Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire comparée des pratiques et des traditions de savoir

Christian Jacob
p. 354

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Christian Jacob, directeur d’études

Lieux de savoir : supports, instruments, pratiques

1Le séminaire a été consacré à une réflexion d’ensemble sur la notion d’instrument et sur son articulation avec les savoir-faire. Afin de situer dans un contexte plus large les pratiques savantes et leur usage d’instruments spécifiques (livres, artefacts, supports et instruments d’écriture, instruments de laboratoire), on s’est appuyé sur certains travaux fondamentaux dans le champ de l’histoire des techniques, en particulier ceux d’André Leroi-Gourhan qui ont permis de réfléchir sur les liens entre outil et langage, sur les séquences gestuelles de la fabrication, la maîtrise du geste et l’anticipation de ses effets, les modalités de l’apprentissage, les étapes de la spécialisation. La notion de prothèse technique, développée par Bernard Stiegler, a nourri une réflexion sur l’usage des instruments et des supports qui prolongent la mémoire ou les capacités sensorielles humaines et nous avons considéré dans cette perspective l’ergonomie spécifique des ordinateurs personnels et des logiciels de tr itement de texte et d’image ou de navigation sur internet, qui simulent et transforment en profondeur différentes opérations matérielles et gestuelles (feuilleter, ranger, ouvrir, fermer, rechercher...). La notion de savoir-faire a été ensuite abordée selon une double perspective : celle des apprentissages et des limites de la verbalisation (nous nous sommes appuyés sur le premier numéro des Cahiers d’anthropologie sociale intitulé Dire le Savoir-faire, 2006), celle de l’observation et de l’interprétation des pratiques quotidiennes. Le texte pionnier de Marcel Mauss sur les techniques du corps a été le point de départ d’une réflexion qui s’est nourrie également de la lecture du livre d’Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière (Gallimard 1979) : on a ainsi posé un ensemble de questions sur la répartition sociale des pratiques, sur les registres de leur sémantisation, sur les modalités de leur transmission, sur la réflexivité des acteurs sur les gestes qu’ils accomplissent. L’enquête pionnière de Michel de Certeau, Luce Giard et Pierre Mayol publiée dans les deux volumes de L’invention du quotidien a ouvert une dernière perspective de réflexion sur le partage entre prescripteurs et consommateurs de contenus culturels, sur la part de liberté et d’invention créatrice liée aux formes de l’appropriation et de la réception. Luce Giard (CNRS et Université de Californie San Diego) a retracé lors d’une séance le déroulement de cette enquête et sa propre recherche sur les pratiques culinaires et alimentaires.

2Ces différents fils conducteurs ont permis à la fois un exercice de réflexivité sur les savoir-faire de l’enseignant-chercheur et l’élaboration d’une réflexion théorique et méthodologique sur les pratiques intellectuelles et savantes, sur l’apport d’une anthropologie de l’instrument et de ses usages pour éclairer les opérations de pensée et la production des savoirs. Ce séminaire a accompagné et nourri la préparation du volume II des Lieux de savoir, L’intelligence des gestes, les gestes de l’intelligence, à paraître en 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jacob, « Histoire comparée des pratiques et des traditions de savoir », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 354.

Référence électronique

Christian Jacob, « Histoire comparée des pratiques et des traditions de savoir », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20016

Haut de page

Auteur

Christian Jacob

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals