au sein du groupe. Au cours de ce même second semestre, ont néanmoins été accueillis un directeur d’études invité et une maîtresse de conférences invitée : David Norbrook, Université d’Oxford (« The Writing shadow : Lucy Hutchinson and the literature of English republicanism ») et Mathilde Bombart, Université Rutgers (« Écritures et lectures à clé : histoires de déchiffrement et historiographie littéraire (XVIIe-XIXe siècles) »).

3Au premier semestre, Déborah Blocker (Université de Berkeley), a donné un séminaire sur « Dire l’“art” à Florence au XVIe siècle : poétiques au service du prince et poétiques hétérodoxes » et l’année universitaire a été inaugurée par un colloque franco-allemand de doctorants, en association avec l’International Graduate Center for the Study of Culture de l’Université de Giessen.

Publications

  • Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire Littérature Témoignage. Écrire les malheurs du temps. Paris, Gallimard, 2009.
  • Les dossiers du GRIHL : http://dossiersgrihl.revues.org
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé, Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, Alain Cantillon, Nicolas Schapira et Alain Viala, « Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 264-265.

Référence électronique

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé, Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, Alain Cantillon, Nicolas Schapira et Alain Viala, « Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19933

Haut de page

Auteurs

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Judith Lyon-Caen

Articles du même auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Alain Cantillon

Articles du même auteur

Nicolas Schapira

Articles du même auteur

Alain Viala

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals