Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Sémantique des langues naturelles

Oswald Ducrot et Marion Carel
p. 536-538

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Oswald Ducrot, directeur d’études
Marion Carel, maître de conférences

Interprétation et figures

1L’objet général du séminaire a été l’interprétation de textes comportant des figures rhétoriques. La question était de savoir si interpréter ces textes consiste à en éliminer les figures, et à expliciter ce que les rhétoriciens classiques appellent souvent leur « sens spirituel », en entendant par là celui qui serait caché derrière les figures. Notre étude s’est limitée aux figures où apparaît la notion d’opposition. Dans beaucoup d’entre elles, comme l’oxymore, il s’agit d’une opposition entre certains termes du texte (cf. l’obscure clarté) ; dans d’autres, il y a opposition entre le sens littéral, pris dans sa totalité, et le sens implicitement communiqué : tel serait le cas du discours ironique qui « communique le contraire de ce qu’il dit » (cf. c’est malin pour communiquer « c’est idiot »). Quelquefois les deux types d’opposition coexistent, et même s’appuient l’une sur l’autre. C’est le cas lorsqu’un discours signale son caractère ironique par le fait qu’il contient une contradiction (cf. la réplique d’Agrippine destinée à faire voir, sous l’apparence vertueuse de Néron, la naissance d’un tyran : Et ce même Néron, que la vertu conduit,/ Fait enlever Junie au milieu de la nuit !). On a essayé de traiter ces différents cas en maintenant le caractère fondamental de la figure, qui, pour nous, ne cache pas le sens communiqué mais en est partie intégrante : le sens communiqué comporte à la fois, non seulement le « sens littéral » et le « sens spirituel », mais aussi le travestissement du second dans le premier.

2Pour arriver à ce résultat, on a utilisé deux concepts linguistiques, celui d’argumentation et celui de polyphonie, qui ont été présentés lors du séminaire sous une forme retravaillée et largement renouvelée. Ainsi, c’est la Théorie des blocs sémantiques qui a servi à distinguer les différentes formes d’opposition manifestées par le discours figuré, notamment l’oxymore et l’ironie. Leur différence a été reliée à la distinction théorique entre, d’une part, ce que nous appelons l’« aspect argumentatif » et, d’autre part, les discours argumentatifs qui concrétisent cet aspect en l’exemplifiant. En ce qui concerne maintenant la Théorie de la polyphonie, c’est une redéfinition de la notion d’« énonciateur » qui a été utilisée pour traiter les problèmes posés. On a essayé de montrer, contrairement à ce que proposent les approches réalistes de l’énonciation, que ces « énonciateurs » ne peuvent pas être considérés comme les sources des points de vue, comme les origines des contenus par rapport auxquels le locuteur prend position. On a développé l’idée qu’ils marquent le mode sur lequel les contenus apparaissent, mode plus ou moins autoritaire, plus ou moins subjectif, et que nous appelons maintenant le « ton » ou la « Personne ».

Marion Carel, maître de conférences

Temporalité, langue et récit

3Ce séminaire a consisté en un groupe de travail consacré à l’étude de la conjonction « puis ». Les exemples rassemblés par les participants peuvent de prime abord être classés en deux groupes, faciles à séparer. Dans l’un, « puis » semble marquer une succession chronologique (il sortit sur le trottoir puis héla un taxi) ; dans l’autre, l’emploi de puis n’est pas destiné à construire une chronologie, mais à introduire un ordre de nature quelconque entre différents éléments (ces éléments peuvent être par exemple des raisons, comme dans le dialogue suivant : – Pourquoi n’es-tu pas sorti ?J’avais du travail, et puis j’étais fatigué).

4Pour unifier ces différents cas, la solution utilisée le plus fréquemment consiste à réduire le second au premier. On dira par exemple que puis ne relie pas à proprement parler les contenus des énoncés, mais leurs énonciations, et ne fait qu’expliciter l’ordre chronologique de celles-ci (Je te dis d’abord que j’avais du travail, puis je te dis que j’étais fatigué). Cette solution relève d’une attitude générale en sémantique : quand une expression a plusieurs valeurs, on en déclare une fondamentale, et on cherche à en dériver les autres. La difficulté de l’unification énonciative, dans le cas de puis, est qu’elle laisse prévoir que n’importe quelle succession d’énoncés peut être articulée par des puis. Ce qui n’est pas le cas : l’utilisation de puis est soumise à des conditions restrictives assez nettes (ainsi, si deux énoncés expriment, l’un une cause, l’autre un effet, il serait très bizarre de les joindre par puis et de dire par exemple il lâcha le verre puis le verre se cassa).

5Nous avons tenté un autre type d’unification, consistant à dériver les deux groupes d’emplois d’une valeur abstraite, qui n’entre ni dans l’un, ni dans l’autre. Pour le faire, nous avons eu recours à la notion technique d’argumentation, telle qu’elle est utilisée en sémantique linguistique. En reliant deux énoncés par puis, le locuteur prétend y voir l’allusion à deux « argumentations » du même type, une certaine forme de prééminence étant donnée à la deuxième.

6Nous avons essayé d’expliciter cette analyse et de l’appliquer à des occurrences effectives de puis dans le langage écrit, relevées dans les journaux et dans la littérature française. Nous nous proposons dans un prochain séminaire d’étendre notre recherche à l’utilisation orale de la langue, sans décider à l’avance que la même description doit valoir pour l’écrit et pour l’oral.

Publication

  • « L’explication tautologique », dans L’explication. Enjeux cognitifs et interactionnels, sous la dir. de C. Hudelot, A. Salazar-Orvig, E. Veneziano, Louvain, Peeters Éditions, 2009, p. 53-65.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oswald Ducrot et Marion Carel, « Sémantique des langues naturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 536-538.

Référence électronique

Oswald Ducrot et Marion Carel, « Sémantique des langues naturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20180

Haut de page

Auteurs

Oswald Ducrot

Articles du même auteur

Marion Carel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals