Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

De Vivès à Vico : institutions, catégories et disciplines du savoir dans l’Europe de la Renaissance

Patricia Falguières, Natasa Bachelez-Petresin, Élisabeth Lebovici et Hans-Ulrich Obrist
p. 521-522

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patricia Falguières, professeur agrégée

Matière première

1Le séminaire 2008-2009, consacré dans un premier temps à une réévaluation de la référence néo platonicienne dans l’historiographie de la Renaissance italienne s’est concentré sur la confrontation des deux paradigmes concurrents de la matière proposés par le Timée et par le livre quatre des Météorologiques d’Aristote. L’enjeu de cette démarche (qui prend tout son sens de la réinterprétation de la mimesis aristotélicienne mise en œuvre par le séminaire depuis plusieurs années) est de replanter les pratiques artistiques de la Renaissance dans leur sol : le monde sublunaire, le monde de la génération et de la corruption, de la contingence. De fait, la richesse des analyses aristotéliciennes permet de penser les opérations sur les substances que sont les pratiques de l’art (technè). Cela explique que Météorologiques IV ait été largement commenté et débattu au XVIe siècle, nourrissant et structurant le vaste mouvement de « rédaction en art » (redactio in artem) qui gagne alors tous les arts, comme il a fourni une thématique inédite (« rustique ») aux artistes. Et qu’il alimente une pensée du « mixte » qui échoit en partage tant aux artistes (au sens moderne du terme) qu’aux médecins et aux chimistes. Cette réinscription des arts dans leur sol sublunaire vient contredire frontalement tant l’épuration de la mimesis aristotélicienne entreprise par les académies à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle (cf. la production du Libro de pittura de Léonard par l’Académie des Beaux-Arts) que l’extraction d’une « littérature artistique » à partir de corpus désormais inintelligibles entreprise, à partir de la fin du XIXe siècle, par les historiens de l’art (cf. les Elder Pliny’s Chapters on the History of Art produits par Katherine Jex-Blake et Eugénie Sellers-Strong en 1896). Elle rencontre la résistance jadis opposée par les historiens de l’art viennois à la sublimation des pratiques artistiques par l’historiographie et l’esthétique allemandes (j’ai pu développer ce point de vue à l’occasion d’une communication au Colloque international « Im dienste des ich : Ernst Kris heute », du 6 au 9 novembre, à la Freie Universität, Berlin).

Publications

  • Brian O’Doherty : White Cube. L’idéologie de la galerie d’exposition, édition, annotation et préface « À plus d’un titre », JRP Ringier, Zurich – Maison Rouge, Paris, 2008.
  • « Les inventeurs des choses. Enquêtes sur les arts et naissance d’une science de l’homme dans les cabinets du XVIe siècle », dans Art & Anthropologie, Actes du Colloque international 21-23 juin 2007, Paris (INHA, musée du quai Branly), 2009, URL : http://actesbranly.revues.org/​94.

Patricia Falguières, professeur agrégée
Natasa Bachelez-Petresin, doctorante
Élisabeth Lebovici, historienne de l’art
Hans-Ulrich Obrist, directeur de la Serpentine Gallery, Londres

2Le séminaire a poursuivi son exploration de la scène artistique contemporaine, au fil d’une série d’entretiens avec artistes et directeurs d’institutions (cf. liste infra) et de plusieurs journées d’études (13-15 novembre, Paris : journée in/out the white cube », INHA : avec A Constructed World, Daniel Buren, Claire Fontaine, Pierre Leguillon, Brian O’Doherty, Yann Serandour, Lionel Bovier ; à l’ΙΝΗΑ, le 4 avril 2009 : « Harun Farocki/Rodney Graham » : avec Harun Farocki, Christa Blümlinger, Georges Didi-Huberman, Rodney Graham, Benoît Maire, Claire Brunet, Benjamin Thorel). Le séminaire a mis en évidence l’ampleur du renouvellement institutionnel en cours et la marginalité de la scène française par rapport à ce phénomène. Parmi les faits saillants de cette reconfiguration mondiale, on note l’importance des traditions civiques américaines (thématiques de l’empowerment, du reclaim, etc.), périodiquement réactivées par l’apparition de nouvelles formes d’activisme (mouvements gays et lesbiens, grassroots, experimental geography etc.), comme le rôle joué par les collectifs artistiques dans la reconfiguration de l’espace public dans l’Europe post communiste. Ces nouvelles formules de la pratique artistique s’inscrivent sans solution de continuité dans le sillage de l’art conceptuel et, plus loin, des constructivismes des années 1920, empruntant abondamment au corpus théorique et aux modes d’investigation propres aux sciences sociales. Ont participé au séminaire, d’octobre 2008 à juin 2009 : Maja Bajević, Dean Daderko, Jason Simon, Marjetica Potrč, Moyra Davey, Claire Pentecost, Ida Biard, Raimundas Malasauskas, Manuel Borja-Villel, Helen Molesworth, The Otolith Group, Hito Steyerl, Isabelle Graw, Ivana Müller, Dan Perjovschi, Falke Pisano, Julie Ault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Falguières, Natasa Bachelez-Petresin, Élisabeth Lebovici et Hans-Ulrich Obrist, « De Vivès à Vico : institutions, catégories et disciplines du savoir dans l’Europe de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 521-522.

Référence électronique

Patricia Falguières, Natasa Bachelez-Petresin, Élisabeth Lebovici et Hans-Ulrich Obrist, « De Vivès à Vico : institutions, catégories et disciplines du savoir dans l’Europe de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20155

Haut de page

Auteurs

Patricia Falguières

Articles du même auteur

Natasa Bachelez-Petresin

Élisabeth Lebovici

Articles du même auteur

Hans-Ulrich Obrist

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals