Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité

Maurice Godelier
p. 357-358

Texte intégral

Maurice Godelier, directeur d’études

Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité. Mythes et rites associés à l’exercice du pouvoir

1Le séminaire pendant le premier semestre a été consacré à l’analyse des domaines que recouvrent les notions d’« imaginaire » et de « symbolique ». Ces deux notions renvoient à des domaines distincts, mais qui sont dans une relation telle que les productions imaginaires de l’esprit humain ne peuvent commencer à avoir une existence et une efficacité sociale que si elles s’expriment à travers des symboles. Mais s’exprimer à travers des symboles signifie plus que d’inventer des modes de communication, c’est inventer des rapports sociaux nouveaux qui donnent une existence visible et un sens partagé à l’imaginaire qui en est à l’origine. Car le problème est d’abord celui de la production du sens que les groupes humains donnent à leur propre existence et au monde qui les entoure et au sein duquel ils doivent vivre et agir. De sorte que les rapports sociaux à travers lesquels un imaginaire est vécu prennent la forme, pour durer, d’institutions. Par exemple, en Nouvelle Guinée l’idée que les hommes doivent réengendrer une seconde fois les garçons qui naissent du ventre des femmes pour qu’ils deviennent des hommes et gouvernent leur société, cette idée est au cœur des institutions que nous appelons « rites d’initiation ». Sur le plan de l’histoire de l’anthropologie, cette analyse met en cause l’affirmation de Lévi-Strauss du primat du symbolique sur l’imaginaire et sur le réel. S’il fallait affirmer le primat de l’un de ces domaines sur l’autre on pourrait dire que c’est en dernière analyse l’imaginaire qui a le primat sur le symbolique, bien qu’il faille savoir reconnaître cette présence de l’imaginaire dans le symbolique. Mais l’examen des réalités ethnographiques et historiques nous montre que le primat est ailleurs, il est dans les enjeux auxquels les individus et les groupes doivent se mesurer pour produire leurs conditions d’existence et leur donner sens. Ces enjeux sont par exemple l’accès à la terre, la domination masculine, etc.

2Au cours du second semestre, l’analyse s’est portée sur l’examen de la construction d’univers de représentations mythiques ou religieuses. On a examiné le mode de constitution des mythes de l’Amérique précolombienne tels que résumés et analysés par Claude Lévi-Strauss dans les quatre volumes des Mythologiques (Paris. Plon, 1964, 1967, 1968, 1971). On a examiné également les discours que tiennent les shamanes sibériens dans leurs rapports avec les esprits de la forêt, les maîtres des animaux, etc. On a fait allusion à la structure des mythes des Aborigènes australiens quand ils décrivent le temps du rêve. Ces comparaisons nous ont déportés vers l’examen du shamanisme et des religions polythéistes. Le shamanisme est un univers de représentations et de pratiques qui continue d’exister de nos jours, alors qu’il semble que les religions à multiples dieux ne se seraient constituées qu’à partir du Néolithique et des nouveaux rapports entre l’homme et la nature dont une partie devenait domestiquée. Cela nous a fait de nouveau fait dériver vers l’examen de l’apparition du monothéisme. La question était celle du passage de la monolâtrie, connue dans de multiples peuples d’Orient dans l’Antiquité, au monothéisme, apparu tardivement parmi le peuple juif. C’est dans ce contexte que nous avons invité Jean Soler, ancien conseiller culturel à l’ambassade de France en Israël puis en Iran, à présenter ses travaux et ses hypothèses sur les origines du monothéisme juif, voir sa trilogie « Aux origines du Dieu unique » : L’Invention du Monothéisme, Éd. de Fallois ; La Loi de Moïse (2003) ; Vie et Mort dans la Bible (2004), collection de poche « Pluriel », Hachette Littératures, 2004 et 2005 pour les deux premiers volumes, ainsi que La Violence Monothéiste (éd. de Fallois, 2009). Et finalement par suite de nos analyses des transformations sociales qui semblent avoir pour origine des sociétés où l’agriculture et l’élevage, associés ou non, étaient devenus la base principale de la vie économique, nous nous sommes posé la question des conditions qui avaient pu amener la transformation d’organisations tribales à structure de chefferie en proto-États. Ce thème esquissant le programme de l’année à venir.

Publications

  • Communauté, Société, Culture. Trois clefs pour comprendre les identités en conflits, Paris, CNRS éditions, 60 p. (Huxley Memorial Lecture 2008).
  • Le Corps Humain. Conçu, Supplicié, possédé, cannibalisé, sous la dir. de Maurice Godelier et Michel Panoff, Paris, Éditions du CNRS, 2009.
  • In and Out of the West. Reconstructing anthropology, Charlottesville, University of Virginia Press, 2009.
  • « Freud et l’anthropologie : inspiration ou prétexte ? », L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés, 2008, 9/2, p. 255-270.
  • « Préface » à Enquête sur la Sexualité en France. Pratiques, Genre et Santé, Paris, INSERM, INED, ANRS, Éd. La Découverte, 2008.
  • « Pratiquer l’anthropologie, c’est se soumettre à l’ascèse », Sciences et Avenir, juillet 2008, p. 46-49.
  • « Des rites d’initiation de Nouvelle-Guinée aux attentats des Twin Towers. L’anthropologie à la recherche des fondements des sociétés concrètes », dans Pensées pour le Nouveau Siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 131-156.
  • « La référence à qui ? À quoi ? Comment ? en anthropologie », Les Cahiers du Musée des Confluences, vol. 1, revue La référence, 2008, p. 9-18.
  • « What are the social relations that make a set of human groups and individuals a society ? » Suomen antropologi, Journal of the finnish anthropological society, 34/1, printemps 2009, p. 5-18.
  • « From imaginary realities to social realities ; A conversation with Maurice Godelier ». Suomen antropologi, Journal of the finnish anthropological society, 34/1, printemps 2009, p. 62-69.
  • « Comprendre l’altérité sociale et existentielle d’autrui », Journal des Anthropologues, 116-117, 2009, p. 35-54.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 357-358.

Référence électronique

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20020

Haut de page

Auteur

Maurice Godelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals