Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la transmission orale en Europe

Nicole Belmont et Jean-Paul Valabrega
p. 421-422

Texte intégral

Nicole Belmont, directrice d’études
Jean-Paul Valabrega, psychanalyste

Peurs et phobies (suite)

1Le séminaire a été consacré, comme l’an dernier, au thème des peurs et phobies, qui constitue un terrain fertile de confrontation entre les approches anthropologique et psychanalytique. Quatre interventions concernaient les représentations et les mises en scène de la peur, de l’angoisse, voire de l’épouvante dans la littérature orale. Nicole Belmont a présenté une recherche qui pose l’hypothèse selon laquelle les contes merveilleux européens sont autant de récits initiatiques, si bien qu’on doit pouvoir y retrouver les trois stades des rites de passage proposés par A. Van Gennep. À cet égard le stade de marge constitue la phase la plus dangereuse, en raison de son caractère d’entre-deux, qui se traduit souvent par la mise à l’épreuve, la solitude et la maltraitance. Dans les contes, lieu et temps privilégiés de la marge, c’est le séjour dans la forêt ou sa traversée, qui ensauvagent aussi bien le héros que l’héroïne. Anna Angelopoulos a travaillé sur des récits traditionnellement destinés aux enfants, et plus particulièrement le conte intitulé « L’enfant dans le sac », riche en images phantasmatiques évoquant les premiers stades de la libido. On y retrouve les thèmes de la conception orale, de l’abandon, du corps unilatéral (« Moitié d’homme », « Demi-cul »), mais aussi de la survie et de la tentation du suicide pour un enfant provocateur devant le danger. Évelyne Roques, pour sa part, s’est attachée aux contes de destinée féminine (particulièrement Blanche-Neige), où l’héroïne est en butte à une jalousie maternelle mortifère, subit l’errance dans des lieux désertiques, noue des liens avec des êtres marginaux qui l’Initient aux tâches féminines, mais doit passer par un sommeil de mort (léthargie), avant de renaître libérée de la malfaisance de la mère. Blanche Ping Chiu et Igumi Seiko ont parlé des récits de transmission orale chinois et japonais, qui mettent en scène des fantômes et des esprits maléfiques. Un récit datant du XVIIe siècle témoigne de l’importance attachée à la survie du bébé, pris en charge par sa mère pourtant décédée. Alors que les enfants mort-nés n’étaient ni nommés, ni enterrés, renvoyés en quelque sorte à leur néant. Au Japon, une femme morte enceinte porte une double souillure. Le corps de l’enfant a longtemps été abandonné, jeté ensuite à l’eau, dans l’espoir de sa renaissance. Cet ensemble de croyances, pratiques et récits témoigne de variantes infinies sur le thème de la vie et de la mort, sur le mode de la négation et de la dénégation.

2Anne-Laure Bucher a repris très utilement le dossier Otto Rank/Freud concernant l’angoisse de la naissance. Si Freud déclare très tôt que l’angoisse de la naissance pourrait être le prototype de toute angoisse, Rank en fait, lui le noyau structurant de l’angoisse, si bien que le problème concerne l’évolution globale de l’humanité. Il s’ensuit que, pour lui, l’angoisse infantile est constitutionnelle de l’enfance, et que le prototype de l’angoisse est, chez les adultes, la claustrophobie, en tant que souvenir physiologique. Pierre Berthout a revisité, pour sa part, le dossier du « Petit Hans » en y apportant un regard nouveau, soulignant par exemple l’importance que Freud apporte aux personnages masculins de l’affaire, au détriment de la mère, en particulier. Dans la discussion, J.-P. Valabrega remarque que, dans cette étude de cas », Freud présente les prémices de la théorie et de la pratique psychanalytique de la supervision et du contrôle. Le séminaire suivant a été consacré à une discussion générale sur ce cas freudien, où Muriel Djeribi Valentin a reprécisé sa position exposée l’année précédente. Jacques Letondal a axé son exposé sur l’origine inconsciente et l’ancrage culturel de la misogynie, postulant une idéologie phallique dominant la psychanalyse, où le phantasme de la mère toute-puissante est bisexué. Il faut remarquer que le concept le plus ancien de la divinité concerne des figures féminines, dont témoigne la prédominance des représentations de déesses-mères, depuis l’aurignacien jusqu’au néolithique. Dans la discussion il a été remarqué que Freud postule en effet la série : déesses-mères – héros – dieu-père.

Publication

  • Avec Jean-Marie Privat, « “Elle ne peut lire une seule lettre”. Approche d’un malentendu », dans Cahiers de littérature orale, « Le livre parle. L’écrit dans la tradition orale », 62, 2009, p. 103-125.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Belmont et Jean-Paul Valabrega, « Anthropologie de la transmission orale en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 421-422.

Référence électronique

Nicole Belmont et Jean-Paul Valabrega, « Anthropologie de la transmission orale en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20065

Haut de page

Auteurs

Nicole Belmont

Articles du même auteur

Jean-Paul Valabrega

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals