Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Imaginaire et différence sexuelle

Sylviane Agacinski
p. 512-514

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sylviane Agacinski, professeur agrégée

Faut-il penser l’être humain comme un être vivant ?

1Le travail s’est organisé autour de la question du corps, en rappelant d’abord comment la pensée occidentale, au cours de son histoire, avait contribué à donner de l’être humain une vision dualiste et comme « désincarnée », la femme assumant la figure la plus physique, la plus charnelle de l’être humain, en face de la figure virile de l’homme, celle de l’intelligence et de l’esprit. Cet horizon explique en quoi l’ambition métaphysique de surmonter la condition humaine charnelle, c’est-à-dire la natalité, la mortalité et la sexualité, s’est exprimée à travers le rêve de maîtriser le corps et spécialement le corps féminin. Considérant que ce vieux rêve a laissé place à une volonté de maîtrise technologique du corps, je me suis attachée aux conséquences du développement de la biotechnologie, à l’émergence d’un corps humain considéré maintenant comme une ressource biologique, matière première destinée à la réparation ou à la fabrication d’autres corps.

2Nous avons parcouru l’histoire des techniques biomédicales récentes, en particulier les techniques de procréation médicalement assistée, et soulevé les problèmes éthiques et sociaux que posent ces techniques, depuis l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, la conservation des matériaux dans le froid, et – avec la séparation de la fécondation et de la gestation – l’utilisation de femmes comme « mères de substitution ».

3Nous avons fait le point sur le droit français aujourd’hui (code civil, code de la Santé publique) et sur le statut du corps dans ce droit. Puis, nous avons confronté le rapport du Sénat sur la possibilité de légaliser le recours à des « mères porteuses » en France (Les rapports du Sénat n° 421, 2007-2008) avec les nombreux travaux disponibles sur la réalité du marché du corps biologique aujourd’hui dans le monde (par exemple Baby business de Debora Spar ou Body shopping de Donna Dickenson).

4Ces nouvelles technologies ont en effet généré, dans certains pays, des marchés diversifiés, touchant des catégories de femmes différentes (la demande d’ovocytes ne concerne pas les mêmes femmes que la demande de « gestatrices »), et entraîné des « délocalisations » des ventres dans la région du Caucase ou en Inde. S’il existe, comme en France, des dons de gamètes gratuits, effectués anonymement, jamais la gestation n’est gratuite : elle est toujours rémunérée, sous le couvert de « dédommagements ». C’est pourquoi ce sont des femmes sans emploi qui acceptent de louer leur ventre.

5Nous avons en même temps réfléchi sur l’idée de dignité des personnes et sur le respect du corps, à partir de lectures Kant, et montré comment la part la plus vivante de l’être humain pouvait être captée par des techniques objectivantes et aliénantes, en nous appuyant sur Hans Jonas et Jürgen Habermas.

6J’ai animé par ailleurs deux séances du séminaire « Théorie des images », consacrées à la lecture du texte de Walter Benjamin : L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique.

7J’ai été auditionnée, pendant cette année universitaire, par la Commission Veil, dans le cadre de la réflexion sur le Préambule de la Constitution, par la Mission d’information sur la révision des lois bioéthiques (Assemblée nationale), et par le groupe de réflexion du Sénat sur « la maternité pour autrui ». J’ai participé, à Rennes, au titre de « grand témoin », aux États généraux de la bioéthique.

8En octobre 2009, j’ai prononcé la conférence inaugurale des « Rendez-vous de l’histoire » de Blois, consacrés au corps.

Publications

  • Corps en miettes, Paris, Flammarion, coll. Café Voltaire, 2009, 135 p.
  • « Ève et marie », dans La puissance maternelle en Méditerranée, Mythes et représentations, Arles, Actes Sud, 2008, p. 55 à 68.
  • « Que reste-t-il de l’autre sexe ? », dans Femmes, hommes : quelle différence ?, sous la dir. de Jean Birnbaum, XIXe Forum « Le Monde » Le Mans, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 199 à 206.
  • El pasaje, tiempo, modernidad y nostalgia [trad. Victor Goldstein], Buenos Aires, La marca editora, 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Agacinski, « Imaginaire et différence sexuelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 512-514.

Référence électronique

Sylviane Agacinski, « Imaginaire et différence sexuelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20149

Haut de page

Auteur

Sylviane Agacinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals