Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine

Isabelle Thireau
p. 445-446

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Isabelle Thireau, directrice d’études

Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine

1Le séminaire de cette année a été consacré à l’étude de l’administration chinoise dite des Lettres et des visites. Créée formellement en 1951, celle-ci a pour fonction de recevoir et de transmettre à l’administration centrale et locale, du Parti communiste comme de l’État, les témoignages provenant de la population. Ces témoignages peuvent contenir des suggestions ou des critiques, des dénonciations ou des accusations, des appels à la révision de sanctions politiques, administratives et juridiques ou encore des demandes d’assistance. Ils peuvent être exposés oralement lors des visites accomplies auprès des nombreux bureaux qui composent cette administration ou par écrit.

2« Dans notre pays socialiste, quand les individus sont victimes d’injustices, ils doivent pouvoir les exposer ; quand ils ont subi des malheurs, ils doivent pouvoir les raconter ; quand ils sont dans leur bon droit, ils doivent pouvoir l’affirmer ; quand des dommages leur sont infligés, ils doivent pouvoir les éliminer », écrit un historien chinois pour décrire les fonctions officielles des bureaux des Lettres et des visites. Exposer, raconter, affirmer : depuis leur création, ces lieux d’adresse directe aux autorités locales et nationales autorisent l’existence d’un espace de parole majeur, même si celui-ci est longtemps demeuré relativement confidentiel.

3Les premières séances du séminaire ont porté sur les différentes modalités de présence du passé dans l’administration actuelle. En effet, aucune référence officielle n’est faite au passé lors des premiers pas de cette institution, en 1951 : les instances qui se mettent en place sont présentées comme inédites ; elles répondent aux besoins nouveaux d’une société nouvelle. Et pourtant, dès sa création, ce dispositif est orienté de manière implicite par des pratiques administratives et des représentations idéologiques ancrées dans un passé beaucoup plus lointain. Puis, à partir du milieu des années 1990, des ouvrages autorisés se mettront soudain à évoquer des précédents historiques afin d’asseoir sa légitimité. Loin de constituer des références à un âge d’or, ces précédents sont fondés sur l’idée de progrès, permettant de confronter le présent à un passé porteur d’expériences jugées pertinentes mais inachevées. Le nouveau récit, qui établit des rapprochements inédits avec le présent, s’efforce donc avant tout de fixer la compréhension que l’on veut imposer de cette administration, de dire ce qu’elle prétend être plutôt que ce qu’elle est.

4Le séminaire a ensuite porté sur l’analyse d’un dossier particulier, une affaire portée entre septembre 1951 et septembre 1952 devant le bureau des Lettres et des visites de la municipalité de Shanghai. Ce dossier a pour intérêt d’apporter un premier éclairage sur l’espace de parole dont nous tentons de suivre la genèse. Il comprend une trentaine de lettres envoyées, entre septembre 1951 et décembre 1952, à différents échelons administratifs par les différents protagonistes d’une affaire impliquant une école primaire chinoise, privée et protestante, menacée d’expropriation, mais également une vingtaine de notes ou rapports administratifs. Ce dossier a également pour intérêt de montrer le caractère hybride des arguments avancés par les différentes parties alors qu’une nouvelle idéologie est diffusée, ainsi que les tentatives déployées par certains pour intégrer les nouveaux concepts politiques imposés à l’univers normatif antérieur.

5Le professeur Ying Xing a conclu le séminaire en analysant longuement un processus de « visites collectives » coordonné par des paysans chinois déplacés à la suite de la construction d’un barrage, visites qui se sont déroulées entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1995. Son analyse des différentes étapes de ce processus, des intercations entre administrateurs locaux et administrés, a été très riche et stimulante. Qu’il en soit vivement remercié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Thireau, « Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 445-446.

Référence électronique

Isabelle Thireau, « Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20088

Haut de page

Auteur

Isabelle Thireau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals