Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et société dans le monde romain

Jean Andreau
p. 280-282

Texte intégral

Jean Andreau, directeur d’études

Phénomènes de marché dans le monde romain

1Nous avons continué cette année à traiter du thème déjà abordé au cours des années précédentes : « Phénomènes de marché dans le monde romain ». Il y avait dans le monde gréco-romain des marchés « permanents », des marchés périodiques et des foires ; mais le séminaire a porté non pas sur ces places marchandes, mais sur le marché abstrait, qui met en présence des agents économiques aux intérêts opposés et dans le cadre duquel se forment les prix. L’économie antique était-elle une économie de marché ? Et sinon, existait-il des formes de marché, en ce sens abstrait ? Et comment fonctionnaientelles ? Comme l’an dernier, la conclusion a été qu’il en existait, y compris pour les immeubles, les esclaves et le prêt d’argent, et que ces phénomènes étaient d’une ampleur et d’une structure variables selon les époques, les régions et les produits, mais qu’ils ne permettaient pas de considérer l’économie romaine comme une économie de marché.

2À quelles conditions peut-on parler de l’existence d’un marché du crédit ? Le prix du crédit, c’est le montant du taux de l’intérêt (qui, dans le monde romain, était le plus souvent limité par l’existence d’un plafond légal), mais ce sont aussi les diverses modalités du prêt. Nous avons étudié en détail les textes et inscriptions relatifs au taux d’intérêt. Ils révèlent l’existence de situations clairement différentes : d’une part, en Italie, à la fin de la République, des variations du taux usuel résultant de la conjoncture (dans la documentation disponible, de la conjoncture politique plutôt qu’économique) ; d’autre part, dans les provinces de l’Empire, des taux stables, et qui relèvent parfois de coutumes régionales.

3Ensuite, nous sommes passés au marché du travail, qui, comme l’intermédiation financière, a récemment fait l’objet d’articles de P. Temin, un économiste américain réputé pour sa vision ultra-modernisante de l’économie romaine. Ce marché est divisé en deux parties très distinctes, celle du travail libre et celle du travail servile. Sur le marché du travail servile, la documentation est particulièrement limitée. Il était très probablement plus organisé, et davantage concentré entre les mains d’intermédiaires spécialisés, que les marchés du travail libre. Ces derniers, quand ils existaient, paraissent avoir été très fragmentés et très locaux.

4À la fin de l’année, nous avons reparlé des briques et tuiles de la région de Rome, dont il avait déjà été question il y a plusieurs années, mais en posant d’autres questions. Nous avons commenté en détail des recherches récentes, notamment menées par J. Delaine, sur la répartition des marques de briques dans un certain nombre de monuments d’Ostie, qui datent du IIe siècle ap. J.-C. et du début du IIIe (à Ostie et Portus, l’autre port proche d’Ostie, le secteur du bâtiment a été particulièrement actif au IIe siècle, et surtout dans la première moitié de ce siècle). Dans beaucoup de cas, ces études montrent une dispersion des marques qui ne peut s’expliquer que par l’existence d’intermédiaires s’approvisionnant dans plusieurs briqueteries et tuileries. Dans d’autres cas, au contraire, le fait que peu de marques soient représentées dans le même bâtiment indique plutôt que les matériaux ont été vendus directement par le producteur à celui qui les a utilisés (le propriétaire de l’immeuble, ou bien une entreprise de construction ?). Ces recherches sur les briques et tuiles montrent que le secteur du bâtiment était organisé de façon plus compliquée qu’on ne l’a cru précédemment ; si elles donnent des indications sur le fonctionnement des marchés dans la région de Rome et de ses ports, elles invitent à de nouvelles études, avec l’objectif de préciser le rôle des divers protagonistes.

5Par les marques des briques et tuiles, nous avons de nouveau touché à ce qu’on nomme l’instrumentum domesticum (c’est-à-dire aux inscriptions que portent les outils, les instruments et objets de la vie quotidienne). Les étudiants de master et de thèse qui s’intéressent à l’économie antique doivent connaître cette documentation, certes austère, mais de plus en plus importante ; ce séminaire est un des rares lieux en France où l’on traite, presque chaque année, de l’instrumentum et de son épigraphie.

6Comme d’habitude, nous avons eu le plaisir d’écouter plusieurs conférences et exposés. Sur le marché, nous avons entendu deux remarquables conférences de Elio Lo Cascio, invité de notre École et professeur à l’Université de Rome « La Sapienza », sur les thèmes : « La Quantification de l’offre de monnaie à Rome, le Rôle du crédit » et « Marché des esclaves et marché du travail ». M. Dondin Payre (CNRS) nous a parlé des briques et tuiles fabriquées par les cités (« La spécificité des estampilles civiques et leur apport à l’histoire municipale »). En outre, deux auditeurs du séminaire, Jean-Pierre Reboul et Stéphane Martin ont présenté chacun un exposé, le premier sur « Les Capitales impériales en Occident dans l’Antiquité tardive », le second sur l’Étude des monnaies de fouilles en relation avec celle des sites archéologiques. Merci à ces orateurs pour leurs Interventions, qui ont toutes été stimulantes et de haut niveau, et qui ont donné lieu à d’intéressantes discussions.

Publications

  • Michel Ivanovitch Rostovtzeff, sous la dir. de J. Andreau et de Wladimir Berelowitch, Bah, Edipuglia, Collection Pragmateiai, 2008 (et voir, dans ce volume, aux pages 17-25, J. Andreau, « Michel I. Rostovtzeff et l’historiographie antique en dehors de la Russie au début du XXe siècle »).
  • « Freedmen in the Satyrica », dans Petronius, A Handbook, sous la dir. de J. Prag et I. Repath, Oxford, Wiley-Blackwell, 2009, p. 114-124.
  • « Le Jeu du contrat et de la vie sociale », dans Autour du droit des contrats. Contributions de droit romain en l’honneur de Félix Wubbe, sous la dir. de P. Pichonnaz, Genève-Zurich-Bâle, Schulthess, 2009, p. 7-18.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 280-282.

Référence électronique

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19948

Haut de page

Auteur

Jean Andreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals