Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Connaissances de la nature et natures de la connaissance

Bernard Hubert
p. 498-502

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Bernard Hubert, directeur d’études

Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ?

1Le séminaire porte sur la pertinence de la notion de développement durable du point de vue de la recherche scientifique. Cette notion introduit-elle de nouveaux enjeux, de nouvelles questions qui conduiraient à renouveler certains thèmes, certains objets, voire même certaines pratiques de recherche ? Quels moyens la recherche se donne-t-elle pour intégrer un enchevêtrement de temporalités ? Quelles initiatives les différentes disciplines, en particulier sciences sociales, sciences techniques et sciences de la nature, prennent-elles pour améliorer leurs formes d’intégration et s’approprier scientifiquement les enjeux posés par cette notion ?

2Le développement durable vise à surmonter ce que les oppositions, divisions et séparations peuvent représenter comme menaces de désintégration pour la société humaine ; l’idée d’intégration en est une idée maîtresse. Il a en outre à voir avec l’articulation du local et du planétaire, sans écraser l’un sur l’autre, et avec l’inscription du temps court de l’action ordinaire dans le temps long intergénérationnel, qui est aussi le temps de déploiement de processus biophysiques majeurs (biodiversité, climat, évolution de la fertilité des sols, accumulation de polluants dans les nappes profondes).

3Le noyau dur du développement durable comme question et comme défi tient aux relations entre les processus économiques et les transformations de l’environnement planétaire et des ressources qu’il abrite. Ces relations sont médiatisées d’un côté par la technologie, qui fait le passage entre le monde social et le monde physique, et de l’autre côté par la préoccupation pour l’équité sociale, dont la donne est en partie modifiée par l’émergence de la question environnementale et des nouvelles raretés qu’elle exprime ou qu’elle demande d’instituer. Cette dernière dimension inscrit le développement durable dans le registre des catégories normatives et pas seulement des catégories descriptives ou analytiques.

4La prise en charge intégrée, par la société, des trois dimensions (durabilité écologique, viabilité économique et équité sociale) généralement reconnues au développement durable ne peut pas se passer d’une volonté politique des acteurs individuels et collectifs. Ainsi, le développement durable trouve son espace d’existence intellectuelle dans l’entre-deux, là où la logique de la détermination s’entremêle avec celle de l’intention, entre une vision du développement qui se réalise par une nécessité inscrite au cœur de la réalité même et celle qui procède de l’affirmation d’une volonté politique et d’un projet économique. La chance que s’établisse un développement durable dépend in fine de la capacité des acteurs du développement à discerner les nécessités qui émanent de la réalité économique, sociale et écologique à laquelle ils sont confrontés et à y accrocher leurs projets dans un processus adaptatif qui sait tirer les leçons de l’expérience. Ni volontarisme ni déterminisme, tel est l’espace intellectuel du développement durable.

5Une telle situation a des conséquences méthodologiques pour les chercheurs concernés. Il appartient à ces derniers de s’attacher à combiner deux ordres d’explication différents (par la détermination, par le projet et le choix intentionnel) et cette combinaison n’est envisageable que parce que chacun des ordres recèle en lui-même des trous, des liens qui ne sont pas noués, une incomplétude que les modèles et analyses doivent trouver le moyen de prendre en compte de façon explicite, sans chercher à parvenir à une explication totale dans un seul ordre.

6Ainsi, le séminaire s’est-il, cette année, organisé en trois parties. La première introduit les questions générales liées à la notion de développement durable (histoire du concept et contenu ; conséquences pour la recherche scientifique : articulation des sciences sociales, techniques et de la nature ; la technologie en question : innovation et risques). Une deuxième partie donne des illustrations concrètes dans le domaine de l’agriculture (de la sécurité à la sécurisation alimentaire) et de l’environnement (biodiversité, politique agri-environnementale, gestion des ressources naturelles renouvelables). La dernière porte sur les modes de production et le contenu des connaissances scientifiques (indicateurs pour quoi et comment ? ; renouvellement du dialogue recherche/société – action collective et partenariat : la notion de dispositif). Deux séances ont été consacrées à une discussion à partir de textes lus et commentés par les étudiants. La première porte sur la lecture de deux articles sur la question du développement durable en regard de la recherche issus de l’ouvrage Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche (éd. Elsevier, 2001) : celui de M. Jollivet « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride » et celui de R. Barbault « La vie, un succès durable ». La deuxième a été consacrée à une lecture partagée de l’ensemble des chapitres de l’ouvrage Les marchés de la biodiversité (C. Aubertin, F. Pinton et V. Boisvert eds., IRD Éditions, 2007).

7Comme pour l’année 2007-2008, les étudiants du master « Développement agricole durable » de la faculté Jean Monnet (Université Paris-XI/Sud) ont suivi le séminaire jusqu’aux vacances de printemps, date à partir de laquelle ils partent en stage de terrain.

8En outre, le séminaire de recherche « catégories du vivant et dynamique des connaissances », que je coanime avec Florence Burgat et Raphaël Larrère, a été poursuivi avec une séance à Paris et une à Marseille.

9Appuyée sur un accroissement significatif de ses moyens et accompagnée d’une accélération des usages technologiques qui en sont issus, la connaissance scientifique se transforme en profondeur. Elle est passée en quelques années d’approches descriptives sur la diversité et la structure du vivant, à l’étude des fonctionnements, des mécanismes, des dynamiques qui fondent les processus d’ontogénèse, de développement, d’évolution et les capacités adaptatives des êtres vivants, abordés autant comme des individus que comme des ensembles interactifs et dynamiques. Ces connaissances qui touchent directement les hommes sont ainsi à l’origine d’une rupture épistémologique sur les relations entre la science et la société telles qu’elles se sont instituées depuis l’époque moderne. On passe ainsi d’une posture qui a privilégié l’intervention sur une nature extérieure à l’humanité – voire à son service – à des relations plus subtiles – et plus troublantes – par lesquelles on traite de nous-mêmes en même temps que de la nature. Par exemple, la proximité avec l’homme de l’espèce sélectionnée pour telle ou telle recherche nous conduit au cœur de bien des questions qui se trouvent à la croisée de la biologie, de la philosophie, mais aussi du droit et de la sociologie. L’un des concepts majeurs qui se profile à l’arrière-plan de ces questions est celui de catégorie. Ce concept, pour le dire de manière très large, est le résultat des opérations classificatoires ; il qualifie même couples objets qu’il a regroupés dans un même ensemble. Ce séminaire explore sa capacité à permettre à ces disciplines de se rencontrer.

10Le mercredi 13 mai 2009, de 14h à 17h (10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris, salle Alphonse-Dupront) : Guy Rodet « L’abeille domestique, encore des questions sur l’un des insectes les plus connus ? » ; Renan Larue « Les merveilleuses abeilles de Réaumur ».

11Le mardi 19 mai 2009 de 14 h à 17 h 30 (salle de réunion, Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille) : L’environnement : construire et déconstruire la nature : Bernard Hubert (EHESS, INRA Ecodev) « Après un siècle d’existence, l’écologie scientifique monte à l’agenda politique » ; Valeria Siniscalchi (EHESS, SHADYC) « Politiques de la biodiversité : le mouvement Slow Food et la défense du bon, propre et juste » ; Monica Castro Larranaga, (INRA, Ecodev) « La prise en compte de la nature dans les conventions internationales : de l’espèce à la biodiversité » ; Suzanne de Cheveigné (CNRS, SHADYC) « Comment les médias participent à la construction de notre environnement ? »

12J’ai organisé un colloque à Paris en juin 2008 (Partenariat – Innovation – Agriculture) et un atelier à Hohhot (Chine) l’occasion de l’International Grassland Conference/International Rangeland Conference en juin-juillet 2008 (« A shift in natural resources management paradigm : from resources sufficiency to functional integrity ») qui feront l’objet d’ouvrages en cours d’édition.

Publications

  • Avec J.-M. Chaumet, F. Delpeuch, B. Dorin, G. Ghersil, T. Le Cotty, S. Paillard, M. Petit, J.-L. Rastoin, T. Ronzon et S. Treyer, Agrimonde. Agricultures et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable, Inra et Cirad, eds., Paris, 2009, 31 p.
  • Avec J.-M. Chaumet, F. Delpeuch, B. Dorin, G. Ghersil, T. Le Cotty, S. Paillard, M. Petit, J.-L. Rastoin, T. Ronzon et S. Treyer, Agrimonde. Scenarios and challenges for feeding the world in 2050, Inra and Cirad, eds., Paris, 2009, 32 p.
  • Avec E. de Turckheim et A. Messean, eds., Concevoir et construire la décision : démarches et méthodes pour l’agriculture, l’agroalimentaire et les espaces ruraux. QUAE, Paris, 2009, 360 p.
  • Sous la dir. de B. Hervieu, Sciences en campagne. Regards croisés passés et futurs, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, France, 2009, 400 p.
  • « Jouer contre son camp ? Dynamiques écologiques et théorie darwinienne », Natures Sciences Sociétés, vol. 1, n° 16, 2008, p. 49-51.
  • Avec J.-P. Billaud, Pour ne plus avoir d’émeutes de la faim : une troisième frontière agraire à explorer ? Natures Sciences Sociétés, vol. 2, n° 16, 2008, p. 109-110.
  • Avec C. Millier, Le changement climatique : s’adapter ou disparaître ? Natures Sciences Sociétés, vol. 1, n° 17, 2009, p. 1-2.
  • « Problem framing in inter- and transdisciplinary research », compte rendu de conférence (Zurich, 27-28 novembre 2008), Natures Sciences Sociétés, vol. 3, n° 17, 2009. p. 305-306.
  • Avec P. Caron, « Imaginer l’avenir pour agir aujourd’hui, en alliant prospective et recherche : l’exemple de la prospective Agrimonde. Une initiative de l’Inra et du Cirad pour anticiper les crises dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation », Natures Sciences Sociétés, vol. 4, n° 17, 2009, p. 417-423.
  • Avec M. Mormont, « De l’environnement au développement durable. Le rôle des médiateurs », dans Écologisation. Objets et concepts intermédiaires, sous la dir. de F. Mélard, Peter Lang, Bruxelles, 2008, p. 51-70.
  • Avec R. Teulier, « Des concepts intermédiaires pour la conception collective. Les situations d’action collective avec acteurs hétérogènes », dans Écologisation. Objets et concepts intermédiaires, sous la dir. de F. Mélard, Peter Lang, Bruxelles, 2008, p. 163-186.
  • Avec F. Aubert, « L’agriculture dans les scénarios de Nouvelles Ruralités », dans Les nouvelles ruralités à l’horizon de 2030, sous la coord. d’O. Mora, QUAE, Versailles, 2008, p. 79-86.
  • Avec R. Larrere, « Préface » de Sciences, Chercheurs et agricultures. Pour une histoire de la recherche agronomique, sous la dir. de C. Bonneuil, G. Denis et J.-L. Mayaud, QUAE, Versailles et L’Harmattan, Paris, 2008, p. 1-3.
  • « La construction en partenariat de recherches sur problèmes : quelles pertinences entre bjets et disciplines ? », dans La mise à l’épreuve. Le transfert des connaissances scientifiques en questions, sous la coord. de C. Albaladejo, P. Geslin, D. Magda et P. Salambier, QUAE, Versailles, 2009, p. 209-218.
  • Avec N. Louwaars et S. Suppan, « Knowledge and knowledge management – Property rights part of options for enabling policies and regulatory environments », dans Agriculture at a crossroads. International assessment of agricultural knowledge, science and technology for developmentGlobal report, sous la dir. de Β. McIntyre, Η. Herren, J. Wakhungu et R. Watson, Island Press, Washington, DC (USA), 2009, p. 475-481.
  • Avec F. Burgat et J. Bonnemaire, « Les catégories du vivant en débat », dans Sciences en Espagne. Regards croisés passés et à venir, sous la dir. de B. Hervieu et B. Hubert, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, France, 2009, p. 64-76.
  • Avec B. Hervieu, « Du colloque au livre », dans Sciences en campagne. Regards croisés passés et à venir, sous la dir. de B. Hervieu et B. Hubert, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, France, 2009, p. 7-10.
  • Avec B. Hervieu, « Conclusion générale », dans Sciences en campagne. Regards croisés passés et à venir, sous la dir. de B. Hervieu et B. Hubert, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, France, 2009 p. 385-387.
  • Avec E. de Turckheim et A. Messean, « Un programme de recherche transversal pour produire des connaissances génériques sur les démarches et les méthodes pour l’aide a la décision », dans Concevoir et construire la décision : démarches et méthodes pour l’agriculture, l’agroalimentaire et les espaces ruraux, sous la dir. d’E. de Turckheim, B. Hubert et A. Messéan, QUAE, Paris, 2009, p. 7-26.
  • Avec E. de Turckheim, « Quel retour des travaux en partenariat ou en interdisciplinarité vers la recherche ? », dans Concevoir et construire la décision : démarches et méthodes pour l’agriculture, l’agroalimentaire et les espaces ruraux, sous la dir. d’E. de Turckheim, B. Hubert et A. Messéan, QUAE, Paris, 2009, p. 185-196.
  • Avec M. Barbier, M. Cerf, M. Duru, R. Teulier, E. de Turckheim, « Conclusion », dans Concevoir et construire la décision : démarches et méthodes pour l’agriculture, l’agroalimentaire et les espaces ruraux, sous la dir. d’E. de Turckheim, B. Hubert et A. Messéan, QUAE, Paris, 2009, p. 340-354.
  • Avec E. de Turckheim et M. Cerf, « L’évaluation des recherches partenariales : quelle procédure, quels critères ? », dans Dynamique des savoirs, dynamique des changements : quelles recherches en partenariat ?, sous la dir. de P. Béguin P. et M. Cerf, Octarès, 2009, p. 265-281.
  • Avec C. Albaladejo et B. Roche, « Chercheurs en situation de partenariat : prescrire la subjectivité. Réflexions à partir du programme de pérennisation de l’agropastoralisme au Pays basque », dans Dynamique des savoirs, dynamique des changements : quelles recherches en partenariat ?, sous la dir. de P. Béguin P. et M. Cerf, Octarès, 2009, p. 131-154.
  • Avec C. Deverre et M. Meuret, « The rangelands of southern France : two centuries of radical change », dans Shepherders’ Know-how, sous la dir. de M. Meuret et F. Provenza, Island Press, Washington, DC, USA, 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 498-502.

Référence électronique

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20139

Haut de page

Auteur

Bernard Hubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals