Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman

Houari Touati
p. 345-346

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Houari Touati, directeur d’études

Mémoire et écriture dans les débuts de l’islam

1Le séminaire a débattu cette année de l’une des questions qui ont le plus passionné l’orientalisme moderne depuis sa constitution au XIXe siècle. Il s’agissait de savoir si l’islam des origines a ou non été hostile à l’écriture. Deux points de vue diamétralement opposés se sont confrontés. Ceux des orientalistes qui ont développé un point de vue oraliste ont défendu l’Idée selon laquelle, influencé par le judaïsme, l’islam des origines a rendu licite l’utilisation de l’écriture comme moyen de conservation de son livre révélé mais aurait frappé d’interdit son application à toute autre activité religieuse ou intellectuelle, en particulier la Sunna qui constitue la Tradition islamique.

2Se portant en faux contre ce parallélisme établi entre les couples Torah/Mishna et Coran/Sunna, d’autres orientalistes ont développé le point de vue contraire selon lequel l’écriture n’a posé aucun problème dogmatique particulier au jeune islam. Et si certains juristes musulmans des premiers temps se sont opposés à la transcription de la Sunna ce n’était pas tant par tabou religieux que par exigence herméneutique : ils ne voulaient pas d’une Tradition écrite qui les aurait contrariés dans leur activité productive.

3Le responsable du séminaire a exposé tour à tour les points de vue des uns et des autres, avant de présenter de nouveaux matériaux concernant le tournant des VIIe et VIIIe siècles qui démentent l’assertion selon laquelle l’islam des origines a frappé d’interdit religieux l’utilisation de l’écriture limitée à la conservation du seul Coran. L’enquête a tour à tour conduit du Hedjaz (Médine et La Mekke) au Yamâma, en Arabie centrale, de l’Irak (Basra et Koufa) en Syrie (Damas) et de l’Égypte (Fustât) au Khurasan (Balkh, Merv), sans compter le Yémen (Sanaa).

4Le séminaire a reçu au cours du mois de mai Dimitri Gutas, professeur de gréco-arabe à l’université de Yale, qui y a prononcé un cycle de conférences intitulé : « Translation and transmission of knowledge : the development of civilization West India from Alexander the Great to Mehmed the Conqueror. ».

Publications

  • « Notes sur le banquet philosophique et littéraire arabe », dans Corrispondenza d’amosi sensi. L’omoerotismo nella literatura medievale, sous la dir. de P. Odorico, Ν. Pasero et M.-P. Buchmann), Alexandrie, Alessandra, 2008, p. 271-283.
  • « Ottoman Maghrib », dans The New Cambridge History of Islam, sous la dir. de Maribel Fierro, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, vol. II, part IV, chap. 18.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houari Touati, « Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 345-346.

Référence électronique

Houari Touati, « Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20009

Haut de page

Auteur

Houari Touati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals