Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle

Stéphane Audoin-Rouzeau
p. 340-342

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études

Guerre et paix : contiguïtés, porosités

1Dans la suite de l’année précédente, le séminaire s’était donné pour objectif de continuer d’examiner les situations de contiguïté et de porosité entre l’activité guerrière et les activités sociales du temps de paix, activités banales et licites, sinon encouragées dans le cadre des sociétés « à haut niveau de pacification » évoquées en son temps par Norbert Élias.

2Au cours de l’année 2008-2009, après une première séance introductive destinée à établir le bilan de l’année passée et à problématiser le travail à venir, plusieurs séances ont été consacrées à la question de la porosité entre chasse et guerre. Un extrait de André Leroi-Gourhan, tiré du Geste et la Parole (T.1, Paris, Albin Michel, 1964) a été mis en vis-à-vis de pages de Pierre Clastres (Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 1977) dans lesquelles l’auteur s’oppose à l’idée de la chasse comme « doublet » de la guerre. Un chapitre de l’ouvrage de Christian Ingrao, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger (Paris, Perrin, 2006) a été ensuite étudié afin d’examiner les pratiques cynégétiques à l’œuvre dans l’action d’extermination menée à l’Est par une unité formée à l’origine de braconniers. Daniel Blatman est venu présenter son ouvrage récemment paru (Les marches de la mort. La dernière étape du génocide nazi, été 1944-printemps 1945, Paris, Fayard, 2009), cette fois du point de vue d’une double porosité entre l’institutionnalisation des marcheurs comme troupeau, mais aussi comme gibier dès lors qu’ont lieu des tentatives d’évasion. Grâce à Hélène Dumas, doctorante, ce cycle sur la chasse s’est conclu par l’analyse d’un article de Josias Semujunga (« Les fonctions des récits de chasse dans le génocide au Rwanda », Études rwandaises, n° 9, septembre 2005, p. 69-102), doublée de l’étude d’extraits de l’ouvrage de Jean Hatzfeld (La stratégie des antilopes. Récits, Paris, Seuil, 2007) : ces textes ont bien mis en relief la nette porosité entre pratiques cynégétiques et gestuelles d’extermination dans le génocide des Tutsi rwandais en 1994. Le directeur du séminaire a d’ailleurs effectué une mission d’étude au Rwanda fin mars-début avril, centrée sur la visite des églises comme lieux de massacre. De la chasse, le séminaire est passé à l’étude de la pêche comme combat à travers l’analyse d’un article de Noélie Vialles, « La mort invisible », Terrain, n° 20, mars 1993, p. 109-118, et d’un article de Serge Collet, « La croix et la part. Rituel de mort et rituel de partition dans la chasse à l’espadon », Anthropozoologica, 1er n° spécial, 1987, p. 39-44.

3La mine – et donc la question de la porosité entre travail minier et combat guerrier – a fait l’objet d’une attention particulière : après l’étude de plusieurs extraits de l’autobiographie d’Augustin Viseux (Mineur de fond. Fosses de Lens. Soixante ans de combat et de solidarité, Paris, Plon, coll. Terre humaine, 1991), Paul André Rosental est venu exposer le résultat de ses recherches sur la dimension guerrière du travail dans les mines du Nord après 1945, et Marion Fontaine son travail de thèse sur le triangle guerre/sport (football)/guerre dans la même région. En fin d’année, le dossier du duel en tant que mimesis possible de la bataille « idéale » a fait l’objet d’une présentation par le directeur du séminaire. Enfin, l’émeute comme combat guerrier a retenu l’attention à travers l’étude d’un chapitre de l’ouvrage d’Alain Dewerpe, Charonne. 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris Seuil, 2006. Cette séance a été suivie de quelques remarques conclusives à l’issue de deux années de travail sur le sujet, que l’on considérera désormais comme clos, au moins provisoirement.

Publications

  • Préface et édition critique de Dominique de la Motte, De l’autre côté de l’eau (Indochine, 1950-1952), Paris, Tallandier, 2009, 165 p.
  • « Les violences extrêmes du XXe siècle à l’aune de l’histoire et de l’anthropologie. Le génocide des Tutsi au Rwanda », dans Rwanda quinze ans après. Penser et écrire l’histoire du génocide des Tutsis, Revue d’histoire de la Shoah, n° 190, janvier-juin 2009, p. 137-151.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 340-342.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20006

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals