Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Les diasporas à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle : comparaisons, connexions

Natalia Muchnik
p. 275-276

Texte intégral

Natalia Muchnik, maître de conférences

Diasporas et territoire(s) (XVIe-XVIIIe siècle)

1Objet du séminaire : Face au morcellement des historiographies et à la banalisation du concept de diaspora, ce séminaire s’est proposé de mener une réflexion sur le fait diasporique par une approche comparée et croisée des Séfarades, des catholiques anglais et des huguenots tout au long de l’époque moderne, questionnant ainsi la première comme la seconde modernité. Si ces trois groupes ont constitué le cœur du terrain abordé par le séminaire, nous avons néanmoins intégré d’autres populations susceptibles, à titre de comparaison, d’aider la réflexion, telles que les morisques, avant et après l’expulsion d’Espagne (1609-1614) et les esclaves africains dispersés dans l’espace atlantique, principalement au XVIIIe siècle, ainsi que les diasporas contemporaines (Chinois, Arméniens etc.). Le thème principal de cette première année du séminaire était celui des rapports des diasporas avec la ou les terres d’origine et s’inscrivait dans une analyse plus large de la relation des groupes et des individus au territoire.

2Déroulement des séances : Les premières séances (novembre et décembre 2008) ont été consacrées à une présentation générale des diasporas studies – largement dominée par les diasporas contemporaines –, à travers l’étude de tables des matières, Introductions d’ouvrages et articles : extraits des revues Diaspora. A Journal of transnational studies (New York puis Toronto) et Diasporas. Histoire et sociétés (Toulouse), d’ouvrages précurseurs de l’histoire comparée des diasporas tels que Modem diasporas in international politics (1986) dirigé par Gabriel Sheffer et Global diasporas : an introduction (1997) de Robin Cohen etc.

3Puis, en janvier, février et mars 2009, nous avons interrogé les typologies établies par les spécialistes et les critères choisis. La pertinence de la sélection des critères est en effet directement liée aux différentes conceptions de la notion de diaspora ; un problème analysé plus avant par le commentaire, entre autres, des articles d’Yves Lacoste « Éditorial : géopolitique des diasporas », Hérodote, 53, 1989, p. 3-9 ; Alain Medam « Diaspora/Diasporas. Archétype et typologie », Revue Européenne des Migrations Internationales, ix, 1993, p. 59-66 ; Chantal Bordes-Benayoun « Revisiter les diasporas », Diasporas, Histoire et sociétés, I, 2002, p. 11-21 ; Stéphane Dufoix « Notion, concept ou slogan : Qu’y a-t-il sous le terme de « diaspora » ? », dans Les diasporas. 2000 ans d’histoire, sous la dir. de Lisa Anteby-Yemini, William Bertomière et Gabriel Sheffer, 2005, p. 53-63 ainsi que des extraits de James Clifford, Routes. Travel and translation in the late twentieth century, 1997 et Paul Gilroy, The black atlantic. Modernity and double consciousness, 1993.

4Les séances d’avril et mai 2009 ont permis une première approche des principales diasporas étudiées et de leurs historiographies respectives, en partie grâce à des intervenants extérieurs. Durant deux séances, Bertrand Van Ruymbeke (université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis), spécialiste de la diaspora huguenote (Memory and identity. The Huguenots in France and the atlantic diaspora, 2003, From new Babylon to Eden. The Huguenots and their migration to colonial south Carolina, 2006) a analysé les problématiques liées à l’exil huguenot en Amérique du Nord. Nathalie Genet-Rouffiac (Archives SHAT-Vincennes), spécialiste de l’exil des catholiques britanniques (Le Grand Exil, 2007 et Franco-Irish military connections, 2009) a, quant à elle, abordé la question de la présence jacobite en France. Enfin, Glenda Gambus, doctorante à l’Université Paris-IV/Sorbonne, a présenté ses recherches sur les femmes dans la diaspora séfarade et, plus spécialement, à Amsterdam et dans les colonies hollandaises.

5Les préliminaires nécessaires à l’approche du champ diasporique ont donc laissé peu de temps à l’analyse des aspects spatiaux proprement dits. Néanmoins, la résonance de cette perspective à travers les différentes diasporas invite à les approfondir : ceux-ci seront donc plus longuement traités les années à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Muchnik, « Les diasporas à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle : comparaisons, connexions », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 275-276.

Référence électronique

Natalia Muchnik, « Les diasporas à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle : comparaisons, connexions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19942

Haut de page

Auteur

Natalia Muchnik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals