Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’art et du travail

Pierre-Michel Menger
p. 437-439

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Michel Menger, directeur d’études

Sociologie du travail : la réputation, le talent, la cotation de l’excellence

1L’enseignement a été consacré à l’étude des marchés du travail qui accordent une place primordiale à la cotation des différences individuelles de performance et de talent et qui, à formation et compétences données, provoquent des inégalités considérables de rémunération et d’accomplissement professionnel. Les domaines explorés et comparés ont été les arts, la recherche scientifique et les sports. Dans chacune de ces sphères d’activité, le lexique de la performance est porteur d’une triple signification : réalisation d’objectifs (mesure absolue de la performance), cotation de l’excellence de l’activité et de son résultat (mesure relative de la performance), valeur d’accomplissement (mesure de la satisfaction trouvée dans l’activité). La première dimension renseigne sur la prévisibilité de l’activité et sur son organisation contractuelle, la deuxième sur les ressorts de comparaison et de compétition interindividuelle, la troisième sur les propriétés incitatives de la motivation intrinsèque, sur la relation que celle-ci entretient avec le degré d’incertitude sur le cours et le résultat de l’activité, et sur le potentiel formateur des activités faiblement routinières. À partir de ce cadre d’analyse, j’ai différencié les activités et les emplois selon que la performance individuelle est un facteur complémentaire de production (cas des « star jobs ») ou un facteur additif (cas des « guardian jobs » et des « foot-soldier jobs », selon la terminologie de Baron et Kreps). J’ai montré quels sont, dans chaque cas, les déterminants et les mécanismes amplificateurs de la réussite et comment se composent les dimensions de la performance que j’ai distinguées. Une extension de l’analyse a concerné la diffusion du vocabulaire du talent dans le monde de l’entreprise. Le talent y est cerné comme une grandeur ordinale plutôt que cardinale, ou, en d’autres termes, comme un pur différentiel plutôt que comme une somme de qualités dont la nature, le dosage et la combinaison doivent pouvoir être identifiés sans ambiguïté. C’est ce que montre l’application du critère du talent, qui vise à circonscrire un segment de 10 % à 20 % de « high performers ».

2Dans la partie de travail collectif que comportait chacune des séances de quatre heures du séminaire d’enseignement, une série d’exposés de participants ou d’invités extérieurs ont permis d’approfondir l’étude des domaines d’activité concernés. Françoise Barisitz (consultante) a présenté sa recherche sur les trajectoires professionnelles des consultants exerçant en indépendant à partir d’une typologie de parcours selon l’âge d’entrée dans la profession et selon les motivations avancées (recherche d’autonomie, recherche d’équilibre entre vie privée et professionnelle, reconversion contrainte). Marie Bouhaïk-Gironès (NWO, Université d’Amsterdam) a exposé ses recherches sur l’histoire de la formation des acteurs au Moyen Âge, en reliant leurs savoirs et leurs compétences à ceux des métiers de la justice parmi lesquels se recrutaient auteurs et acteurs. Pierre François (CNRS, CSO) a présenté les résultats d’une enquête sur la critique d’art et examiné notamment les voies d’accès, les stratégies de professionnalisation, les carrières, les modes de rémunération, les réseaux de collaboration et les liens fonctionnels entre l’activité critique et les métiers d’inter-médiation des mondes de l’art. Morgan Jouvenet (CNRS, Laboratoire Printemps) a analysé l’imputation et la cotation du talent dans la recherche scientifique, et examiné les modèles développés en sociologie des sciences pour rendre compte de la dimension individuelle et collective des écarts de productivité. Hélène Labat (consultante) a examiné les outils dont usent les entreprises pour évaluer et classer les performances individuelles et pour détecter les cadres à « haut potentiel ». Colin Marchika (EHESS, CESTA) a présenté une analyse des systèmes internationaux de classement des business schools et de leurs MBA, et montré comment les combinaisons et les pondérations des critères d’évaluation agissent sur la hiérarchisation des établissements et sa signification. Patrick Mignon (INSEP et CESTA) a montré comment sont identifiées et étalonnées les qualités des sportifs de haut niveau, et examiné ce que la détection et la consolidation des talents doivent à la rationalisation de la mesure de la performance individuelle et collective. Olivier Pilmis (Paris-XII/Val-de-Marne et CESTA) a exposé les résultats de sa recherche sur les journalistes pigistes et sur les chances de développement des carrières à la périphérie des entreprises de presse, sur la base de liens récurrents d’emploi et de la construction de la réputation. Enfin, Jean-Jacques Nattiez, professeur à l’Université de Montréal et directeur d’études invité, a donné, dans le cadre du cycle de conférences consacrées à « Richard Wagner antisémite », deux exposés sur les positions antisémites du compositeur dans ses écrits et dans sa vie, puis dans ses livrets d’opéra.

Publications

  • Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard/Seuil, coll. « Éd. de l’EHESS », 2009, 670 pages.
  • « Les professions artistiques à la frontière du salariat », dans Travail artistique et économie de la création. Actes des 2es journées d’économie de la culture, sous la dir. de F. Labadie, F. Rouet, Paris, ministère de la Culture et Documentation française, 2008, p. 15-38.
  • « Le travail au projet », dans Coll., L’artiste au travail, Bruxelles, Bruylant, 2008, p. 287-299. Traduit en néerlandais : « Werken per project », dans coll., De Kustenaar aan het werk, Bruxelles, Bruylant, 2008, p. 265-277.
  • « Les professions artistiques et leurs inégalités », dans Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, sous la dir. de Didier Demazière, Charles Gadéa, Paris, La Découverte, 2009, p. 355-366.
  • « Un pas vers l’utopie », dans coll., Artistes 2020, Paris, Éd. Irma, 2009, p. 55-60.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et du travail », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 437-439.

Référence électronique

Pierre-Michel Menger, « Sociologie de l’art et du travail », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20082

Haut de page

Auteur

Pierre-Michel Menger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals