Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’écriture

Béatrice Fraenkel
p. 416-418

Texte intégral

Béatrice Fraenkel, directrice d’études

Actes d’écriture dans la ville : l’urbanisme et ses régimes graphiques

1Depuis trois années nous menons une enquête sur la place occupée par la question des écritures urbaines dans les « textes instaurateurs » de l’architecture et de l’urbanisme, traités, théories et utopies (F. Choay) et parallèlement sur les mémoires, manuels et autres sources portant sur le traitement des écritures publiques par les graveurs, typographes et calligraphes. Le programme a porté sur la période comprise entre l’Icarie de Cabet (1840), première utopie explicitement réservée à ceux qui partagent un niveau élevé de literacy, et la création par Johnston en 1916 pour le métro de Londres, du « Railway », souvent considérée comme la première police de caractères moderne. Marquées par l’œuvre de Camillo Sitte et par les mouvements Arts et Crafts et Art nouveau, ces décennies sont riches de textes sur l’écriture peu connus, rarement travaillés dans notre perspective. Elles correspondent aussi à des pratiques nouvelles de monstration des écritures, notamment dans le contexte des expositions universelles et du développement du design industriel.

2Il se dégage de nos travaux de cette année, l’hypothèse d’un tournant dans l’histoire générale de l’écriture : le statut de la lettre change, le regard sur l’autographie s’affine. L’écriture est saisie sur un mode perceptif nouveau, celui de l’intériorité qui reconnaît aux alphabets des qualités expressives singulières et lui prête une agency (A. Gell) inédite. Dans le même temps, la graphologie s’affirme, et deux pratiques d’écritures deviennent les prototypes obsédants de la marginalité : les tatouages (A. Loos) et les graffitis (G. Kahn).

3Colloques auxquels la directrice d’études a participé : « Les écrits urbains, un autre modèle d’écriture ? », colloque international de la France au Québec : l’Écriture dans tous ses états, Poitiers, 12-15 novembre 2008 ; « Haudricourt-Cohen-Leroi-Gourhan et la question de l’écriture », colloque Archéologie d’une discipline. André Leroi-Gourhan, André Georges Haudricourt et Charles Parain, 13, 14 et 15 octobre 2008, IMEC, abbaye d’Ardennes, Caen.

Atelier méthodologique. Pratiques d’écriture : corpus, analyses, enquêtes (avec Claire Bustarret, ingénieure de recherche au CNRS)

4Durant les huit séances du séminaire, la notion d’enquête a été problémati-sée à partir des méthodologies diverses présentées par les intervenants. L’enquête ethnographique, appliquée par Sophie Houdart à un studio d’architecture au Japon et par Aïssatou Mbodj-Pouye à un corpus de cahiers personnels au Mali, suppose des choix quant aux usages de l’entretien ou des lectures de documents commentées par les agents et aux conditions d’observation des pratiques, choix qui affectent également les modalités de présentation des résultats. Elle exige également une réflexion sur la constitution du corpus d’écrits et ses lacunes, en particulier sur le recours à la reproduction photographique, sélective ou exhaustive, plus ou moins confidentielle ou exploitable. Il en va de même avec l’emploi d’outils vidéo, comme l’a montré Marc Relieu dans son enquête sur les pratiques d’écritures numériques : le caractère réflexif du travail d’enquête souligné par les ethnométhodologues ne permet pas toujours d’éviter le poids des opérations de transcription et les écueils du discours descriptif pour rendre compte d’une « écriture en action ». Difficulté accrue dans le cas de pratiques professionnelles hautement formalisées comme celle du catalogage d’archives, manuel puis informatisé, étudiée par Christine Jungen en Jordanie et en Égypte. La position d’apprentissage peut restreindre l’accès à une contextualisation des pratiques contemporaines, rendant nécessaires des approches complémentaires de type comparatif ou historique.

5Un historien et un sociologue, Philippe Artières et Jean-François Laé, ont élaboré un journal d’enquête à deux voix lors de l’étude d’une correspondance : leurs approches croisées des mêmes documents ont permis de souligner les divers traitements possibles de l’archive, la mise à contribution de sources écrites complémentaires ou d’entretiens visant à contextualiser les documents étudiés, et de constater des divergences dans l’utilisation des résultats. C’est également à un travail sur l’archive que s’est livrée Anne Béroujon afin de reconstruire l’environnement graphique urbain de Lyon au XVIIe siècle. Des documents juridiques aux récits de voyage, des séries de documents fort disparates lui auront permis de reconstituer des objets et des pratiques aujourd’hui perdus, ou d’en percevoir les traces dans la ville contemporaine. L’érudition historiographique peut donc enrichir l’observation et le déchiffrement de l’environnement actuel. Inversement, c’est en scrutant un monument préservé mais altéré par le temps qu’Alain Legros a pu procéder à un inventaire des inscriptions (fameuses, mais jamais répertoriées de façon systématique jusqu’alors) qui ornent les poutres de la bibliothèque de Michel de Montaigne. L’érudit s’est donc doté d’instruments étrangers à l’approche littéraire (chimie, histoire de l’art, épigraphie) pour collecter, transcrire, décrire et interpréter ces écrits exposés anciens. Revenant sur des matériaux photographiques bien connus des historiens de la ville, l’œuvre d’Atget et celle de Brassai, Béatrice Fraenkel et Claire Bustarret se sont interrogées sur le statut de tels corpus photographiques, produits par une démarche systématique et marqués par des opérations de sélection et de classement. Bien qu’elles aient contribué à archiver des écrits exposés urbains, ces entreprises considérables répondaient à une finalité esthétique, éditoriale ou commerciale, qui exige de tout historien des pratiques d’écriture susceptible de les utiliser, un nécessaire effort de contextualisation.

6Coordonnée par Aïssatou Mbodj-Pouye (IRD), la première session de la journée d’étude internationale « Enquêter sur l’écrit/Investigating literacy and writing practices » (répartie suite au « Changeons le programme ! ») a rassemblé deux intervenants invités : Laura M. Ahearn (Associate Pr, Dept of Antropology, Rutgers University) et Jan Blommaert (Pr of linguistic anthropology and African linguistics, Universities or Jyväskylä, Tilburg et Gent) présentant leurs réflexions méthodologiques respectivement sur des corpus contemporains de correspondance amoureuse au Népal et de notes de terrain au Congo. Leurs contributions ont ouvert le débat sur les notions de aliteracy eventsa et de aliterate agencya et sur la validité d’une approche textuelle des documents, considérés dans leurs dimensions matérielle et graphique.

7La seconde demi-journée rassemblait, en présence de Sophie Fischer, les présentations de quatre membres de l’équipe « Anthropologie de l’écriture », B. Fraenkel, C. Lamireau, D. Pontille et J. Denis. Trois enquêtes menées des années 1970 à aujourd’hui sur les écrits exposés dans le contexte du métro parisien ont permis de mesurer les acquis d’une méthodologie pluridisciplinaire appliquée aux écrits contemporains, comprenant notamment une ethnographie des pratiques en action attentive aux spécificités matérielles et une approche sociologique du travail de production et d’entretien de la signalétique.

Publications

  • « Actes d’écriture : Quand écrire c’est faire », dans The wall and the city/il muro e la città/Le mur et la ville, sous la dir. d’A. Brighenti, Milan, Mimesis/II Brennero-Der Brenner, 2009.
  • « La signature, du signe à l’acte », dans Ce que signer veut dire, Sociétés S Représentations 28, 2008, p. 15-23.
  • « Comment ne s’adresser qu’à quelques-uns ? Remarques sur la cryptographie de tradition alphabétique », dans Du bon usage des images, Autour des codes visuels en Chine et au Japon, Extrême-Orient, Extrême-Occident n° 30, Presses Universitaires de Vincennes, 2008, p. 175-185.
  • « Marcel Cohen et l’écriture : autour de La grande invention de l’écriture et son évolution (1958) », dans Marcel Cohen aux origines de la sociolinguistique, Langage et Société 128, juin 2009, ed. MSH, 2009, p. 99-118.
  • « Comment tenir un registre ? » Langage & Société 124, 2008, p. 59-71.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Fraenkel, « Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 416-418.

Référence électronique

Béatrice Fraenkel, « Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20063

Haut de page

Auteur

Béatrice Fraenkel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals