Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi
p. 463-465

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

L’islam des jeunes. Le djihad au Nord et au Sud

1Le radicalisme et le fondamentalisme islamiques ont fait l’objet de ce séminaire et en particulier, les formes que revêtent ces deux formes de religiosité en prison. La première partie du cours a été consacrée à la prison, une seconde, au développement du radicalisme au nom de l’islam dans les banlieues.

2On a discerné trois formes de religiosité : celle des personnes qui ont découvert l’islam avant leur condamnation à la prison, celle des personnes qui ont renoué (ou se sont converties) en prison et enfin, celle de ceux qui ont commencé leur islamisation avec la prison mais pour qui la prison signifie un approfondissement. Ce dernier cas peut se traduire soit par un ancrage dans un sentiment religieux spiritualiste, soit dans une forme de subjectivité religieuse fondamentaliste, soit, enfin, dans une subjectivation induisant la rupture avec la société et l’islamisme radical.

3C’est sur l’analyse du dernier cas, avec sa typologie ternaire, que le séminaire s’est surtout concentré, tout particulièrement sur le cas ultra-minoritaire de l’islamisme radical mais qui revêt une signification sociale importante en Europe. Comment se construit, en prison même, une subjectivité religieuse radicale ? L’analyse de cas qui s’inspiraient en partie des interviews menées en prison en France a tenté de montrer l’imbrication d’une logique sociale et d’une individualité « écorchée » par une crise intérieure, elle-même accentuée par le racisme, l’islamophobie, un imaginaire lié à la colonisation et à la post colonisation ainsi qu’une vision obsidionale de l’islam comme étant en danger sous les coups de boutoir d’un occident arrogant et impie. Dans cette perspective, l’incarcération est vécue comme un signe supplémentaire de la lutte contre l’islam d’un Occident qui entend mettre en prison les musulmans conscientisés.

4Dans les banlieues, on assiste au développement des formes nouvelles de fondamentalisme, notamment le néosalafisme. La logique du fondamentalisme est différente de celle du jihadisme (islamisme radical). C’est la volonté de faire « bande à part » dans une société qui ne reconnaît pas aux « Musulmans » la même dignité et les mêmes droits. À cela s’ajoute une autre dimension, celle de la reconnaissance de la spécificité et du « particularisme » par une société française qui rejette l’« islam public » que prônent les néoorthodoxes comme étant le seul légitime. Enfin, l’impossibilité de faire corps avec le jihadisme du fait de la répression fait que l’on adhère à un type d’hyper-fondamentalisme où on ne déclare pas la guerre à la société mais on s’en détache au suprême degré.

5Plusieurs conférences ont été données sur le thème de l’islam radical tout au long de l’année universitaire 2008-2009 dans différentes universités : une première série aux États-Unis (Harvard, mars 2009) et une deuxième série en France.

Vision globale de la nouvelle jeunesse iranienne

6La nouvelle jeunesse iranienne n’est pas homogène. Il y a la jeunesse des grandes villes qui est plus sécularisée et celle des villes moyennes et traditionalistes (Qom) dont le sentiment est ambivalent à l’égard de l’individualisation, la liberté sexuelle, le politique et les rapports du genre. Le séminaire a tenté de jeter les bases d’une analyse de la seconde jeunesse tout en projetant pour l’année suivante celle de la jeunesse des grandes villes.

Publications

  • Avoir vingt ans au pays des ayatollahs : la vie quotidienne à Qom (To be in his twenties in the country of the ayatollahs : daily life in the city of Qom), Robert Laffont, Paris, 2009, 409 p.
  • Inside Jihadism, understanding Jihadi movements worldwide, Yale cultural sociology series, Paradigm publishers, Boulder, Londres, 2009, 321 p.
  • « Reformist and moderate voices in European Islam », dans Reformist voices of Islam, sous la dir. de Shireen T. Hunter, M.E. Sharpe, New York, 2009, p. 247-266.

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études
Saeed Paivandi, maître de conférences à l’Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis
Mohsen Mottaghi, docteur de l’EHESS

La nouvelle société iranienne : ses intellectuels, ses élèves, ses étudiants et ses nouvelles formes d’ethnicité

7LE thème du séminaire a été les nouveaux intellectuels religieux en Iran. On s’est penché sur leur spécificité et la nature globale de leur message, ainsi que sur leur forme d’opposition à la théocratie islamique. Les séminaires ont souligné le nouveau rapport entre l’islam revisité des « nouveaux intellectuels religieux » et les formes de pensée laïque ainsi que la nature de la sécularisation dans l’islam chiite.

8La partie faite par Farhad Khosrokhavar s’est focalisée sur les formes de religiosité dans la jeunesse Iranienne dans une ville sainte du chiisme, Qom. Les jeunes, tout en demeurant dans l’ensemble profondément religieux, n’en développent pas moins une forme d’individualisme religieux qui limite singulièrement l’emprise des autorités religieuses (les marja’ taqlid : pôles d’imitation chiite) sur leur vie intérieure. La sécularisation passe ici par une individualisation du religieux que par une rupture avec lui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 463-465.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20102

Haut de page

Auteurs

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Saeed Paivandi

Articles du même auteur

Mohsen Mottaghi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals