Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la Polynésie

Serge Tcherkezoff
p. 402-403

Texte intégral

Serge Tcherkézoff, directeur d’études

La construction européenne de l’espace « Pacifique »

1Le séminaire a repris cette année l’histoire cartographique du Pacifique, ouverte en 2007, dans la vision occidentale, depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du XIXe siècle. D’abord les théories du « continent austral » avant même le premier voyage dans le Pacifique, la question de la Nouvelle-Guinée comme île ou excroissance d’un continent à découvrir, le passage du « Grand Océan » à l’« Océanique » devenu l’« Océanie », la question de l’inclusion ou non de l’Australie. Ensuite, au cours du XIXe siècle, l’alternative entre le modèle « Australasia/Polynesia » (qui subsistera jusqu’à la fin du siècle dans les atlas anglo-saxons, où la « Polynésie » couvre tout le Pacifique, en suivant la proposition de C. de Brosses du milieu du XVIIIe siècle) et le modèle « Malaisie/Mélanésie/Micronésie/Polynésie » proposé par d’Urville en 1832, qui devient immédiatement dominant en France, mais seulement à la fin du siècle pour l’ensemble des géographiques occidentales.

2On s’est attaché à montrer que le modèle « racial » du XIXe siècle a été préparé par une obsession à trouver un schème dualiste de classification des peuples, fondé sur des critères physiques et de « tempérament », dont les prémisses sont visibles à la fin du XVIe et qui s’établit au XVIIe siècle. D’autre part, on a conduit l’étude détaillée de l’origine des différentes appellations pour l’aire Pacifique, dans son ensemble (« Pacifique », « Mer du sud », « Océanie ») et pour les diverses divisions qu’on a voulu y trouver, sur des critères géographiques, de « coutume », puis de « race ». On a étudié également l’apport moderne des connaissances archéologiques et linguistiques qui permettent de reprendre sur une autre base la question de l’unité et de la diversité du peuplement ancien du Pacifique, d’une part, et des sociétés-cultures contemporaines, d’autre part. Nous avons convié, sur ces questions, les spécialistes des divers domaines (y compris la génétique) : le colloque s’est tenu à l’Université du Pacifique Sud en décembre 2008. Les actes sont en cours d’élaboration.

Publications

  • Polynésie/Mélanésie : l’invention française des « races » et des régions de l’Océanie, Papeete, Au Vent des îles, 2008.
  • Avec M. Jolly et D. Tryon, Oceanic encounters : Exchange, desire, violence, Canberra, ANU E Press, 2009.
  • Avec F. Douaire-Marsaudon, The changing South Pacific : identities and transformations, Canberra, ANU Ε-Press (réédition), 2008.
  • « Hierarchy is not inequality, in Polynesia for instance », dans Persistence and transformation in social formations, sous la dir. de Knut Rio et Olaf Η. Smedal, Oxford, Berghahn, 2008, p. 299-329.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Tcherkezoff, « Anthropologie de la Polynésie », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 402-403.

Référence électronique

Serge Tcherkezoff, « Anthropologie de la Polynésie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20053

Haut de page

Auteur

Serge Tcherkezoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals