Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Problèmes généraux

Migrations internationales : études de cas et débats historiographiques (diasporas et sociétés d’accueil, XIXe-XXIe siècle)

Mônica Raisa Schpun
p. 588-589

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Mônica Raisa Schpun

1Nous nous sommes concentrés cette année sur deux groupes migratoires : les Juifs et les Japonais. Par rapport aux années précédentes, même si le Brésil est resté au centre de nos préoccupations, nous avons fait une plus grande place à la comparaison entre les divers lieux d’implantation de ces groupes dans les Amériques : pour les Japonais, ont été examinés les cas des îles Hawaii, des États-Unis et du Pérou ; pour les Juifs, les États-Unis, le Canada et l’Argentine. Mes recherches récentes sur l’immigration juive en France dans l’après-guerre (1945-1974) ont elles aussi fait l’objet de nos réflexions, élargissant, pour le cas des Juifs, les comparaisons entre pays américains avec la situation française, selon certains axes thématiques.

2Cette approche comparative a été aussi utilisée pour étudier les flux migratoires et les formes d’implantation respectives des Juifs et des Japonais au Brésil. L’histoire de ces deux flux migratoires se prête en effet à bien des comparaisons au Brésil : politiques migratoires spécifiques, discrimination d’État, niches professionnelles, visibilité forte (en décalage avec la présence effective des deux groupes au sein de la population), densité et efficacité des réseaux associatifs, endogamie plus durable que celle des autres groupes ethniques, ascension sociale importante, formes d’implantation urbaine spécifiques (quartier ethnique, dispersion, traces urbaines de l’histoire du groupe).

3Les questions de genre, de génération et de temporalité migratoires ont permis, elles, de mieux problématiser ces regards comparatifs, dans le sens d’une meilleure compréhension des deux expériences migratoires en question.

4Pour ce qui est des Juifs brésiliens, l’accent a été mis sur les années 1930-1940, avec la mise en place d’une politique migratoire antisémite et l’arrivée des Juifs allemands et autrichiens. D’une façon générale, la question de l’accueil des Juifs au Brésil dans ces années-là est intimement imbriquée à celle des relations du pays avec les États-Unis et l’Allemagne dans la période qui précède l’entrée en guerre du Brésil en 1942. La définition même d’une politique migratoire vis-à-vis des Juifs réfugiés ne peut être comprise sans la prise en compte de ces relations. Mais l’examen de la politique antisémite qui s’installe doit s’accompagner d’un regard sur la vie quotidienne des communautés juives installées surtout dans les grandes villes brésiliennes, sur lesquelles les pressions exercées par l’État ont été très faibles, surtout si on les compare à celles réservées aux Nippo-brésiliens dans la même période. Les Nippo-brésiliens ont en effet été la cible d’actions violentes, qui sont à l’origine, avec toute la politique discriminatoire à leur égard, de déchirures intra-communautaires importantes. Il s’agit surtout de l’action de l’organisation Shindo Renmei qui n’accepte pas la défaite du Japon dans la guerre, accusant de « défaitistes » ceux qui s’y sont résignés. La littérature existant sur cette question, assez polémique, mérite une attention particulière, et nous l’avons examinée.

5Enfin, pour ce qui est des Japonais, dont le centenaire du début de l’immigration au Brésil a suscité en 2008 des commémorations importantes, le siècle de présence du groupe au Brésil est traversé par un double mouvement : immigration jusqu’aux années 1970 et, ensuite, « retour » au Japon des descendants d’immigrés (phénomène dekassegui). L’examen de ce cas sur une longue durée a permis de mettre en parallèle au sein d’un même groupe « anciennes » et « nouvelles » migrations sous une optique moins marquée par la rupture, où des continuités historiques ont pu être signalées. Cette longue durée nous a aussi permis de réfléchir sur des questions qui me tiennent à cœur : la temporalité migratoire telle qu’elle se manifeste dans l’invention des identités ethniques selon les différentes générations d’un groupe, les formes de transmission des pratiques culturelles et les adaptations dont elles font l’objet dans le pays d’accueil au cours du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mônica Raisa Schpun, « Migrations internationales : études de cas et débats historiographiques (diasporas et sociétés d’accueil, XIXe-XXIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 588-589.

Référence électronique

Mônica Raisa Schpun, « Migrations internationales : études de cas et débats historiographiques (diasporas et sociétés d’accueil, XIXe-XXIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20238

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals