Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle
p. 392-393

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études

L’anthropologie entre primitivisme et postcolonialisme

1L’examen des relations entre anthropologie, primitivisme et postcolonialisme, implique tout d’abord d’avoir une idée approximative de ce que l’on entend par primitivisme. Dans un second temps, on a examiné les liens entre primitivisme et postcolonialisme puis on a tenté de situer la place de l’anthropologie actuelle au sein de cette configuration.

2Pour nous, le primitivisme ressortit à l’idée que l’avenir (de l’humanité) se trouve dans le passé, que la solution à nos problèmes consiste à retourner vers ce qui nous a précédés, à ce qui vient du fond des âges. Cette idée n’est pas nouvelle : chaque époque, y compris l’Antiquité a eu son idée primitiviste bien que l’on ait assisté à une formidable impulsion de cette thématique avec les grandes découvertes.

3Mais ce qui nous a intéressés, dans le cadre de ce séminaire, c’était de mettre en avant ce qui semble être la spécificité du primitivisme actuel, phénomène lié à la fin des grands récits, des téléologies profanes (Lumières, Hegel, le marxisme), à la chute du mur de Berlin, etc. Dans cette perspective, il semblerait que l’on se tourne vers les primitifs, vers les sociétés exotiques pour redémarrer à zéro et c’est dans le cadre de ce schème que prennent place toutes les formes de tourisme ethnologique, qui sont aussi souvent des formes de tourisme mystique (voir notre mission au Pérou en septembre 2008, consacrée à l’étude de la scène globale du chamanisme péruvien). On peut toutefois estimer que ce phénomène a pris depuis peu un tour nouveau dans le cadre de l’incertitude idéologique actuelle, laquelle se traduit par une forme de « zapping identitaire », et que la fascination pour « ce monde que nous avons perdu » soit pour beaucoup dans le désintérêt pour l’« anthropologie sociale » au sens le plus général que l’on peut donner à ce terme.

4Telles sont bien les caractéristiques de ce primitivisme new age que l’on va retrouver au cœur du postcolonialisme. Le postcolonialisme, en dépit ou à cause de ses liens avec le postmodernisme et les « cultural studies », reproduit en effet les schèmes les plus usés du primitivisme. En effet, le postmodernisme et les cultural studies font tous deux l’hypothèse que la situation contemporaine – la globalisation – est absolument inédite par rapport aux époques passées. C’est à notre époque, véritable fin de l’histoire, que se met en place la communication généralisée entre toutes les cultures de la planète, que s’opère l’homogénéisation et qu’il n’existe désormais plus de différences entre l’ici et l’ailleurs. Cela suppose donc une période prémoderne, précoloniale, traditionnelle, une sorte de point de départ, de zéro absolu qui définirait une situation de « tradition » par rapport à la « modernité » contemporaine. En ce sens, également, le postcolonialisme et le postmodernisme ne sont que la reprise des théories de la modernisation des années 1960.

5Cette idée d’un point départ, d’une situation de référence absolue – traditionnelle – est à la base de la distribution actuelle des sciences sociales, et notamment de la division entre anthropologie et sociologie. Aux anthropologues, les situations traditionnelles, aux sociologues les situations modernes. Le postcolonialisme, parce qu’il est porté par une vision historique de l’impérialisme et de ses suites actuelles, s’appuie en fait sur l’idée d’un paradis premier des sociétés exotiques, d’un jardin d’Éden des cultures du Sud qui relèverait d’une situation d’avant l’histoire, d’avant l’État et d’avant l’écriture.

6L’anthropologie actuelle du Nord reprend largement à son compte cette perspective postcoloniale dans laquelle cette discipline est censée retrouver un bain de jouvence. Ce ne sont plus les « primitifs », les sauvages exotiques qui sont idéalisés comme dans la vieille anthropologie, ce sont les intellectuels du Sud qui parlent en leur nom. Cette discipline manifeste d’autant plus sa fascination pour le primitivisme qu’elle entend prendre pleinement en charge et assumer totalement la modernité ou la postmodernité du monde contemporain.

7La crise actuelle de l’anthropologie, pour autant que celle-ci existe, tient à cette incapacité à sortir de cette problématique primitiviste et à assumer pleinement l’historicité de son objet à la fois contre elle-même et contre les autres sciences sociales qui partagent pour une bonne part cette pente primitiviste.

8Divers exposés sont venus illustrer cette problématique : ceux de Dominic Thomas (UCLA) sur la France « noire » et la France postcoloniale, celui de Nkolo Foé (IEA, Nantes) sur la philosophie camerounaise contemporaine, de Carmen Salazar (CNRS) sur l’ancestralité et les conflits sociaux au Pérou, d’Enrique Martin Criado (Université de Séville) sur la place de l’Algérie dans l’œuvre de Pierre Bourdieu et celui d’Emanuela Canghiari sur le primitivisme accompagnant les fouilles archéologiques et le pillage des tombes au Pérou.

Publications

  • « Africa’s Repulsive Charm », Critical Interventions, Journal of African Art History and Visual Culture, 2008, p. 11-18.
  • « Métissage, branchement et patrimoine culturel immatériel », dans La polyphonie corse peut-elle disparaître ? sous la dir. de Michèle Guelfucci et Dominique Salini, Ajaccio, Éditions Dumane, 2008, p. 67-72.
  • Logiques métisses, 3e édition augmentée, Paris, Payot, 2009.
  • « Franco-African Artistic and Cultural Cooperation », dans Empire lost. France and its other worlds, sous la dir. d’E. Mudimbe-Boyi, Lanham, Lexington Books, 2009, p. 163-196.
  • « Géopolitique de l’art contemporain africain », dans Images, mémoires et savoirs. Une histoire en partage avec B. Jewsiewicki, sous la dir. d’I. Ndaywel è Nziem et Mudimbe-Boyi, Paris, Karthala, 2009, p. 195-199.
  • « L’ethnicisation des rapports sociaux en France : réalité objective ou représentation intéressée du corps social ? », dans Le retour de la race. Contre les « statistiques ethniques », La Tour d’Aigues, L’aube, 2009, p. 31-39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 392-393.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20046

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals