Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire des sociétés urbaines de l’Amérique latine, XVIe-XIXe siècle

Jacques Poloni-Simard
p. 313-314

Texte intégral

Jacques Poloni-Simard, maître de conférences

Art moderne et histoire latino-américaine

1Dans le rapport à l’histoire de l’art moderne latino-américain, nous avons présenté le travail emblématique de deux artistes argentins, qui posent la question du politique de manière différente.

2Après ses œuvres réalistes sociales des années 1930 (Manifestación, Desocupados, Chacareros), Antonio Berni (1905-1981) a produit deux séries, à partir de 1960, où il raconte l’histoire de deux personnages de son invention, Juanito Laguna et Ramona Montiel. Ils incarnent la figure sociale des enfants des quartiers marginaux de Buenos Aires, les Villas miseria, avec leurs précaires conditions de vie, l’exploitation qu’ils subissent, leurs espoirs et leurs désillusions aussi. S’appuyant sur de véritables reportages et enquêtes de terrain, A. Berni a eu recours au collage, à la récupération (comme les habitants de ces quartiers pour construire leurs habitations). Ces œuvres, qui ont été exposées à Paris dans les manifestations « Mythologies quotidiennes » (1964) et « Figurations narratives » (1965) organisées par Gérald Gassiot-Talabot, ont une autre signification dans le contexte latino-américain. Elles s’inscrivent dans les débats dénonçant les inégalités et les injustices sociales ; elles sont en phase avec les développements des travaux de géographie urbaine qui, à la même époque, ont commencé à se multiplier sur les bidonvilles des grandes métropoles du continent. Enfin, en tant qu’allégories, Juanita Laguna et Ramona Montiel racontent une autre histoire et donnent un visage aux oubliés de l’histoire argentine. Œuvres de fiction racontant une histoire, ces collages produisent en même temps qu’elles rencontrent l’Histoire.

3À la même époque, Luis Felipe Noé (1933), l’un des représentants du groupe Otra Figuration, a produit une peinture directement politique, dans le contexte des années 1960. Mais son œuvre, organisée en séries, est marquée aussi par le souci de se confronter à l’histoire de l’Argentine. Dans « Serie Federal », 1961, comme encore dans les années 1980, il remet en question les mythes fondateurs de la nation argentine, ceux-là même que les historiens ont, pour leur part, revisités et révisés. À ce titre, l’œuvre de Noé est une peinture d’histoire. Mais l’horizon historique de son travail artistique dépasse le cadre national pour toucher aux moments fondateurs de l’histoire américaine (séries « La naturaleza y los mitos », 1975 ; « Paisajes amazónicos », 1980-1981), où la découverte et la conquête de l’Amérique sont considérées et montrées comme destruction de la nature. Troisième niveau d’analyse, la réflexion de L. F. Noé sur le temps et la mémoire, car son ambition est de participer à la production d’un « imaginaire visuel latino-américain ».

4Le séminaire s’est interrompu le 31 mars 2009, ayant été nommé en Argentine, au 15 avril, pour occuper le poste de directeur du Centre franco-argentin des hautes études de l’Université de Buenos Aires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Poloni-Simard, « Histoire des sociétés urbaines de l’Amérique latine, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 313-314.

Référence électronique

Jacques Poloni-Simard, « Histoire des sociétés urbaines de l’Amérique latine, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19985

Haut de page

Auteur

Jacques Poloni-Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals