Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales

Jacques Chiffoleau
p. 329-331

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jacques Chiffoleau, directeur d’études

Procès, procédures et constructions étatiques

1S’écartant du programme initial, la première partie de l’année a été consacrée à l’œuvre de Yan Thomas, mort en septembre 2008. On a montré quel profit les médiévistes pouvaient en tirer pour échapper aux apories d’une histoire purement doctrinale ou instrumentale du droit, en se fondant au contraire toujours sur l’analyse des procédures et des pratiques casuistiques. Avant de rappeler comment, dans ses derniers travaux, Y. Thomas n’avait pas hésité à s’appuyer sur les lectures et les pratiques médiévales du Corpus iuris tardo-antique et s’était tourné vers l’étude des règles monastiques et vers le type très spécifique de normativité qu’elles produisent, on a rouvert quelques dossiers majeurs où ses analyses ont transformé de fond en comble les interprétations classiques de la filiation, de la sanction des lois, de la fiction, des références à la nature, etc. et nous aident, par conséquent, à mieux comprendre les inventions médiévales. Cela nous a conduit à nous demander pourquoi les historiens, notamment en France, ont tant de difficultés à intégrer dans leurs travaux la logique propre aux institutions ou, pour le dire encore avec Y. Thomas, « à rendre compte de l’arbitraire et de l’artificialité de l’institué comme tel ».

2On l’a bien vu encore dans la seconde partie de l’année où, reprenant un certain nombre de critiques faites à nos interprétations des grands procès politiques de la fin du Moyen Âge, nous avons dû nous interroger sur la place des institutions dans les approches historiennes ou sociologiques récentes de la domination. Pour tenter de trouver une réponse adaptée, on est revenu à l’histoire particulière du crimen maiestatis que nous avions commencé d’esquisser dans les années 1990, avec Y. Thomas encore. Le rappel de ses propres travaux sur ce thème, notamment sur l’institution de la majesté et sur la cognitio extra ordinem, nous a fourni à nouveau un point de départ indispensable. Après avoir rappelé quelques usages du crime de majesté pendant le haut Moyen Âge et suivi avec précision son emploi chez les décrétistes, dans la seconde moitié du XIIe siècle, nous avons consacré les dernières séances du séminaire, en collaboration avec J. Théry (Université Montpellier-III), au dossier de la bulle Vergentis in senium (1199), qui est centrale dans l’histoire du crime de majesté puisqu’elle équipare pour la première fois cette qualification à celle d’hérésie et permet d’associer à l’héritage procédural romain les trouvailles essentielles des canonistes sur la fama deniunciante et sur la confession des occulta. Comme chaque année, le séminaire a permis aussi à un certain nombre de doctorants et de collègues de nous faire part de leurs travaux récents qui ont nourrit notre réflexion sur l’histoire des procès et de la procédure : A. Fossier (CIHAM et Université Paris-X/Nanterre) nous a proposé une réflexion sur la notion de scandalum, M. Candido de Silva (Université de Sâo Paulo) a analysé le vol comme qualification dans le haut Moyen Âge et M. Bouhaïk, J. Koopmans (Université d’Amsterdam) et X. Hélary (Université Paris-IV/Panthéon-Sorbonne) ont présenté un dossier inédit sur l’affaire Pierre de la Broce qui, en 1278, ouvre la série des grands procès politiques de la fin du Moyen Âge.

3Enfin, dans le cadre de la réflexion collective engagée à l’École en février et en mars sur l’avenir de la recherche et de l’enseignement supérieur, quelques séances ont été consacrées aux problèmes de la médiévistique française, et plus spécifiquement – puisque nous étions à Paris – aux problèmes « d’aménagement du territoire » de la recherche et aux difficultés nombreuses rencontrées dans les pôles universitaires régionaux pour maintenir, dans ce secteur, des laboratoires et des centres de formation reconnus au niveau européen et international.

Le pape, l’empereur et la vallée du Rhône

4Les recherches engagées ces dernières années sur l’hérésie dans la vallée du Rhône comme des travaux plus anciens sur le « gibelinisme » du monde communal rhodanien et sur la présence des papes à Lyon et à Avignon au XIIIS et au XIVe siècles, avaient déjà souligné le rôle majeur de l’appartenance de la rive gauche du fleuve à l’Empire dans l’histoire de cette région et proposé que la vallée ait été aussi, pour cette raison même, une sorte de « laboratoire pour la théocratie ». Or ce rôle de l’Empire est presque complètement ignoré par l’historiographie française traditionnelle, tout entière ordonnée à la construction spatiale et providentielle du royaume, et il est en général aussi passé sous silence par les historiens allemands ou italiens. En même temps, se sont développées des interprétations gallicanes – positives – ou ultramontaines – très négatives (c’est la « captivité babylonienne de l’Église » !) – de la présence des papes à Avignon. L’essentiel du séminaire a donc consisté en une relecture critique de cette historiographie ancienne, appuyée sur l’analyse de quelques « preuves » essentielles transmises par les érudits de l’époque moderne.

5On est parti des Vitae paparum avenionensium de Baluze (1693) qui, dès leur préface, tentent d’accréditer l’idée qu’Avignon et le Comtat Venaissin sont français depuis le haut Moyen Âge (ce qui n’arrive en fait qu’en 1791, par le vote des habitants au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes...). Profitant de la préparation de l’édition électronique de cet ouvrage dans le cadre du programme Corpus électronique des lettres des papes, soutenu par l’ANR, un certain nombre de séances ont d’abord été consacrées à la méthode extra-ordinairement solide et inventive de Baluze mais aussi au contexte politique, religieux et culturel où il travaille, dans l’entourage immédiat de Colbert. Pour Baluze, « naturaliser » français les papes d’Avignon, c’est d’abord soutenir une voie proprement gallicane de concordat entre la papauté et le royaume. C’est peut-être surtout permettre l’achèvement d’une sorte de « pontificalisation » des rois (pour reprendre une expression de J. Théry) en même temps que célébrer une perfection du royaume qui implique, en effet, le rattachement de ces terres pontificales, autrefois d’Empire, à la France.

6On a tenté ensuite d’éclairer les positions de Baluze sur ce petit état pontifical en élargissant l’enquête et en étudiant les positions des historiens qui l’avaient précédé ou qui étaient ses contemporains sur ce rôle de l’Empire dans l’histoire du Lyonnais, de la Savoie, du Dauphiné et de la Provence. Symphorien Champier (1510), Aymar du Rivail (1515), César de Nostredame (1614), André Duchesne (1619), Honoré Bouche (1664), Nicolas Chorier (1661), Jean-François de Gaufridi (1694) ont alors été sollicités tandis qu’en contrepoint étaient aussi analysés les récits de Sebastiano Fantoni Castrucci, Istoria della città d’Avignone e del contado Venesino (1678) et de Lodovico Antonio Muratori (1753). Cette longue analyse historiographique, à laquelle une bonne partie de l’année a été consacrée, prépare une enquête de longue durée sur les conditions du rattachement de ces terres orientales au Royaume de France.

7Comme chaque année le séminaire a permis aussi la présentation des travaux d’étudiants (ceux de G. Vernède sur les rites hérétiques dans les sources inquisitoriales et d’E. Hewes sur les procès contre les Lollards) et il a été l’occasion de donner la parole à des collègues étrangers (M. Candido da Silva, de l’Université de Sao Paulo, sur le vol et la propriété ecclésiastique dans le haut Moyen Âge, Marta Madera, de l’Université de Buenos Aires, sur le mariage et l’impuissance en droit canonique).

Publications

  • Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIVe-XVe siècles), sous la dir. de Nicole Bériou et Jacques Chiffoleau, Lyon, Presses universitaires de Lyon [Collection d’histoire et d’archéologie médiévales n° 21], 2009, 809 p.
  • « Baluze, les papes et la France », dans Étienne Baluze, 1630-1718. Érudition et pouvoir dans l’Europe classique. Actes du colloque de Tulle, 21 octobre 2006, sous la dir. de Jean Boutier, Limoges, Presses de l’Université de Limoges, 2008, p. 163-246.
  • « Valdeismo e anticlericalismo nelle città de la bassa valle del Rodano (1220 circa-1270 circa) », en collaboration avec S. Balossino dans Valdesi medievali, Bilanci e prospettive di Ricerca, sous la dir. de M. Benedetti, atti del Convegno di Milano (23-24 octobre 2008), Milan, Claudiana, 2009, p. 61-102.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 329-331.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19999

Haut de page

Auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals