Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique du Brésil

Afrânio Garcia
p. 394-395

Texte intégral

Afrânio Garcia, maître de conférences

Anthropologie politique du Brésil. Cosmologie nationale et mobilité des couches défavorisées

1Pour rendre raison des changements des modes de pensée portant sur la société brésilienne et sa projection sur la scène internationale, le séminaire a commencé par l’examen des mutations survenues dans les sciences humaines et sociales (SHS) depuis la fin des années de 1960, notamment dans les cas de l’anthropologie sociale et des sciences politiques. L’introduction de l’anthropologie structurale fut liée à la controverse sur la théorie de la parenté (le dualisme est-il associé à des moitiés exogames ?) opposant David Maybury-Lewis et Claude Lévi-Strauss ; les innovations conceptuelles et méthodologiques sont mieux éclairées par leur mise en relation avec l’institutionnalisation de l’enseignement doctoral au Brésil, qui ouvrit la voie à la professionnalisation à une vaste échelle. L’étude des parcours sociaux et intellectuels des « pères fondateurs » des formations doctorales de haut niveau, y compris à travers les archives permettant de restituer leurs attentes et stratégies devant le partenariat de la fondation Ford, rend intelligible l’efficacité de leur alliance, basée sur des ressources sociales, itinéraires professionnels et notoriété scientifique assez diversifiés. Leticia Canedo, professeur à l’UNICAMP, a discuté son enquête sur la circulation internationale des universitaires et la genèse des sciences politiques au Brésil. Elle a examiné le destin social d’un petit groupe d’anciens boursiers de la fondation Ford qui, après l’obtention de leur doctorat aux USA des années 1960-1970, a imposé la reconnaissance de leur compétence et autorité intellectuelle pour analyser les phénomènes de la politique, inscrivant leurs modalités de savoir comme discipline scientifique au sein des institutions d’enseignement supérieur brésiliennes, les faisant valoir auprès des institutions d’État et du marché de conseil. Ces exemples démontrent comment la sociologie des intervenants dans les controverses savantes internationales constitue un formidable révélateur de la façon dont les relations de pouvoir mondialisé marquent de leur empreinte l’évolution des systèmes de pensée.

2Une attention spéciale a été accordée aux stratégies de reconversion et aux formes de mobilisation des catégories démunies, voire stigmatisées, dépourvues de moyens de circuler internationalement, face aux transformations induites par la mondialisation. Des enquêtes récentes ont facilité la démonstration de la translation des oppositions sociales fondées sur des critères raciaux dans l’espace métropolitain (réservant aux descendants d’esclaves africains les positions subalternes), ainsi que l’usage différentiel des méthodes de contraception par les femmes de différents « groupes raciaux » et le renforcement de la matrilinéarité du classement racial des bébés. Les clivages « raciaux » ne diminuent pas facilement. D’autre part, la présence de Joâo Pacheco de Oliveira comme directeur d’études invité à l’EHESS a été à l’origine d’un bilan des acquis des travaux ethnologiques sur les groupes indiens du Brésil Central, de l’Amazonie et du Nordeste. Des séminaires spécifiques furent consacrés à la mise en scène de l’ethnicité par les populations du Nordeste souhaitant la démarcation des réserves protégées. Le séminaire s’est penché aussi sur le sort des couches populaires : la participation des syndicalistes de l’automobile à la gestion des entreprises multinationales a fait l’objet de l’exposé de Kimi Tomizaki (Université de Sâo Paulo) commenté par Michel Pialoux (Université Paris-V/Descartes) ; Laura Chartain (EHESS-master) a analysé le montage d’une filière de produits textiles par des jeunes diplômés des écoles de commerce françaises se réclamant du « commerce équitable ». Finalement Benoît de l’Estoile a présenté les derniers résultats de son enquête sur les pratiques et conceptions des paysans installés par la réforme agraire au Nordeste, à la suite des campements de sans-terre. Toutes ces séances permirent de réfléchir sur l’action des réseaux transnationaux sur la recomposition du tissu social incorporant des fractions démunies de la population.

Publications

  • « Elite’s recomposition and state-building in contemporary Brazil (1920-1964) », Journal historical social research/hisrorische sozialforschung, Köln, Germany, 33/2, 2008, p. 296-312.
  • « Sayad au Brésil : les migrations, objet de choix pour comprendre les transformations du monde social », dans Émigration/immigration : Anthropologie de l’Absence, sous la dir. de Chachoua Kamel, Alger, Édition nationale de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques (coll. Série et Document), 2008, p. 11-25.
  • « Campesinato, familia e exploraçoes agricolas no Brasil », dans História social de campesinato no Brasil, sous la dir. de Marilda Meneses et Emilia Pietrafiesa de Godos, São Paulo, UNESP, 2008, p. 16-40.
  • Avec Beatriz Heredia, « Campesinato, familia e exploraçoes agricolas no Brasil », dans Diversidade do campesinato : expressões e catégorias, estrategias de reproduçâo social, vol. 2, sous la dir. de Marilda Meneses et Emilia Pietrafiesa de Godos et Rosa Marin, São Paulo, UNESP/NEAD, 2008, p. 213-244.
  • « Stefan Zweig : prophète de la nation brésilienne », dans Cahier d’études hongroises, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 69-84.
  • « Traces of the big house and the slave quarters : Social transformation In rural Brazil during the twentieth century », dans Brazil. A century of change, sous la dir. d’I. Sachs, J. Wilheim, P.-S. Pinheiro, Chapel Hill, The University of Carolina Press, 2009, p. 20-54.
  • « Mobilité universitaire et circulation internationale des idées. Le Brésil et la mondialisation des savoirs », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Revue internationale de sciences sociales, sous la dir. d’Afranio Garcia et Marie-Claude Munoz, hors série n° 2, juin 2009, 232 p.
  • « Introduction : études internationales et renouveau des modes de pensée et des institutions politiques. Le cas du Brésil », op. cit., p 7-33.
  • « Les disciples de la « mission française » et la réception de l’anthropologie structurale au Brésil. Retour sur un mythe d’origine », op. cit., p 57-93.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Afrânio Garcia, « Anthropologie politique du Brésil », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 394-395.

Référence électronique

Afrânio Garcia, « Anthropologie politique du Brésil », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20047

Haut de page

Auteur

Afrânio Garcia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals