Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des déplacements et nouvelles logiques urbaines

Michel Agier, Jean-François Bayart, Rémy Bazenguissa-Ganga, Romain Bertrand, Béatrice Hibou, Jean-Pierre Warnier et Clemens Zobel
p. 364-366

Texte intégral

Michel Agier, directeur d’études

De l’ethnographie des marges à l’anthropologie de la ville

1Cette direction d’études s’est composée en 2008-2009 de deux séminaires : un séminaire principal, de recherche (« De l’ethnographie des marges à l’anthropologie de la ville ») et un atelier de recherche collectif (« Limites du politique, Politiques des limites »). D’autre part, j’ai poursuivi cette année encore un séminaire semestriel d’Introduction aux recherches sur les réfugiés et l’asile, principalement mais non exclusivement à l’attention des étudiants en master d’Anthropologie, territoires espaces sociétés, et Études comparatives sur le développement.

2Souhaitant manifester mon opposition aux « réformes » proposées par le ministère de la Recherche et de l’enseignement supérieur et celui de l’Éducation nationale concernant le statut des enseignants chercheurs, la formation des enseignants du secondaire, l’avenir des établissements de recherche et l’aide aux doctorants, j’ai participé, ainsi qu’un certain nombre de collègues, à un programme alternatif de séminaires (Changeons le programme ! ») qui analysait l’origine et les effets de ces « réformes » sur la place du savoir dans notre société et le rôle qu’on souhaite assigner aux chercheurs. Cette initiative s’est déroulée en février-mars-avril 2009 dans le cadre de mon séminaire principal et du séminaire de recherche collectif avec l’accord et la participation des autres animateurs de ce séminaire-ci. J’ai également organisé une partie des grands débats de ce mouvement, sur l’évaluation. L’initiative se prolongera en 2009-2010 dans un séminaire commun, Intitulé « Les politiques des sciences. Séminaire alternatif ».

3En novembre-décembre-janvier et en mai-juin, ce séminaire a été l’occasion de poursuivre la réflexion sur la fondation anthropologique de la ville à partir des marges urbaines, des camps de réfugiés et déplacés, en général à partir des espaces précaires et/ou de transit. Leur dénuement initial et les processus relationnels, culturels et politiques dont ils sont le lieu forment l’évidence de multiples « inventions » de ville. Les terrains et les notions clefs de cette recherche ont été présentés et discutés : lieux, non-lieux, hors-lieux, hétérotopies, ghettos, zones, régions morales, situations, mouvements. Une anthropologie des camps et du gouvernement humanitaire d’un côté, une anthropologie de la ville d’un autre côté, ont scandé le début et la conclusion de ce séminaire, scansion marquée par deux ouvrages : Gérer les indésirables, sorti à l’automne 2008, et Esquisses d’une anthropologie de la ville, achevé en juillet 2009 (sortie novembre 2009). Patricia Birman, à propos de la violence dans les favelas de Rio de Janeiro, et Mathieu Hilgers, à propos d’une « ethnographie à l’échelle de la ville (Burkina Faso) », ont contribué à la réflexion par la richesse de leurs terrains et de leurs interprétations.

Publications

  • Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 2008, 352 p. (traduction anglaise Polity Press en cours)
  • « Les camps du XXIe siècle. Couloirs, sas et frontières de l’exil intérieur », dans Terre natale. Ailleurs commence ici, sous la dir. de Raymond Depardon et Paul Virilio, Paris, Fondation Cartier, 2008, p. 237-252.
  • « O « campo », a cidade e o despontar da política », dans A Rua. Espaço, tempo, sociabilidade, sous la dir. de Graça India Cordeiro et Frédéric Vidal, Lisbonne, Livras Horizonte.
  • « Politiques urbaines sans auteur. Une anthropologie des situations », entretien avec C. Petcou et A. Querrien, Multitudes, 31, 2008, p. 51-60.
  • « La fin de l’asile ? Un parcours d’indésirables », Rhizome (Bulletin santé mentale et précarité), 32, octobre 2008, p. 2-3.
  • « Ce que l’Afrique apporte au monde et à sa connaissance », Sciences au Sud, IRD, mars-avril 2009.
  • « Le camp comme limite et comme espace politique », dans Enfermés dehors. Enquêtes sur le confinement des étrangers, sous la dir. de Carolina Kobelinsky et Chowra Makaremi, Bellecombe-en-Bauges, éditions du croquant (collection Terra), 2009.
  • Avec Christian Cécile, « La liane guadeloupéenne », Vacarme, 47, printemps 2009.
  • « Préface », dans Les mondes du squat. Anthropologie d’un espace précaire, sous la dir. de Florence Bouillon, Paris, PUF (Partage du savoir), 2009, p. 11-12.
  • « Places et déplacements de l’ethnologue », Pratiques. Les cahiers de la médecine utopique, n° 46 (dossier « L’humanitaire est-il porteur de solidarité ? »), juillet 2009, p. 25-27.
  • Esquisses d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Louvain-la-neuve, Academia Bruylant, 2009.

Michel Agier, directeur d’études
Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS
Rémy Bazenguissa-Ganga, maître de conférences à l’Université Lille-I/Sciences et technologies
Romain Bertrand, directeur de recherche à la FNSP
Béatrice Hibou, chargée de recherche au CNRS
Jean-Pierre Warnier, professeur émérite à l’Université Paris-V/Descartes
Clemens Zobel, maître de conférences à l’Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis

Limites du politique, politiques des limites

4Ce séminaire s’est déroulé pour la troisième année consécutive. Il s’agit de réfléchir, à partir de cas concrets, aux processus de délimitation du politique et de mise en forme politique des contextes de frontière ou d’entre deux. Dans une perspective comparative, l’accent est mis sur l’articulation entre les modes d’action publique et les modes d’action privée, et sur la recomposition du champ politique qui en découle, tant à l’échelle locale ou nationale que globale. Les questions relatives aux situations coloniales et postcoloniales, à la production et gestion des frontières et des marges à l’échelle des États, des régions ou des Empires, ainsi que la problématisation politique des espaces institués à l’écart du champ politique proprement dit (fête, religion ou management) ont été débattues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Agier, Jean-François Bayart, Rémy Bazenguissa-Ganga, Romain Bertrand, Béatrice Hibou, Jean-Pierre Warnier et Clemens Zobel, « Anthropologie des déplacements et nouvelles logiques urbaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 364-366.

Référence électronique

Michel Agier, Jean-François Bayart, Rémy Bazenguissa-Ganga, Romain Bertrand, Béatrice Hibou, Jean-Pierre Warnier et Clemens Zobel, « Anthropologie des déplacements et nouvelles logiques urbaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20025

Haut de page

Auteurs

Michel Agier

Articles du même auteur

Jean-François Bayart

Articles du même auteur

Rémy Bazenguissa-Ganga

Articles du même auteur

Romain Bertrand

Articles du même auteur

Béatrice Hibou

Articles du même auteur

Jean-Pierre Warnier

Articles du même auteur

Clemens Zobel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals