Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Yannis Tsiomis
p. 286-287

Texte intégral

Yannis Tsiomis, directeur d’études

État-nation et villes capitales. Transferts culturels pour la fondation du territoire national aux XIXe et XXe siècles : Grèce, Allemagne, France, Italie

1Lors du séminaire de cette année, nous avons continué, dans un premier temps, à explorer les ruptures et les continuités suite à la création de l’État nation et la fondation des villes capitales. La Grèce indépendante et la désignation d’Athènes comme capitale (1833) ont servi d’exemple en tant que cas extrême de passage d’un ancien régime – la Grèce, province de l’empire ottoman – à un nouveau régime radicalement différent : celui du territoire de l’État nation. À travers les ruptures de gestion, de découpages administratifs, de nouvelles techniques et de compétences importées ; à travers les continuités relatives d’acteurs impliqués, d’usages persistants et d’inerties spatiales, nous avons approfondi la notion de transferts culturels, la question des conflits d’intérêts et de la réception de modèles importés. L’an dernier à partir d’une étude exhaustive de certaines lois pour la gestion du territoire nous nous sommes penchés sur l’ampleur des transformations et mutations voulues par le législateur de la régence bavaroise (importation des modèles français et allemand). Cette année, à travers la formation en France et en Allemagne des architectes, et ingénieurs qui ont oeuvré en Grèce dans le cadre de l’administration, nous avons étudié les conflits surgis avec les Grecs autochtones, comme conséquences de l’introduction de nouvelles logiques pour pouvoir fonder le territoire national, du plan de ville et du dessin comme outils (Y. Tsiomis) et de l’introduction de néologismes du vocabulaire technique (G. Dertilis). Thèmes abordés : La Grèce. Du territoire de l’empire ottoman au territoire de l’État nation ; Transferts de techniques et de modèles urbains au XIXe siècle ; Dessiner la ville capitale de l’État nation ; Les perceptions de la technique en Grèce (1800-1910) et la création de l’École Polytechnique d’Athènes. Thèmes abordés à partir des débats philosophiques et politiques sur le rôle de la ville capitale : La ville capitale du XVIIIe siècle : un « animal vorace » selon Diderot. La « Ville » contre la « Cité » selon Rousseau ; L’utopie urbaine XVIIIe et XIXe siècles : Réflexions à partir de L’Atlantide de Pierre Vidal-Naquet ; Les représentations de la ville capitale à travers l’art : K. F. Schinkel et Berlin (1800-1840) ; Naissance de « l’urbanisme néoclassique » allemand.

2Dans un deuxième temps, nous avons exploré l’évolution de l’« urbanisme néoclassique », en Europe du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les interventions de chercheurs sur les théories et des doctrines de la ville ont permis d’approfondir le couple rupture/continuité dans le cadre des mutations spatiales. Thèmes abordés : Patrick Geddes, de l’urbanisme ; Esthétique scientifique et techniques de suggestion autour de 1900 ; Pierre Lavedan, L’historiographie urbaine de Marcel Poëte ; Construction de la forme urbaine à l’échelle métropolitaine.

3Par ailleurs, souhaitant manifester mon opposition aux « réformes » imposées par le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur et par celui de l’Éducation nationale concernant le statut des enseignants-chercheurs, la formation des enseignants du secondaire etc., j’ai participé, dans le cadre de mon séminaire, avec un certain nombre de collègues, à un programme alternatif de séminaires « Changeons le programme ! » qui analysait l’origine et les effets de ces « réformes » sur la place du savoir dans notre société et le rôle qu’on souhaite assigner aux chercheurs. Cette initiative se prolongera l’an prochain par un séminaire commun, intitulé : « Les politiques des sciences. Séminaire alternatif ».

Publications

  • Sous la dir. de Yannis Tsiomis, Matières de villes Paris, Éditions de la Villette, 2008.
  • « Regarde de tous tes yeux, regarde », dans Le Corbusier voyageur, sous la dir. de P. Grass et Th. Paquot, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 29-59.
  • « Architecture totalitaire ou discours totalitaires sur l’architecture ? », dans L’architecture des régimes totalitaires face à la démocratisation, sous la dir. d’I. Iosa, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 32-42
  • « L’architecte, un historien intuitif, l’archéologue, un architecte d’anticipation du passé », dans L’avenir du passé. Modernité de l’archéologie, sous la dir. de J.-P. Demoule, B. Stiegler, Paris, INRAP/La Découverte, 2008, p. 139-153.
  • « Le Team X : contre-modèle des CIAM et nouveau modèle « hors des CIAM », dans Le Team X et le logement collectif à grande échelle en Europe : Un retour critique des pratiques vers la théorie, sous la dir. de B. Fayolle, R. Papillault, Pessac, MSHA, 2008, p. 15-26.
  • « L’aporia dell’architteto : la qualità dello spazio nella città contemporanea », dans Questioni della Città contemporanea, sous la dir. de M. Marcelloni, Milan, Franco Angeli, 2007, p. 115-130.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 286-287.

Référence électronique

Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19953

Haut de page

Auteur

Yannis Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals