Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique

Christian Duverger
p. 397-399

Texte intégral

Christian Duverger, directeur d’études

Le territoire en Méso-Amérique

1Le séminaire s’est articulé cette année autour d’une réflexion sur la notion de territoire en Méso-Amérique. On sait que l’entité territoriale dans le Mexique préhispanique correspond à l’altepetl, que l’on peut traduire par ville ou par cité, mais qui ne renvoie en fait à aucun concept de l’Ancien Monde.

2L’altepel obéit à plusieurs caractéristiques. Tout d’abord, elle possède un centre : c’est le lieu de la fondation, à l’intersection des axes cosmiques. Ce centre est matérialisé par l’érection d’une pyramide au-dessus d’une offrande dédicatoire déposée dans le sol. Cette pyramide initiale devient ensuite l’âme d’un centre politico-religieux – souvent appelé imparfaitement centre cérémoniel – où sont associés des édifices de culte, des bâtiments liés au pouvoir politique (salles de conseil, palais, mausolées) et des places publiques à destination festive. Toute ville inscrit également en son sein un espace réservé au marché (tianquiztli).

3Autour de ce centre s’ordonnent les quartiers résidentiels, parfaitement délimités et obéissant à une réticulation spatiale définie à partir de critères symboliques. On connaît des divisions par 2, par 3, par 4, par 5, par 7, par 9 et par 13.

4Autour de cette zone « urbaine » s’étend une aire non construite et non exploitée par l’agriculture ; ces terrains vagues peuvent être des steppes, des bosquets, des lacs, des lagunes, des marais, des accidents de relief de toute sorte. Ils offrent la particularité d’être traversés par des chemins qui mènent aux terres de culture. Dans l’altepetl, les champs (milpa) sont dissociés de l’habitat ; leur accès impose aux agriculteurs – de sexe exclusivement masculin – une transhumance quotidienne ; les temps de trajet pour un aller peuvent varier de 15 minutes à une heure, éventuellement plus. On peut y voir une réitération des coutumes migratoires transposées en milieu sédentaire et urbain. Les terrains vagues conservés à l’état de nature entre les quartiers d’habitation et les champs servent d’aire de chasse, mise à profit lors des déplacements vers les zones agricoles.

5A été discutée dans le séminaire la question de l’extension de l’altepetl. On peut globalement penser que la limite territoriale de la ville s’établit à une journée de marche du centre, soit, pour fixer les idées, à l’extrémité d’un rayon d’une trentaine de km. Le territoire maximal d’une ville méso-américaine pourrait donc être un quadrilatère de 60 km de diagonale, couvrant approximativement 1 800 km2.

6Enfin, il est établi que chaque centre urbain compte sur son territoire des satellites qui sont autant de centres cérémoniels en modèle réduit, dotés d’une population de faible densité ; ces derniers dessinent les contours d’une véritable cosmographie, fixant des pôles symboliques et cristallisant certaines qualités de l’espace indispensables à la conformation du tout. Ainsi, en tant qu’espace autarcique, chaque altepetl a son nord, son sud, son est et son ouest et ses bipartitions traditionnelles (masculin-féminin, céleste-tellurique, haut-bas, etc.).

7L’étude d’une carte indigène du XVIIIe siècle portant sur une portion de la côte du Nayarit (El plano de Centispac e Yscuintla) a montré que, de surcroît, deux altepetl voisines pouvaient entretenir entre elles une relation de complémentarité au sein d’une dualité idéale comportant l’élément eau et l’élément montagne ; c’est ainsi que, sur la carte en question, la ville de Centicpac est associée à l’eau (océan Pacifique) alors que la ville d’Ixcuintla s’étend jusqu’à la sierra qu’elle englobe. On peut probablement rapprocher cette dualité in atl in tepetl « l’eau, la montagne », qui constitue l’essence du concept de ville en Méso-Amérique, du concept quechua de hanan hurin (haut-bas) qui caractérise la ville andine préhispanique.

8Le séminaire a bénéficié de la participation des chercheurs du CRAP : Daniel Lévine, Caterina Magni, Aïcha Bachir Bacha et Daniel Llanos. Comme chaque année, le séminaire a également accueilli des professeurs des institutions universitaires associées au CRAP. Peter Kaulicke et Luis Jaime Castillo, professeurs à la Pontificia Universidad Católica del Perú de Lima, sont venus présenter leurs derniers travaux, le premier sur le formatif de la côte sud, le second sur le territoire mochica (Nord Pérou). Markus Reindel, de l’Institut archéologique de Bonn (Allemagne) a, quant à lui, animé deux séminaires sur l’archéologie de la côte sud du Pérou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Duverger, « Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 397-399.

Référence électronique

Christian Duverger, « Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20049

Haut de page

Auteur

Christian Duverger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals