Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie des techniques

Michel Tibon-Cornillot
p. 502-504

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

Le nihilisme occidental : du réchauffement climatique à la « vitrification » des peuples

1Nous avons introduit le thème du nihilisme occidental à partir du texte de l’OTAN intitulé « Vers une grande stratégie pour un monde incertain » (Towards a grand strategy for an uncertain world). Ce livre blanc édité en 2007 et présenté au sommet de l’OTAN de Bucarest en avril 2008, a été écrit par cinq anciens dirigeants de l’alliance.

2Ces militaires affirment que les valeurs de l’Occident sont menacées bien que les populations concernées se mobilisent peu, voire même rejettent ces analyses. Après avoir identifié ces menaces, fanatismes politiques et fondamentalismes religieux, terrorismes en tout genre, changements climatiques et affaiblissement des États-nations, ces généraux, amiraux et maréchaux proposent un sursaut stratégique qui est longuement exposé dans le chapitre III. Ce sursaut consiste essentiellement dans l’utilisation préventive de l’arme nucléaire « en premier ». Il s’agit d’abandonner la doctrine classique de la dissuasion nucléaire, d’arrêter de sanctuariser ces armes pour en faire des armes comme les autres, utilisables sans avertissement sur le champ de bataille.

3Cet opuscule est rédigé à la manière d’un rapport de synthèse quasi militaire dans lequel les analyses des menaces sont présentées de façon « objective » et « factuelle » ; quant à la solution proposée, l’utilisation de l’armement nucléaire sans préalable, elle apparaît tout aussi « objective » et « évidente ». C’est du reste la proximité du style sobre et de la démesure des conclusions qui peut alerter des lecteurs philosophiquement avertis et les mener vers la reconnaissance de l’intensité nihiliste de ce texte.

4Ce petit livre blanc développe en effet une dimension si bien cachée qu’elle échappe totalement aux auteurs de l’ouvrage ; elle peut pourtant être décodée en utilisant des clés de décryptage empruntées à des œuvres issues de la « philosophie continentale critique », tout particulièrement celle de Nietzsche. L’une des clés de décryptage du code sous-jacent au texte de l’OTAN concerne le concept de nihilisme.

5Nous avons alors présenté cette notion complexe apparaissant à plusieurs moments de l’œuvre de Nietzsche. Elle s’enracine dans une lecture préalable de l’œuvre platonicienne qui est, pour cet auteur le prototype d’une entreprise selon laquelle il n’est possible de vivre « humainement » qu’en affirmant l’existence d’un autre monde, d’un « arrière-monde ». Pour lui, les philosophes métaphysiciens sont des « hallucinés de l’arrière-monde », ceux qui rejettent la vie au nom des valeurs « éternelles ». Pour ce philosophe, ce processus maladif est marqué par l’expérience du néant, celle du nihilisme qui en arrive à sacrifier tout simplement la vie au nom de chimères « intelligibles ».

6Selon Nietzsche, cette inauguration platonicienne de la métaphysique est la source de comportements qui vont se répandre au cours des âges, tout particulièrement au sein de la culture occidentale. C’est précisément cet archétype nihiliste qui apparaît avec tant de netteté dans la lecture du texte de l’OTAN.

7Comment oublier que les menaces auxquelles doivent répondre les sociétés industrielles ne tombent pas du ciel mais s’enracinent dans une histoire coloniale et post coloniale marquée par la domination mondiale des pays occidentaux. La volonté atlantiste de défendre les « market-democracies » contre les menaces terroristes, le fondamentalisme religieux, l’affaiblissement des États-nations s’appuie en réalité sur une inversion sophistique de la source des menaces. Ainsi, l’effondrement des États-nations qualifiés de « Rogue States » est historiquement lié aux incessantes interventions occidentales pour contrôler les sources d’approvisionnement, que ce soit par l’occupation, les bombardements, la torture et la mise à sac de territoires et de peuples détenteurs de réserves énergétiques (Irak). Quant aux fondamentalismes de toutes sortes, ne puisent-ils pas une certaine légitimité dans le mépris exprimé par les Occidentaux pour la vie et la dignité de peuples entiers ? Il suffit de se rappeler les multiples coups d’État, les assassinats organisés par les différents services secrets occidentaux. Bien loin de l’éloge des vertus démocratiques qui est le maître mot de cet opuscule, le catalogue des menaces invoquées en fait surgir les sources historiques des implications occidentales.

8Par-delà les calculs cyniques de la propagande, l’aveuglement des auteurs est si important qu’il semble relever d’une dimension plus profonde, la foi dans les valeurs « démocratiques » invoquées qui tiennent symboliquement la place de cet arrière-monde décrit par Nietzsche. En ce sens, les auteurs de l’ouvrage sont eux aussi des « hallucinés de l’arrière-monde ».

9La dimension quasi « métaphysique » de cet aveuglement apparaît encore plus clairement lorsque les auteurs explicitent les conclusions stratégiques qui leur paraissent nécessaires. Face à des menaces suscitées bien souvent par des initiatives coloniales, ils expriment avec une grande clarté l’autre versant de leur projet, l’anéantissement nucléaire des « ennemis ». Le versant du nihilisme en tant qu’anéantissement de toutes les valeurs au nom d’un humanisme abstrait s’accompagne, pour faire bonne mesure, de la destruction générale du monde « réel ».

10Partis pour défendre les « market-democracies » contre la « barbarie », les auteurs du livre blanc de l’OTAN terminent leur incursion en proposant de déverrouiller les armes de destruction massive afin de réaliser les rêves nihilistes de leurs responsables politiques : « renvoyer le Pakistan à l’âge de pierre » (Richard Armitage, secrétaire d’État US, 2001), « oblitérer l’Iran de la carte » (H. Clinton, 2008), « vitrifier les peuples » (Bush-Chesney, pendant la campagne « Nuke Iran » de 2005).

Publications

  • « Se souvenir des mondes vivants – Λ propos de l’interminable fin des sociétés industrielles », dans L’habiter dans sa poétique première, Actes du colloque de Cerisy-La-Salle, sous la dir. d’A. Berque, P. Bonnin et A. de Biase, Paris, Donner lieu, 2008, p. 175-197.
  • « Parodie, nostalgie de l’immortalité – Destin des automates et des cyborgs occidentaux », dans Être vers la vie, sous la dir. de A. Berque, revue Ebisu, Paris, 2009, p. 1-12.
  • « Destin du psychonaute occidental : de l’extase biochimique à la transfiguration des corps », dans La planète-laboratoire, n° 2, « Il n’est nul besoin d’espérer pour entreprendre », juillet 2008.
  • « La planète-laboratoire ou la phase terminale du nihilisme », dans La planète-laboratoire, n° 3, octobre 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Philosophie des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 502-504.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Philosophie des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20140

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals