Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien

Jean-Claude Galey
p. 406-407

Texte intégral

Jean-Claude Galey, directeur d’études

Morphologies régionales, mutations des logiques relationnelles et interactions idéologiques

1Répondant à une invitation de l’Université de Halle et de l’Institut Max Planck pour donner les six conférences de la Chaire Christian Wolff, le directeur d’études n’a rouvert les activités du séminaire que début décembre. Un auditoire cette année majoritairement composé d’étudiants de master a par ailleurs justifié un rééquilibrage des parties recherche et celles proprement pédagogiques du programme. Pour ce faire, on a souhaité faire sentir la rapidité des changements sociaux survenus dans le sous-continent au cours des dernières décennies ainsi que la pénétration de clivages catégoriels jusqu’à récemment réservés aux échéances électorales et politiques. La reprise et mise en lecture de plusieurs grands textes des années 1970 a répondu à une première exigence propédeutique, complétée cette fois encore par l’exposé de travaux ethnographiques plus personnels et plus proches. Les contributions d’auteurs indiens (A.-K. Ramanujan, M.-Ν. Srinivas, T.-N. Madan, A.-K. Ananthamurthy, R. Kothari, A. Nandy) furent abordées en contrepoint d’événements récents et regardés rétrospectivement, moins pour être jugées dépassées ou déroutantes que pour souligner leur validité intuitive et analytique et les utilisant a contrario comme les esquisses premières et les portraits objectifs d’un état des lieux, sans doute daté, mais à considérer comme point de référence à partir duquel aborder l’intensification des dynamiques de transformation et de recomposition des clivages engagés et mesurer leur incidence sur les valeurs sociales. La prise en compte du résultat des élections législatives du printemps et le retour du parti du Congrès ont conforté l’intérêt d’une telle discussion. La mise à l’épreuve par l’ethnographie a, quant à elle, réintroduit les dimensions rurales et locales en se concentrant sur des complexes rituels sud indiens (Teyyam kéralais, Bhutas du pays Tulu, les Konda Reddis du Karnataka, le Burakattha d’Andhra Pradesh) où les phénomènes d’interaction et de transformation se manifestent par une théâ-tralité, avec la mise en représentation publique de troupes professionnelles de pièces d’auteurs et de répertoires régionalistes d’un genre nouveau. Insistant alors sur les effets de déplacement qu’y subissent ici les ordres coutumiers, même sous couvert de reconduction, les exposés ont souligné les conséquences de pareilles dramaturgies sur l’expérience religieuse, sociale et culturelle en marquant la présence d’une déterritorialisation des sites, allant jusqu’à leur déplacement vers les virtualités d’internet et la présence envahissante d’une théâtralité à la fois artificielle – parce que progressivement détachée, désincarnée (disembodied) – réservant au seul affect de spectateur, et à une exclusive sériation de logiques identitaires une inscription existentielle vécue jusqu’à récemment dans l’esprit d’une phénoménologie de relations collectives conjointement éprouvées.

2Souhaitant manifester sa solidarité au mouvement d’opposition aux « réformes » proposées par le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur et celui de l’Éducation nationale concernant le statut des enseignants-chercheurs, l’avenir des établissements de recherche, l’aide aux doctorants et les futures carrières le séminaire a consacré plusieurs séances du printemps à une réflexion institutionnelle (« Changeons le programme ! ») pour analyser l’origine et les effets de ces « réformes » sur la place du savoir dans notre société, le rôle qu’elles semblent vouloir assigner aux chercheurs et l’incidence particulière qu’elles font courir sur le futur de disciplines comme l’anthropologie sociale et sur celui des aires culturelles. Cette initiative devrait se prolonger l’an prochain en rejoignant un séminaire institutionnel commun, intitulé : « Les politiques des sciences. Séminaire alternatif ».

Publication

  • « Dynamiques et résistances à l’implantation des entreprises étrangères en Inde », Le Journal de l’école de Paris du management, 77, p. 38-46.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 406-407.

Référence électronique

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20056

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Galey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals