Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval

Jean-Claude Schmitt
p. 327-329

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Schmitt, directeur d’études

Histoire et anthropologie des rythmes

1L’enquête pluriannuelle que je présente dans mon séminaire a conduit à poser cette année la question des rapports entre rythme et espace et celle des changements de rythme dans l’histoire. La première a permis de réfléchir sur la scansion des déplacements dans l’espace et la possibilité d’une représentation figurée des rythmes spatio-temporels. On a ouvert d’abord le dossier des processions, des tournées de quête et de la charité itinérante dans l’espace parisien de la fin du Moyen Âge, en comparant les statuts du collège de Hubant ou de l’Ave Maria de Paris (1346-1349) et le testament d’un riche parisien et conseiller du roi, Denis de Mauroy (1411), pour parvenir à une cartographie des itinéraires de distribution d’aumônes évoqués dans ces textes. La comparaison a montré des différences liées peut-être à l’écart chronologique, mais aussi une certaine similitude dans l’appréhension rationnelle de l’espace urbain tel qu’il était conçu par les testateurs, qui semblent n’avoir voulu négliger aucune des églises (points convenus de cette charité prescrite) et avoir cherché à éviter aux distributeurs d’aumônes les détours inutiles. La question des rythmes de l’espace-temps a été reposée ensuite à propos de deux documents de première importance : la Bildchronik du voyage à Rome (Romfahrt) du futur empereur Henri VII de Luxembourg (couronné en 1313 et mort en Toscane la même année durant son retour) et la Tapisserie de Bayeux (vers 1077). L’écart chronologique beaucoup plus important (deux siècles et demi environ), comme la différence radicale des supports (codex et broderie) et de la présentation matérielle des images (discontinuité des miniatures à pleine page, continuité narrative de la broderie), auraient pu décourager une telle comparaison. Mais la fonction commune de memoria assignée à ces deux programmes figuratifs (dont les commanditaires, l’archevêque Baudoin de Trêves et l’évêque Odon de Bayeux étaient les frères des principaux protagonistes : l’empereur Henri VII et le roi d’Angleterre Guillaume le Conquérant), nous a invité à confronter ces documents pour mettre en valeur la notion de changement historique des rythmes : une nette évolution est en effet perceptible entre la fin du XIe siècle et le début du XIVe siècle ; elle va dans le sens d’une plus grande régularité, sinon d’un schématisme accru dans la représentation ; les images légendées appelaient dans les deux cas à un commentaire des lecteurs/spectateurs, mais on doit imaginer d’un côté la voix sonore des clercs qui commentaient en chantant la broderie lors de son exposition solennelle dans la cathédrale de Bayeux (à l’occasion de la commémoration annuelle de la dédicace de l’église en 1077 (année possible de la réalisation de l’œuvre) ; de l’autre, la lecture silencieuse du manuscrit dans les archives (Balduinenses) de l’évêque de Trêves. Ces différences renvoient au contraste entre deux époques et deux manières (dont il conviendra d’évoquer bien d’autres modalités sociales), de définir le rythme : l’une s’apparente à la modulation qu’on peut dire « romane » ; on la retrouve au premier chef dans le plain chant grégorien et la cantillation de la Chanson de Roland ; l’autre met en œuvre la mesure (ratio) de la pensée arithmétique, de la musica mensurabilis qui se développe au milieu du XIIIe siècle (Francon de Cologne, Jean de Garlande) ou encore de l’architecture gothique (Villard de Honnecourt). Cette tension entre « modulation » et « mesure » nous semble constitutive du rythme et essentielle à une réflexion sur le sens des changements de rythme dans l’histoire.

2Le séminaire a accueilli trois professeurs étrangers, directeurs d’études invités : Jesse Byock (UCLA) a parlé des rapports entre les textes littéraires (les sagas) et l’archéologie à propos de l’Islande médiévale ; Peter Schuster (Saarbrücken) des images de la famille à propos des Hohenzollern ; Myriam Greilsammer (Bar Man) a fait un exposé sur les usuriers lombards à Anvers. Membre du séminaire, Aurore Guigou (Université Rennes-II) a exposé ses recherches sur la Tapisserie de Bayeux. Une séance du séminaire a été aussi consacrée à la visite de la basilique de Saint-Denis.

3Le second séminaire hebdomadaire a poursuivi, avec la collaboration d’Elisa Brilli (ATER), l’indexation des miniatures numérisées de la base Images du GAHOM (90 000 miniatures), tout en permettant aux étudiants (master et doctorat) de présenter leurs recherches.

4Le directeur d’études a présenté ses recherches lors de colloques et de conférences en Italie (Milan, Rome), Allemagne (Düsseldorf, Berlin, Dresde, Freiburg, Stuttgart, Tübingen), au Brésil (Manaus, Marechal-Candido-Randon, Niteroi), à Genève, Lisbonne, Cambridge, Los Angeles, ainsi qu’à Poitiers et Auxerre. Il s’est rendu à Bamberg pour recevoir le prix Reimar-Lüst de la Alexander von Humboldt-Stiftung.

Publications

  • Traditions et temporalités des images, sous la dir. de Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt et Carlo Severi, Paris, Éditions de l’EHESS (coll. L’histoire et ses représentations, 7), 2009.
  • « Quels musées pour quelle mondialisation ? », Patrimoines. Revue de l’Institut national du patrimoine, 4, 2008, p. 6-11.
  • « Quand la lune nourrissait le temps avec du lait. Le temps du cosmos et des images chez Hildegarde de Bingen (1098-1179) », dans Traditions et temporalités des images, op.cit., p. 73-87, fig. 33-36.
  • « Par delà le texte et l’image. Le paradigme céleste de la procession », dans Au-delà de l’illustration. Texte et image au Moyen Âge. Approches méthodologiques et pratiques, sous la dir. de René Wetzel et Fabrice Flückiger, Zurich, Chronos Verlag, 2009, p. 41-60.
  • « Préface », à Raymond Escomel et Ahmed Kalouaz, Saurais-je me souvenir de tout ? s.l., Creaphis Édition, 2009, p. 4-5.
  • « Préface » à Adam et l’Astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain, par Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dittmar et Thomas Golsenne, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 327-329.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19998

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals