Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
p. 470-471

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Hamit Bozarslan, directeur d’études

1Le séminaire de cette année a été consacré à la sortie du cycle historique couvrant la période 1979-1989. Les premières séances ont permis de faire un « état des lieux » et de repérer des lacunes que la recherche se doit de combler. Ainsi, la démarche privilégiant, à partir d’une échelle macro, la dimension géopolitique, a empêché les chercheurs de prendre en compte les transformations économiques, sociales et politiques qui ont vu le jour dans les différentes sociétés musulmanes durant la décennie 1980. L’absence des dictionnaires historiques et d’une cartographie fine représentant notamment les déplacements des cercles de militants ou de combattant la constitution de camps de réfugiés et d’entraînement... constitue également un obstacle majeur devant les études sur cette période.

2Au-delà de ce constat, le séminaire a rappelé que la sortie du cycle historique 1979-1989 est rendue possible par la fin des guerres d’Afghanistan, du Golfe et du Liban, entraînant dans leur sillage également l’épuisement des dynamiques révolutionnaires en œuvre en Iran depuis la révolution de 1979. Producteur et exportateur d’un modèle révolutionnaire à l’instar de la France et de la Russie par le passé, le régime iranien est dès lors conduit à se replier sur une politique de consolidation de pouvoir, qui se distingue radicalement du Thermidor français. À l’inverse, l’Irak, lourdement soutenu par l’Occident tout au long de sa guerre contre l’Iran, s’érige en référence d’une résistance régionale, non pas par une projection révolutionnaire, mais à partir d’une surenchère nationaliste et « anti-impérialiste », qui le conduit rapidement à une nouvelle guerre.

3Parallèlement à l’importance de ces événements « macro », force est de reconnaître que la sortie de ce cycle historique mouvementé permet aux États (hormis l’Afghanistan où la guerre civile prend la relève de la guerre antisoviétique, et le Liban, soumis au contrôle du Léviathan syrien) de s’ancrer dans la durée, mais ne détruit pas pour autant les marges d’action des acteurs non-étatiques. Ceux-ci évoluent en effet dans un espace largement radicalisé, travaillé autant par d’intenses conflits que par des modes de transmissions intergénérationnels. Ils conservent les ressources propres de leurs conflits, en termes de légitimité et d’allégeances, et gagnent une « historicité », autrement dit une « connaissance du passé » (Giddens) qui leur permet d’assurer leur propre durabilité. La sortie du cycle historique de 1979-1989 signifie pour nombre de jeunes ayant expérimenté une transhumance militaire vers l’Afghanistan de réaliser leur retour sur leurs terres de naissance, ce qui reconfigure radicalement l’espace politique dans le monde arabe, notamment en Égypte et en Algérie. De même, se constituent, en Afghanistan, en Somalie et au Soudan, des espaces supra-territoriaux échappant largement au contrôle des États et pavant le chemin qui conduira, une décennie après, aux attentats du 11 septembre. Enfin, à la faveur de la dissolution du bloc de l’Est, puis, de l’Union soviétique, on assiste à un nouvel élargissement du monde musulman (Balkans, Tadjikistan, Tchétchénie), ce qui projette la contestation islamiste de la décennie 1990 vers d’autres zones, mais le condamne aussi une nouvelle subjectivité sombre.

Publications

  • Conflit kurde. Le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris, Autrement, 2009, 174 p.
  • « Türkiye’de Siyasi Siddetin Fikri Kaynaklarl », dans Modem Türkiye’de Siyasi Düsünce, Istanbul, Iletisim, vol. 9, 2009, p. 370-385.
  • « L’Empire ottoman », dans Sortir de la Grande guerre. Le monde et l’après 1918, sous la dir. de S. Audoin-Rouzeau et C. Prochasson, Paris, Tallandier, 2008, p. 329-347.
  • « Bir Mistisizm, aksiyoloji ve pre-totalitarizm olarak komitacilik-Ittihadçilik », dans Resmi Traih Tartismalari, sous la dir. de F. Baskaya, Ankara, Özgür Üniversite Yayinlari, vol. 4, 2008, p. 127-138.
  • « Turkey », dans A historical companion to postcolonial literaturesContinental Europe and its empires, sous la dir. de P. Poddar, R. S Patke, L. Jensen, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2008, p. 423-427.
  • « Önsöz », dans Kürtler ve Kürdistan, sous la dir. d’A. Qasimlo, Istanbul, Avesta, 2009, p. 9-24.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 470-471.

Référence électronique

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20109

Haut de page

Auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals